Magazine Cinéma

The King of New York

Par Silice
The King of New YorkAbel Ferrara (Bad Lieutenant) réalise The King of New York en 1990, un film sombre mais bien sympa. C'est violent, c'est trash, on ne compte plus les morts mais l'histoire n'est pas si brute de fonderie que ça et les acteurs ont un jeu particulièrement subtile (je pense ici à Christopher Walken qui fait disparaître tous ses collègues dés qu'il apparaît dans le champ).C'est donc l'histoire du roi de New York, Frank White qui sort de prison après, a priori, un sacré bout de temps. Il retrouve tous ses potes, les gangster, autant le dire tout de suite White est dans la drogue et il ne s'en cache pas, c'est le mec qu'il ne faut pas franchement contrarié. Mais Frank White est un bon type, même si il doit avoir un nombre incroyable de cadavres sur les bras, ils ne tuent que ceux qui le mérite ou presque et ce bon gars veut aider un hôpital, si il n'a pas le coeur sur la main ...Voilà qui peut faire rager les gars qui sont censés l'arrêter et stopper par la même quantité d'homicides. On revient à un sujet parfois traiter dans les films de ce genre : la manque d'argent des policiers (on peut se souvenir de Brooklyn's finest). On note la présence de très roux David Caruso en tant que représentant des forces de l'ordre, oui, ce bon vieux gars des experts, série dont je n'ai jamais réussi à voir un épisode de bout en bout. Il tient bien son rôle il faut le dire.
The King of New York
Mais il y a aussi, de l'autre coté, Laurence Fishburne crédité Larry Fishburne d'ailleurs. Il est assez étrange de le voir tenir un rôle aussi cliché que celui du dealer noir et c'est assez traumatisant.Mais vous l'aurez -peut-être- compris si j'ai vu et aimé ce film, c'est sans doute grâce à la présence de Christopher Walken au générique. Il est The King of New York, rien que ça, avec une coiffure que ne va qu'à lui, des manières que l'on ne retrouve que chez lui, et un sourire impossible à imiter. Il est dans son environnement avec un pareil rôle, sûr que l'on ne pense pas franchement à lui pour jouer un sain.Bref, c'est un film que je ne regrette pas d'avoir vu, qui joue légèrement avec les clichés en nous balançant du rap à plusieurs reprises, rien d'insupportable toutefois dans le contexte et puis il y a cette fin. Une fin splendide à la hauteur du reste du film.En gros, c'est top. Un film qui m'a étrangement bien fait plaisir (oui, d'ordinaire c'est les comédies légères et sans intérêt...).
17/20
Silice

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Silice 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines