Magazine Bien-être

Légitimité de la musicothérapie 2/3

Publié le 09 novembre 2010 par Nathalie Chateau-Artaud
Légitimité de la musicothérapie 2/3 "Une approche "existentielle" est indispensable en complément d'une approche purement médicinale ou médicale : en particulier une sensibilité qui permet de comprendre l'action, l'art et le jeu sont sains et libres par essence, et donc contraires à ces impulsions et conduites grossières, au déchaînement de cette "force aveugle du sous-cortex" dont souffrent ces patients. Le parkinsonien immobile peut se mettre à chanter ou danser et, quand il le fait, être complètement libéré de son parkinsonisme ; et lorsque le tourettien galvanisé chante, joue ou agit, il est à son tour complètement libéré de son syndrome de Tourette. Dans ces moments-là, le "moi" l'emporte et règne sur le "ça". (...) Les seuls moments où il se libérait de ses tics étaient la détente postcoïtale ou le sommeil ; ou bien lorsqu'il nageait, chantait ou travaillait, d'une façon régulière et rythmée, trouvant alors une "mélodie kinésique", une activité libre de tension, libre de tics, libre de tout."

L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau, Olivier Sacks (Chapitre 10 "Ray, le tiqueur blagueur", pages 130 à 132.)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nathalie Chateau-Artaud 527 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte