Magazine Culture

Lire dans le sable : Mal élevé et Mille soleils splendides

Par Epicure

Tel que promis, j'ai bel et bien lu dans le sable à Noël. Le b-o-n-h-e-u-r! Soleil, plage, vue sur l'Atlantique et lecture. Me semble que ce n'est pas trop demander dans la vie?

Deux bouquins ont finalement fait le voyage avec moi au pays de Fidel, Mal élevé de Stéphane Dompierre et Mille soleils splendides de Khaled Hosseini. Deux livres, on peut dire sans trop se tromper, pas mal aux antipodes l'un de l'autre.

Dans le premier, Alex, un musicien montréalais, emménage avec sa copine avec tous les aléas que ça implique (le beau-père bricoleur qui s'entête à faire lui-même son vin, en n'est qu'un parmi tant d'autres), en même temps qu'il vit un questionnement face à aux compromis artistiques auxquels il doit se plier pour atteindre le succès.

Fan de Dompierre réjouissez-vous, Mal élevé est dans la même veine que le précédent, Un petit pas pour l'homme. C'est incisif, drôle, fort divertissant par son côté "gars" très assumé, et on a parfois le malheur de s'y reconnaître dans certains passages plutôt réalistes. Il travaille déjà à l'adaptation pour le cinéma, j'ose croire que les compromis artistiques ne s'appliquent qu'au personnage d'Alex et que le scénario ne sera pas trop édulcoré. En attendant une sortie en salle dans un lointain avenir, rabattez-vous sur le livre.

Changement de registre garanti lorsqu'on passe de Mal élevé à Mille soleils splendides dans la même journée! L'auteur des Cerfs-volants de Kaboul a décidé de raconter d'un point de vue féminin, le destin de deux afghanes mariées de force à 18 ans d'intervalle au même homme beaucoup plus âgé. On se retrouve en plein drames humains. Les guerres, la pauvreté, le contrôle de tout un peuple par les talibans et son impact sur la population féminine. Le récit enrage et fait serrer les poings à plus d'une reprise, mais je pense que c'est nécessaire pour mieux comprendre. C'est troublant de réalisme, surtout que l'actualité nous rattrape tout au long de l'histoire avec des noms de villes et villages qu'on entend presque chaque jour aux nouvelles. Autant un livre de filles que Mal élevé est un livre de gars, mais faudrait pas que ça empêche ces derniers de lire Mille soleils splendides.

Verdict : un excellent voyage!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines