Magazine Environnement

L’affaire des Crânes Maoris

Publié le 06 janvier 2008 par Erwan Pianezza
Tandis qu’à Paris on s’enorgueillit du Quai Branly,  où à quelques minutes de marche la Tour Eiffel s’est installé le fameux musée des “arts premiers”, les villes de France s’émancipent : la Mairie de Rouen a défrayé la chronique et effrayé le “Ministère de la Culture” en initiant un projet de restitution de squelettes humains Maoris (plus exactement d’une  tête momifiée ) conservés au Museum d’Histoire Naturelle. Après quelques péripéties judiciaires, il semble que l’affaire soit en passe d’être résolue.  La ville de Rouen a décidé jeudi de soutenir une proposition de loi autorisant la restitution des restes humains maoris, après l’annulation d’une délibération de son conseil municipal rendant à la Nouvelle-Zélande une tête de guerrier de ce peuple autochtone.Cette proposition de loi doit être préparée par la sénatrice Catherine Morin-Desailly (Modem), adjointe chargée de la Culture, a annoncé la ville dans un communiqué. “La ville de Rouen maintient son objectif (…) de confier à la Nouvelle-Zélande cette tête humaine afin qu’elle y soit inhumée de façon digne et respectueuse”, a commenté le maire, Pierre Albertini (DVD).

Dans un arrêt en date du 27 décembre, le tribunal administratif de Rouen avait annulé, sur demande du Ministre, la délibération du conseil municipal datant du 19 octobre, au motif que la ville aurait dû au préalable consulter la commission chargée d’examiner les demandes de déclassement de “pièces” des collections publiques nationales.

La ville considère en effet que cette tête tatouée et momifiée, don d’un particulier à son muséum d’histoire naturelle au XIXe siècle, fait partie de “restes humains” et ne doit donc pas faire l’objet d’un droit patrimonial quelconque.

L’initiative de la mairie de Rouen a suscité les foudres de Christine Albanel, ministre de la Culture, qui craint pour les collections françaises, comme les antiquités égyptiennes du Louvre ou celles du Musée des arts premiers du Quai Branly. Elle avait rétorqué, tentant de justifier sa démarche, que cette tête faisait partie des objets sociaux “au statut très particulier”, qu’on ne peut apprécier “comme étant des restes humains qui tomberaient sous le coup de la loi bioéthique”.

Rien de changé sous le soleil français : Il y a, en République, des humains qui le sont plus que d’autres. Coïncidence ? L’ONG Survival International vient de publier une liste noire des pays oppressant les populations indigènes. Si la France n’y figure pas, un problème demeure toutefois en Guyane.  Extraits de l’interview de la porte-parole de Survival France, Magali Rubino, dans Metro : “En France, on nie l’identité des peuples indigènes […] Quand on parle de peuples indigènes, en France, cela ne concerne que l’étranger.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Erwan Pianezza 53382 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte