Magazine Culture

Je ne veux pas mourir seul - Gil Courtemanche

Par Venise19 @VeniseLandry

Je ne veux pas mourir seul - Gil Courtemanche"À la première femme qui parce qu'elle est la première devient la dernière femme " - Cet exergue donne un indice révélateur ; ce roman autofictif parle plus d'amour que de mort.

Sous ce titre, Gil Courtemanche, journaliste et romancier reconnu pour son franc-parler et son côté dénicheur de réalités méconnues, fait plus que s'épancher, il se confesse. Et je vous prie de me croire que je n'abuse pas du mot " confesser ".

Il recevra le congédiement de celle qui l'aime depuis huit ans, par courriel. Ça donne un choc : " La mort est plus subtile, c'est un cancer qui s'annonce, un courriel qui dit " Je te quitte ". Et quelques raisons suivent. Elle est en Afrique, moi en Europe. Je croyais que nous étions heureux et me voici mort ou presque par un simple courriel. " Cet homme, qui a reçu sa première condamnation par courriel, en recevra une autre : cancer du larynx. C'est à prendre ou à laisser ! L'option de " prendre ou laisser ", il la jaugera tout au long du roman divisé par chapitres qui alternent entre la vie et la mort. Peu de différences entre les deux qui se côtoient intimement dans sa situation d'homme réalisant dans la souffrance l'ampleur de l'amour qu'il portait pour Violaine.

C'est la déclaration d'amour la plus troublante que j'ai lue jusqu'à date, puisque je n'y ai trouvé aucune culpabilité malsaine, ou ton plaintif, ou état de victime à défendre. S'entend le cri douloureux de l'éveil de l'homme réalisant combien il a raté d'occasions d'exprimer l'intensité de son amour, et pour toutes sortes de raisons sottes ... qu'il confesse sans se ménager. Je me suis bien sûr demandé si cet acte de lucidité et d'humilité n'était pas un dernier cri lancé à l'aimée. Qu'elle entende au moins la clameur vibrante de son amour qui survit, et même grandit, à son départ.

Le récit s'intensifie de cette bataille pour garder sauve sa vie, tandis que Gil Courtemanche n'y tient pas. Voici le cœur même du drame. " Car, dans ce testament, je ne veux léguer qu'une chose : cet amour absolu qu'elle n'a jamais compris. [...] Des mots, même inspirés par la mort qui rôde autour du stylo, ne seront toujours que des mots qu'elle ne lira qu'après mon décès. Peut-on léguer une douce caresse, un regard admiratif, l'ennui d'un parfum ? "

Eh bien, oui, on le peut, monsieur Courtemanche, on le peut, puisque vous l'avez fait. Cependant, votre lègue ne sera peut-être pas relevée par la personne visée, mais à d'innombrables autres. Et je l'espère, pas seulement aux femmes, aux hommes aussi. " Le besoin n'est pas la dépendance, ma chérie, c'est la reconnaissance de la force et de la richesse de l'autre. Ce n'est pas non plus un jugement négatif sur soi, un aveu de faiblesse, c'est l'acceptation du fait qu'exister seul et sans besoin d'un autre est une forme de pauvreté ou d'orgueil mal placé. "

Et sa déclaration d'amour posthume de continuer de vivre au-delà du temps :

" Avant toi, je ne savais pas que l'on pouvait mourir du souvenir d'une crème du matin au parfum d'amande. Je ne savais pas que le bruit des pas qui reviennent à la maison pouvait enchanter plus que toutes les récompenses et les prix du monde ".

Et c'est un homme qui en a reçus qui l'affirme.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Venise19 3552 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines