Magazine Culture

L’expérience cubaine

Publié le 29 décembre 2007 par Epicure

L’expérience cubaine

De retour d’un sept jours de vachage total. Si quelquefois vous vous couchez le soir avec l’impression de n’avoir rien fait dans la journée, dites-vous que c’est quand même moins pire qu’un tout-compris à Cuba.

Boire, manger, baigner, boire, baigner, boire, boire, boire, baigner, doucher, manger, dormir. Voilà à peu près la séquence typique des activités de nos journées. Ça vous réduit un cerveau en bouillie mes amis. Encore plus que “Deux par deux rassemblés”. Mais vous savez quoi? Ça fait du bien en clisse.

Quelques observations en vrac de notre expérience cubaine :

  • Les Cubains forment un très beau peuple. La pauvreté est palpable, mais les gens semblent très heureux de leur condition. On est loin du rythme de vie à la nord-américaine; tout est plus lent, plus relax, plus zen. L’argent est important, c’est sûr, mais la qualité de vie est première, loin devant.
  • Les Cubaines sont belles et sexy. Je garde les détails pour moi, bande de pervers.
  • Si la plage est votre critère numero uno, optez pour Varadero. Le sable est farineux, l’eau est limpide et les vagues sont assez féroces pour vous sortir de vos babouches.
  • On m’avait dit que la bouffe d’un tout-compris est généralement ordinaire. Moi je dirais qu’elle est tout juste comestible. Chaque essai était une aventure au point où j’étais carrément écoeuré du buffet après 4-5 jours.
  • J’ai pu faire une excursion d’une journée à La Havane, la ville la plus importante de l’île avec ses 2,5 millions d’habitants. Une merveille de diversité architecturale, de monuments impressionnants et de quartiers fourmillants. Seul bémol : on s’est ramassé à la place du marché, où les touristes sont traités comme des guichets automatiques. Par exemple, un caricaturiste poche dessinait la caricature d’une personne à son insu avant de la lui balancer en pleine face. Le touriste moyen se sent alors obligé de payer. Il a essayé de me faire le coup, mais je me suis précipité sur lui. “No money for you, amigo”, lui ai-je cordialement indiqué. “No money? Who do you think you are?”, m’a-t-il répondu, un peu frustré. Et ta soeur, cubano enculo?
  • Hola, cerveza, amigo, water, (nom d’un cocktail), gracias, por favor : aprenez ces 7 expressions et vous passerez votre semaine sans tracas. Celles et ceux qui craignent la barrière linguistique, sachez que vous aurez moins de problème dans un tout-compris cubain que dans un magasin de l’ouest de la Sainte-Catherine à Montréal
  • Entendre les gens applaudir à l’aterrissage de l’avion a failli détruire ce qu’il me reste de fibre nationaliste. On me dit que les Québécois sont les seuls à poser ce geste inutile et complètement ridicule. Pauvre nous.

En terminant, j’écrivais, le 18 décembre dernier :

En fin de semaine, je jure de prendre quelques minutes pour déposer mon livre sur le sable chaud de Varadero, lever mon mojito et brandir mon majeur, face au Nord. Il l’aura mérité, c’t'hiver de mes deux.

Chose promise, chose due.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine