Magazine Culture

Culturesfrance , 3 mois après...

Publié le 07 janvier 2008 par Lou Poulain

Lou

lundi 7 janvier 2008

Culturesfrance , 3 mois après...

En réalité, ça fait bientôt près de 4 mois que je suis là... en stage au Pôle musique classique de culturesfrance (l'opérateur délégué à la culture du ministère des affaires étrangères)
Le temps a passé vite... trop vite !
Et ça me chagrine un peu de savoir que le 17 mars il faudra faire sa petite courbette d'adieu et quitter les locaux où j'aurai vécu cette riche expérience.
C'est certes très dur de résumer ces 3 premiers mois... mais, j'y tiens beaucoup, afin d'esayer de partager cela et de faire entendre de quelle voix chante la culture en son berceau.
Pour ceux qui veulent comprendre en quoi consiste cette entreprise associative (pourtant dépendante de l'état)... je vous conseille de commencer par lire ceci (épisode 1 - épisode 2) ou de visiter son site là
D'une part, je dois avouer que c'est ma première expérience de "boulot" à plein temps... qui m'a donc amené à avoir un quotidien certes un peu routinier, mais un peu pus équilibré aussi... et au final, mes années d'étudiantes à me coucher à 3h du mat, et à me lever à 13h ne me manquent pas...
D'un point de vue plus interne...
Organiser des tournées, prévoir une programmation annuelle sur l'ensemble du territoire international, en collaborant avec les attachés culturels de pays très divers
Tenter de répondre à un budget bien défini... mais souvent livré trop tardivement... et beaucoup trop faible vis à vis des demandes de tous les artistes et de tous les postes (j'y reviendrai),
Conseiller l'artiste plus débutant
Monter des projets de grande envergure pour souhaiter aussi bien l'anniversaire du centenaire de la naissance d'Olivier Messiaen ou les 400 ans du Québec, etc...
Beaucoup de communication, d'écoute... et d'utopie artistique et culturelle...
Tout ceci me plaît... et je dois reconnaître que je m'épanouis énormément dans ce travail d'organisation...
Tout vu ainsi est presque rose...
Qu'y a-t-il de plus plaisant que d'avoir un budget à sa disposition à utiliser afin de diffuser au maximum la culture française à l'étranger... sans avoir aucune exigence de bénéfices financiers à faire... et en travaillant avec des artistes envieux de diffuser leur art à l'international (qui n'en aurait pas envie ?), et des attachés de coopération culturelle heureux de les recevoir...
L'utopie est là... Culturesfrance a une mission donnée par l'état qui est irréprochable... même si elle manque clairement d'une définition plus précise de ces missions, du fait qu'elle ne peut tout assumer.
La grande faille à ça : son manque de moyen et un budget ridicule, qui ne cesse de diminuer d'année en année.... alors que les exigences et les demandes augmentent sans cesse
(Pour info les arts de la scène disposent d'un budget annuel de 3 millions d'euros...)
Les chargés de mission (et leur salaire assez ridicule comparativement au travail fourni) se voient donc face à une impasse... et ne peuvent répondre à toutes les demandes...
Il y a une ouverture du côté du mécénat... mais encore très faible !
Et je crois malheureusement que de ce côté Culturesfrance est comme un microcosme de la politique culturelle de notre état...
Certes celui ci n'augmente pas ses moyens en faveur de la culture, malheureusement... et la politique actuelle ne va pas non plus dans cette faveur.
Et d'autre part les dernières orientations politiques amènent à une décentralisation de plus en plus forte... celle ci entraînant alors une notion de concurrence entre les régions.
En soi, je vois ça plutôt d'un bon oeil... car cette notion de concurrence amènera sûrement un développement de la culture en province... dans le but pour chaque région d'améliorer son image et d'attirer habitants et touristes.
Mais cette décentralisation ne peut se faire sans la fonction de contrôle de l'état.... qui permet de garder notre loi d'exception culturelle (la plus belle chose qu'est amené Jack Lang) et les volontés de diversité et de qualité.
La démocratisation de ce genre ne doit pas faire disparaître les arts mineurs, et c'est un enjeu que l'état actuel n'a pas l'art de vouloir sauvegarder. :(
Ces problèmes de budget de plus en plus amoindris dans les administrations centrales de l'état en charge de la culture ne sont pas dû à notre dernier gouvernement... certes celui ci ne fait rien pour améliorer les choses, mais ce constat dure depuis plusieurs années.
Et Culturesfrance représente une de ces administrations centrales...
Aujourd'hui les orientations sont définies autour des opérations "coup de poing"... qui ont un plus grand impact médiatique... au détriment des plus petits projets, notamment autour des jeunes artistes, qui ont pourtant au moins autant besoin de s'exporter avec notre aide que les Philippe Decouflé, Laurent Korcia, Justice ou Royal Deluxe...
D'autre part, des liens sont crées avec certaines régions, par le biais de convention de collectivités afin que l'aide à se produire à l'étranger soit aussi partagée.
Le hic ici étant que Culturesfrance est l'organisation qui a la meilleur connaissance du réseau... celle qui regroupe les organismes culturels (sans pour autant que ce soit vraiment le cas, car l'organisation du réseau est un vrai fouilli où se mélangent centres culturefs francais (CCF), service de coopération et d'action culturelle des ambassades (SCAC), attachés culturels d'alliances française (AF)... qu'aucune administration française n'a réellement de fonction à regrouper, mais dont l'intermédiaire reste Culturesfrance).
Les régions apportent un soutien supplémentaire non négligeable (puisque ce sont elles qui ont peut être le plus de moyen (même si elles aimeraient en avoir plus) )... mais diminuer les moyens budgétaires du pouvoir central, licencier comme ce fut le cas il y a quelque mois ici... donne un paysage assez sinistre des moyens que nous avons pour tenter de diffuser la culture.
Il y a d'autres points qu'il faudrait citer...
le manque de communication autour des aides proposées par l'état (peu de gens connaissent culturesfrance)
le manque de cohésion de l'ingénierie culturelle qui s'occupe des saisons (ex. : année de la France au Brésil, année de la Russie en France, etc...) qui coûte cher, a peu d'impact, alors que ce genre d'événementiel en province (type capitale européenne, ou Lille 3000) en a beaucoup plus.
et je pourrai aussi vous parler du manque d'impact que peut avoir une boîte quand son patron (Olivier Poivre d'Arvor, pour ne pas le citer) vise une carrière médiatique avant tout, usant d'impolitesse envers les représentants du personnel qui tentent de défendre l'emploi au sein de l'entreprise... ou quand les nominations des directeurs de département sont mélangées à des histoires de coucheries qu'on aurait oublier de cacher
et je pourrai aussi évoquer combien les stagiaires sont devenus un élément clé au fonctionnement de la boîte... malgré qu'on ne prenne pas de temps à les former un minimum sur leurs tâches administratives...
Le stage reste pour moi une ouverture entre les études et le vrai marché du travail... mais il ne doit en aucun cas devenir une expérience systématique et obligatoire... car son indémnisation permet rarement à un jeune étudiant de vivre !
On verra ce mon côté, quelles ouvertures m'ouvrent cette première expérience...

Libellés : au boulot

posted by Lou at lundi, janvier 07, 2008

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

<a href="http://blogsearch.google.com/?ui=blg&q=link%3Ahttp%3A%2F%2Flou-poulain.blogspot.com%2F2008%2F01%2Fculturesfrance-3-mois-aprs.html">Afficher les liens vers ce message blog</a>
<$BlogBacklinkTitle$>
<$BlogBacklinkSnippet$>
posted by <$BlogBacklinkAuthor$> @ <$BlogBacklinkDateTime$>

& Créer un lien

<< Home

Messages plus anciens

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lou Poulain 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines