Magazine Culture

Anthologie permanente : Jean-Pierre Bobillot

Par Florence Trocmé

les chants sont moléculaires
                                                 (acrostiche)
                                                                      à Marcel Schwob

A l’Équilibre nul Mot, nul Monde n’est tenu (que) par le fil* –
        pointillé, cheveux d’Ange, ellipse… – de la Pensée.

M ais, Ariane n’est peut-être pas Aryenne ?
A riane ma sœur  & moi : Osiris de mon Isis, peut-être ne sert à
R ien ? – Riez : & si, Commedia ? Minotaure (
C uir, poils, cornes, langue, queue…) ? si ce n’était, ne serait,
      Minauderie ? qu’un Masque – un masque de la Pensée…
E t si – Riez : ridicule kyrielle (elle y sonne !), ô, lecteur
      incrédule ! – & si Thésée n’avait, n’aurait gonflé voile
      & telle Fable que pour
L iquider le Roy, le Père (qui riait !) : Fabula dell’Arte !?

S acrifier le Père Égée ? – D’un cœur léger : n’est-
C e se faire, enfin…Roi des Terres Émergées ?
H orus au vain chœur (Guillaume Tell, Edison) : " –
W ho’s the winner, who’s the loser ? Oh, fortune-teller,
O r des Miroirs Sibyllins, réponds… –
B oustrophédon ! "

*filière, filiation, filigrane

Jean-Pierre Bobillot, Eff&, mes rides, fragments d’un retable païen, Atelier de l’Agneau, 2005, p. 24

2/

Rimbaud, Ducasse le savent bien qui recopi(ll)èrent allègrement, & pratiquèrent sans ménagements plagiats, parodies & détournements. Écrire, c’est toujours traduire ; & traduire, si ce n’est trahir, c’est toujours manipuler le sens. Ou : du sens. La forme excède le matériau. Exsude. Excrire, êtrecrire pourêtre le fou !

Bavard et Péruchet, pris au piège idéologique de leur(re) siècle & de leur(re) culture, prétendirent, grain par groin, empruntant à tous les pâtetés qu’ils trouvaient, égider… ériger un châteteau de Science unique & définitif : erreur fatale & futile ! Vain défi ! Vieux gimmicks…

Moins naïf, l’êtrecrivain sait que ce qui importe, c’est le coup de ciseau, la déchirure & la suture. Mais surtout, la "manière". Écrit main : chirurgie : une manière de nier. En filant (à l’amble)… En fils lents…. Enfilant comme des perles – en ce mot, le risible (l’impayable) s’unit au précieux (le sans prix)(le sang) – des mots, des phrases de toutes provenances : des apophtegmes : sans auteurs, sans contextes, – il esquisse un dispositif qui fait pièce (imparable) à tout lyrisme, à tout réalisme, à tout "sérieux". Excrire = soustraire, juxtaposer : moins, &. Êtrecrire pour êtrefou !

Jean Pierre Bobillot, "Apologue de l’écrivain", in Eff&, mes rides, fragments d’un retable païen, Atelier de l’Agneau, 2005, p. 13

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

 

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines