Magazine Afrique

Cameroun: une ONG dénonce la vente de carburant frelaté à la pompe à Yaoundé

Publié le 09 novembre 2010 par 237online @237online

Écrit par 237online.com   

Mardi, 09 Novembre 2010 17:17

ééààééééàééàéèêéééééé

Cameroun: une ONG dénonce la vente de carburant frelaté à la pompe à Yaoundé
YAOUNDE - Une ONG camerounaise a dénoncé dans un rapport publié mardi la vente à la pompe de carburant frelaté, surnommé localement "zouazoua", à Yaoundé après une enquête de treize mois lors de laquelle elle affirme avoir inventorié "12 sites actifs de frelatage".
"La vente du carburant frelaté dans les stations-service est une réalité dans la ville de Yaoundé", indique l'ONG de lutte contre la corruption et la pauvreté Voies Nouvelles dans ce rapport.
"Les mélanges frauduleux" - mélanges de gasoil et de pétrole lampant ou d'essence et de pétrole lampant - "sont effectués par les chauffeurs des camions citernes à la sortie de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP)", souligne-t-elle.

Selon le rapport, les enquêteurs de l'ONG ont inventorié "12 sites actifs" de frelatage dans 14 quartiers "suspects". Pendant treize mois, ils ont suivi et observé "167 mouvements de camions-citernes", soit à partir de leur sortie de la SCDP, soit à partir des lieux de trafic, jusqu'à la pompe.

"Au moins 80% des camions-citernes appelés à desservir les stations-services appartenant à notre zone d'enquête ont eu à faire un détour vers les sites de frelatages" avant la livraison à la pompe, affirme le document.

De même source, "entre 1.500 et 2.000 litres de carburant sont siphonnés à chacun de leur passage (des camions citernes) dans un site de frelatage", et certains sites peuvent accueillir "plus d'une dizaine de camions citernes par semaine avec des quantités de carburant siphonnés évaluées à plus de 5 millions de FCFA (7.622 euros)".

"Les mesures de contrôle (...) ne sont ni régulières ni efficaces", constate l'ONG, évaluant les pertes de l'Etat à "plusieurs dizaine de milliards de FCFA (plusieurs dizaine de millions d'euros)" par an du fait de ce trafic qui présente par ailleurs des risques écologique, environnemental et social.

Ce trafic se fait "à ciel ouvert" et est connu de tous, y compris des autorités, a affirmé à l'AFP Cyrille Tomo, secrétaire exécutif de Voies Nouvelles.

L'ONG recommande notamment "la multiplication" des contrôles du carburant et le "recours à des méthodes de surveillance électronique des camions-citernes".


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines