Magazine Afrique

Controverse : Un cabinet d’avocat menacé d’expulsion

Publié le 09 novembre 2010 par 237online @237online

Écrit par Mutations   

Mardi, 09 Novembre 2010 09:24

’é’éééééàéèéééàééééèééàêàéà

Controverse : Un cabinet d’avocat menacé d’expulsion
Le délégué du gouvernement veut détruire un immeuble situé à Bonanjo, mais les occupants démontrent le caractère illégal de cette démarche.
Me Gaston Ngamkan, avocat au barreau du Cameroun, est sur le qui vive, depuis au moins samedi dernier, délai à lui donné par le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala. Réagissant à une requête à lui adressée par Pierre Ngankoue, un ancien gendarme à la retraite, par ailleurs géniteur de l'opérateur économique Esaie Nana et propriétaire d'un immeuble situé à Bonanjo, rue face Emi-Immigration et le lycée Joss, Fritz Ntoné Ntoné a fait preuve dans sa démarche d'une diligence rarement démontrée.
Le délégué du gouvernement veut en effet déguerpir les occupants de l'immeuble parmi lesquels Me Gaston Ngamkan pour officiellement des travaux d'embellissement. «Au regard des plans d'exécution de la campagne d'hygiène et de salubrité pour la ville de Douala, ledit immeuble se trouve dans un état d'insalubrité avancé», écrit le délégué du gouvernement dans une note adressée le 25 octobre 2010 à Pierre Ngankoue.

Fritz Ntoné Ntoné poursuit et annonce, contrairement à l'objet repris en marge de la même correspondance, la destruction pure et simple de l'immeuble. «Faute par vous de vous exécuter, la Communauté urbaine de Douala s'obligera dans l'exécution de ses prérogatives, de détruire purement et simplement l'immeuble sans autre forme de préavis, ayant au préalable déguerpi tous les occupants, comme l'exigent les textes et selon les dispositions légales prévues en la matière», soutient le délégué. Conscient que la démarche du délégué du gouvernement le vise personnellement, bien moins que les autres occupants, parmi lesquels Madame veuve Tchouta Moussa et l'un des membres de la famille du propriétaire, Me Gaston Ngamkan a fait appel aux services d'un expert pour évaluer le risque que présente cet immeuble. Le résultat parle de lui-même.

Dans un rapport rendu le 1er novembre, l'entreprise Ebelle Kotto Building (Ebs) expert foncier et immobilier près la cour d'appel du Littoral conclut : «Le bâtiment n'est pas affecté dans sa structure et ne présente aucun risque de péril. Les travaux mentionnés en infra doivent néanmoins être réalisés dans de bons délais afin de préserver la qualité de l'immeuble, le rendre conforme à la réglementation en vigueur et cohérent avec l'environnement immédiat. Ces travaux peuvent être réalisés en son état actuel d'occupation, sans qu'il soit besoin de vider l'immeuble de ses occupants.» Cette passe entre Fritz Ntoné Ntoné et l'avocat n'est en réalité que le prolongement d'une affaire qui oppose ce dernier à l'opérateur économique Isaïe Nana.

Conseil d'Isaïe Nana dans différentes opérations (l'homme d'affaires avait été incarcéré à la prison centrale de Douala), Gaston Ngamkan s'accroche aux locaux qui abritent son cabinet parce que, soutient-il, Isaïe Nana lui doit de l'argent dans le cadre de ses honoraires (près de 83 millions de francs Cfa), des transactions d'achat d'une maison (près de 92 millions de francs Cfa) et des travaux de réfection du rez-de-chaussée et du niveau 2 de cet immeuble (près de 30 millions de francs Cfa).
Nana Isaïe, gestionnaire de la société des établissements Ngankoue, a toujours nié devoir cet argent à Me Gaston Ngamkan. Plusieurs plaintes ont été déposées par les deux parties devant les juridictions.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines