Magazine Cinéma

[Critique cinéma] The american

Par Gicquel

[Critique cinéma] The american

[Critique cinéma] The american
Le cinéma, pour le cinéma. Une histoire minimaliste, imaginée d’après le roman de Martin Booth (« A very private Gentleman ») , un scénario ad-hoc et une caméra qui dialogue plus qu’elle ne filme. Des paysages grandioses dans le dénuement vallonné des Abruzzes, décor adéquat pour imaginer l’abandon d’un homme, autrefois si puissant.

Et là encore surprise-surprise que de découvrir  George Clooney, silencieux et hagard, insondable dans la peau d’un tueur à gages qui aimerait bien se ranger des voitures.

Le beau gosse a remisé sa panoplie, pour se mettre à nu, dans un de ses plus beaux rôles. Il n’est même pas question de performance d’acteur, mais de l’expression même de ce que doit être un acteur. Des sentiments, des pulsions, par un geste, un regard, une mimique.

[Critique cinéma] The american

Le curé du village (Paolo Bonacelli) conserve lui aussi sa part de mystère.

A l’image de la conduite de ce thriller, sans effusion ni suspense outrancier. Aucun effet, rien que du vrai.Tout ici est dans l’introspection, l’attente, le regard. Ca peut  paraître austère alors que c’est d’une totale pureté.

A la limite l’histoire pourrait se résumer à ce portrait d’homme, acculé dans ses retranchements. Un homme bien mystérieux : hors mis son statut d’assassin professionnel, au service d’un parrain italien , que sait-on de lui ?

On veut le tuer, le film commence ainsi, et c’est une ouverture merveilleuse, qui donne à la fois le ton général  et vous scotche irrémédiablement pendant 100 minutes à votre siège.

Cliquer ici pour voir la vidéo.

Sur l’ordre de son commanditaire transalpin, Jack  se réfugie dans un petit village haut  perché des Abruzzes, où il reçoit sa dernière mission : fabriquer une arme sophistiquée pour une femme tout aussi étrange que ce film  (la Néerlandaise Thekla Reuten). Le mystère qui accompagne sa relation avec une ravissante prostituée ( l’Italienne Violante Placido ) ne lui facilite pas les choses .

[Critique cinéma] The american

Violante Placido

[Critique cinéma] The american

Thekla Reuten

Je ne connais quasiment rien de ce  cinéaste néerlandais, Anton Corbijn mais son plaisir du cadre et de la mise en scène est d’une évidence tellement criante ici qu’elle vous porte à la limite plus que ce récit, avare de sentiments et d’émotions. « Les histoires de rédemption m’ont toujours intéressé », déclare-t-il. « Je pense qu’il y a toujours un moment dans la vie où l’on se demande si l’on ne pourrait pas tout changer ».
Dans la peau du rôle-titre George Clooney, est magnifique, et si les seconds rôles l’accompagnent joliment, on retient avant tout cette posture, cadrée à la perfection dans le silence des montagnes italiennes. Corbijn prend son temps pour y installer son personnage et le suivre de la même manière, dans les ruelles des petits villages qui tout aussi belles soient-elles deviennent à chaque seconde,  des traquenards à vous donner l’envie d’aller voir ailleurs. Mais n’en faites rien, le charme naturel transalpin a bien des ressources, et ce film en tire toute la quintessence.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gicquel 940 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines