Magazine Cinéma

Fin août, début septembre

Par Luc24

La critique  

La vie, l'amour,l'amitié, la mort : un film sensible et sincère

Gabriel (Mathieu Amalric) est dans une période délicate. Il se sépare de sa compagne Jenny (Jeanne Balibar) et ensemble ils tentent de vendre l'appartement où ils ont vécu des jours heureux. Depuis, le temps est passé par là et les sentiments se sont évaporés. Aujourd'hui, Gabriel vit une relation avec une jeune fille fraiche, passionnée et sensuelle : Anne (Virginie Ledoyen). Cette dernière attend avec impatience la vente de l'appartement pour pouvoir enfin vivre avec son amant. Mais Gabriel n'a pas l'air d'être définitivement fixé. Il est encore très proche de Jenny et il a surtout d'autres choses à penser. Car depuis un moment, son ami Adrien (François Cluzet) est en train de changer. Adrien est un écrivain qui a connu de bonnes critiques mais pas de véritable succès public. Il aimerait être reconnu pour son travail mais il peine à achever son nouveau manuscrit. Et comme si cela ne suffisait pas, Adrien se retrouve à faire différents examens à l'hôpital et il se pourrait qu'il couve quelque chose de grave. Refusant de s'appitoyer sur son sort, il évite le sujet avec ses amis, son ex qui l'aime encore et sa nouvelle petite amie. Cette dernière s'appelle Véra (Mia Hansen-Love) et elle n'a que 15 ans. Le temps, la vie nous joue parfois de drôles de surprises : tous ces personnages, en quelques mois vont voir leur relation évoluer et pourront peut être trouver la bonne voie à prendre pour leur existence.

La caméra d'Olivier Assayas bouge dans tous les sens, comme pour suivre l'excitation de la vie. Fin août, début septembre ressemble ainsi souvent à un charmant ballet sentimental où les protagonistes se croisent, créent des liens et peut être s'en vont. Ce long métrage, très représentatif d'un cinéma d'auteur français introspectif , nous livre de très jolis portraits d'hommes et de femmes qui se cherchent, qui essaient tant bien que mal de suivre ce que leur dicte leur coeur. C'est un film qui repose sur des dialogues, sur des confrontations entre des personnages sensibles qui n'hésitent pas à parler à coeur ouvert. Assayas parvient à montrer toute la beauté et la force de l'amitié, toute l'ivresse que peut apporter la jeunesse, le plaisir. Au final nous sommes devant un petit portrait de l'humanité car le film parcourt tous les âges, tous les milieux, toutes les sensibilités. C'est une sorte d'ode à la vie (avec une réflexion aussi sur ce que nous laissons une fois partis de ce monde), propulsée par des acteurs irréprochables. Un très joli moment de cinéma, plein de sincérité.

 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Luc24 78 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines