Magazine Culture

Anthologie permanente : Gaston Puel

Par Florence Trocmé

II

Les arbres grincent
Le pré frissonne
La glaise se déchire
Ma demeure s’ouvre

Je sais que tout peut enfin s’y perdre
Tout – et jusqu’au nom des choses –
Dans cela qui n’a pas de nom
Et n’en a jamais eu

Quoi brille là-haut – je ne sais plus lire -
Dans la sombre contamination des astres
Ecorché par leurs ronces accrochés à leurs algues
Je cherche les mots qui jadis m’éclairaient.

Le mystère

On croit voir le soir,
S’apaise l’énigme.
On croit que l’on sait,
tout semble immobile.

Quand tout est limpide
Nous broutons l’obscur ;
L’étoile est trop sûre,
elle fend la nuit.

Reste le mystère,
Poème sans voix.
Comme tout s’éboule
Dans ce vide pur !

…. telle phrase lancée me revint, lestée de plomb, au creux de l’estomac. L’absent, le défunt avait parlé par ma bouche comme un qui dicterait sa volonté, mais c’était un accord, un affleurement de sa présence, le filet d’une source qu’on croyait tarie. Ainsi reviennent les disparus. Et nos pas se font plus lourds confondus à leurs pas….

Gaston Puel, L’Âme errante et ses attaches, L’Arrière-Pays, 2007, pp. 94, 82 et 79

voir présentation de ce livre.

Fiche bio-bibliographique de Gaston Puel

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines