Magazine Société

Moi pas raciste, mais chinois, eux très méchants!

Publié le 09 novembre 2010 par Hermes
Moi pas raciste, mais chinois, eux très méchants!
Pourquoi se philosopher la tronche et se gaver de presse-cerveau quand tout se résume toujours à la même figure du gentil et du méchant ?
Ainsi peut-on lire souvent cette bouillie dans une revue qu’on eût appelé autrefois de gare, genre BD ou Nous Deux. Ou bien, pour faire plus classe, dans une littérature d’aéroport pour la tendance Hermes ou Dolce Cabana, Le Monde par exemple…
Exactement les mêmes poncifs, le même ronron lénifiant moralisateur-libertaire pour chats au dos rond.Toujours et encore ce même cliché de la victime, du fourbe, du bon, du sadique où chacun fourguera dans la case appropriée le juif, l’arabe, le blanc ou le jaune, par exemple... La liste pouvant, bien entendu, nous diraient nos bon journaux, être placée dans n’importe quel ordre selon la conjoncture. Ou du moins essaie-t-on sans cesse de nous en persuader.
Morale quand tu nous tiens, la corde du mensonge t’étrangle.
Or, aujourd’hui, rions jaune avec Le Monde, dans cette adaptation quotidienne du bon qui est forcément de son bon côté et, de l’autre, la brute et le méchant, dans cet au-delà benladenisé, ou pire encore, dans cet univers cloaqueux poststalinien où le mal pousse forcément sur cette mauvaise herbe tchernobilisée à jamais pour tout « Droit de l’Homme ». Russie ou Chine, ces portes de l'enfer...
Ah ! la lecture du Monde de ce Mardi 9 novembre !
Ouvrez votre missel à la page 8 de la rubrique internationale et, mes frères, mes compagnons, mes camarades, prions oeceuméniquement sur ces deux colonnes à la suite de ce grand titre :
« L’ARTISTE CHINOIS AI WEIWEI ASSIGNE A RESIDENCE A PEKIN »
Les chinois sont très, très méchants, on le sait (A mettre forcément dans la case « brute » ou « méchant »)… On s’attaque à mon Weiwei préféré ! Il est pourtant né mon grand Artiste, jouez haubois, résonnez musettes !
D’ailleurs, fort heureusement, je lis dans l’article : « Sa popularité se renforce à mesure que s’accroissent ses ennuis. »Ouf !
Oublions les tortures occidentales en Irak, oublions l’imbécile qui a subi 48 heures de garde vue, probablement à poil et cul écarté, dans notre petit empire pas du milieu mais de l’extrême périphérie du petit monde, pour insolence envers Maaadâme Dati, et mobilisons-nous pour cette grande cause en faveur de notre WEIWEI! Celui-là même dont on méditera sur l'extrême souffrance qu'il dut endurer lors de ce supplice -forcément chinois- que le Monde décrit en cette sublime phrase, sèche et sobre, à l'intérieur d' un très long article :
« LES AUTORITES LUI AVAIENT INTERDIT DE QUITTER SON DOMICILE, A PEKIN, LE TEMPS D'UN WEEK-END. »
Au Monde on mène le monde à la baguette. Magique, au point de faire fondre grains de riz comme flocons de neige.
Peut-être serait-il bon parfois d’oublier ce petit univers contemporain pour se nourrir de "Lettres Persanes "...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hermes 157 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine