Magazine Chanson française

3 portraits atypiques de la littérature 'africaine'

Publié le 03 novembre 2010 par Melmont

...On aura beaucoup parlé du Cinquantenaire des Indépendances en cette année 2010. Dans la diaspora africaine, on aura assisté à tous les débats, toutes les confrontations d'idées possibles. Et la littérature africaine ? Oui, elle se porte bien, enfin plutôt bien. Avec son lot  de rééditions, d'anthologies (Senghor, Calixthe Beyala, Fatou Diome, Dieudonné Mabanckou etc)…à partir de quand définit-on la littérature africaine ? Vaste question…

            Prenons Marie N’Diaye, prix Goncourt 2009 : il serait impensable de la mettre dans la littérature africaine. Elle parle d’un quotidien occidental. Avec son style lent, étrange, faussement solaire. Les spécialistes de la littérature européenne la mettraient-ils alors dans ce lot ? Cela doit dépendre des uns et des autres et des temps qui changent, évoluent, on le sait l’Europe n’est plus uniquement blanche, masculine et chrétienne. Dans le fond l’a-t-elle toujours été ? On peut en douter. Ce raisonnement s’applique également à l’Afrique. Faut-il être Noir, africain, pour parler de l’Afrique et faire de la littérature africaine ?

ZOE_WICOMB_Book

         

  Il est 3 personnalités dont on a peu parlé dans le cadre de la littérature africaine cette année, personnalités chacune atypique à leur manière. C’est pourquoi je les ai choisies : Zoë Wicomb, auteure métisse sud-africaine, Anne-Cécile Makosso-Akendengué, française blanche mariée à un Africain et Bertrand Nguyen Matoko, écrivain congolais-vietnamien homosexuel. Quand il s’agit de parler d’Afrique avec un grand A, ce qui est déjà fortement réducteur, et de littérature africaine, on pensera peu à eux. On ne pourra pas mettre de côté l’idée que ces cas dérangent.

Zoe_Wiccomb

            

L’écriture de Zoë Wicomb : âpre. Sobre. Avec un éclair de flamboyance au détour d’une page, à travers la description d’un paysage ou d’un fruit. Des vies sans couleur, œuvre sur la vie des Métis dans la région du Cap constitue l’un de ses meilleurs romans sans aucun doute. Reconnue dans le monde de la littérature anglo-saxonne, elle suscite l’admiration de l’écrivain, sud-africain lui aussi, Coetzee. Ils partagent un même pessimisme. Il faudrait d’ailleurs étudier le pessimisme sud-africain…

ceci_n_est_pas_l_Afrique

            

Ceci n’est pas l’Afrique montre le visage urbain et quotidien de l’Afrique actuelle. De Libreville, capitale du Gabon, où vécut pendant 20 ans l’auteure, Anne-Cécile Makosso-Akendengué, épouse d’un Gabonais et mère de deux enfants. Si l’ouvrage se vend bien et a suscité l’intérêt dans quelques médias, l’absence d’une couverture médiatique plus importante laisse songeur : admet-on qu’une femme, blanche, occidentale puisse écrire l’Afrique intime ? Admet-on aussi qu’un auteur puisse parler de l’Afrique sans pessimisme, sans misérabilisme et sans forcément éprouver le besoin d’utiliser un langage dit ‘local’ pour rendre honneur à la variété de la langue française dans le monde ? Enfin, si l’auteure porte le Gabon en elle, elle n’a pas joué les femmes à hommes polygames, ne s’est pas installée dans un village sans eau ni électricité, bref elle n’a pas bradé sa culture européenne, ce qui dérange aussi. Ceci n’est pas l’Afrique invite au voyage, au dépaysement, certainement pas à l’exotisme de pacotilles. Car l’air de rien, cette œuvre trop courte d’écriture de style classique, au ton faussement léger balaye de façon cinglante afro-pessimisme et béatement interminable devant une Afrique idéalisée. Libreville se déploie concrètement sous les yeux du lecteur, avec ses peines, ses joies…et les aléas de l’histoire.

Anne_C_cile_Makosso_A_et_Lepers

            Le Flamant Noir fut un choc en Afrique francophone et dans la diaspora africaine. Une critique élogieuse dans Libération n’y fut pas pour rien. L’aplomb de l’auteur, Bertrand Nguyen Matoko, énergique, beau, moitié congolais, moitié vietnamien surprenait, dérangeait et dérange encore maintenant, car il a abordé un tabou et refusé le non-dit. Pour la première fois, un écrivain aux origines africaines parlait de l’homosexualité dans son quotidien au Congo. Mélange d’éléments biographiques, mélange d’éléments-fictions, l’écriture est belle sans être flamboyante, elle est éprouvante sans être sinistre, le final apporte l’espoir. Bertrand Nguyen Matoko montre une réalité dure et qu’il n’est possible de s’en sortir que grâce à l’amour : l’amour de soi (respect), l’amour des autres (même fugace). C’est une œuvre sur la volonté de Vie, de vivre, de franchir les obstacles sans se trahir, sans mentir. Enfin Le Flamant Noir annonçait une œuvre qui se construit, solide, riche, éveillant la curiosité puisque depuis ce roman(2004), d’autres ont été publiés, dont le plus récent : A tu et à toi.

B

            

Ces ouvrages sont faciles à trouver, que ce soit en librairie, en grands surfaces ou sur internet. Il serait dommage de passer à côté.

Flamant_noir

            

Pour ceux et celles qui veulent découvrir la littérature africaine, un site bien sympathique : http://litteratureafricaine.unblog.fr/.


Luc Melmont

Photos :

-         Ouvrage originale de ZOE WICOMB

-         Couverture de Ceci n’est pas l’Afrique

-         Anne-Cécile Makosso-A à Question pour un Champion (à gauche Julien Lepers)

-         Couverture du Flamant Noir

-         Bertrand Matoko


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Melmont 2514 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte