Magazine Culture

Control

Publié le 10 janvier 2008 par Epicure

Burp Control

Control

 La musique de Joy Division et le suicide précoce de son chanteur, Ian Curtis, ont toujours été indissociables. Il y a de quoi, vu le macabre des paroles et l’attitude scénique de Curtis qui a sans doute défini l’expression “être dans sa bulle”. Quand j’ai su que le réputé photographe rock Anton Corbijn avait réalisé un film sur Curtis, j’ai évidemment pensé qu’on allait avoir droit à un trip gothique sur les aventures extrêmes d’un frosté notoire.

Ben Control, c’est pas ça. Control, c’est l’histoire triste et tragique d’un jeune lad plutôt réglo atteint d’une maladie encore incomprise à l’époque - l’épilepsie - et qui avait du mal à composer avec ses émotions et ses sentiments. C’est finalement un mélange de tout cela qui l’a tué. Je m’attendais aussi à une réalisation flamboyante à la Trainspotting. Encore dans l’champ. Control est réalisé très sobrement, presque à la manière d’un documentaire. En fait, toute la place est consacrée au jeu subtil et halluciné de Sam Riley, qui incarne Curtis encore plus réellement que sa propre personne.

De plus, le film m’a réconcilié avec la musique de Joy Division, omniprésente (on s’en doutait) dans le film. C’est toujours pas jojo, mais c’est foutrement inspiré.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine