Magazine Bons plans

L'importance d'être inconstant

Publié le 16 novembre 2010 par Auroretaupin

L'importance d'être inconstant

Après, comme tout un chacun, moult années d'évolution aux côtés du genre humain, il en ressort une constante particulièrement délicieuse de celui : l'insatisfaction chronique.


Loin d'être une tare, celle-ci est à l'origine de sûrement bien des phénomènes qui nous ont fait nous élever de notre condition de bonobos de l'ère glaciaire aux personnes incroyablement civilisées que nous sommes aujourd'hui. Cette insatisfaction est d'ailleurs sûrement à l'origine de la sauvegarde d'un certain nombre d'industries naguère florissantes : qui irait encore acheter son journal si le J.T de Jean-Pierre Pernault thème "actu et terroir" satisfaisait pleinement notre demande d'infos quotidiennes ? Qui irait encore au cinéma ou au théâtre si on se contentait du téléfilm du jeudi soir pour combler notre besoin de divertissement ?

Ne nous faisons pas d'illusions, cette insatisfaction est chronique et persistante : même avec un (Master)chef à nos fourneaux, on jettera toujours un oeil, l'air de rien, dans l'assiette du voisin pour vérifier qu'elle n'est pas mieux garnie (ou dressée, nouveau vocabulaire de téléspectatrice assidue de Masterchef)

(2 références en 2 lignes, on aura compris que cette émission est totalement addictive ; message à Nonce Paolini : à quand la saison 2 ?)

Et, de même que l'herbe est toujours plus verte dans le pré du voisin, le cheveu est toujours plus lisse, plus long, plus blond sur la tête de la voisine. Le capillaire, ou l'incarnation concrète de l'insatisfaction sus-mentionnée, alimente nombre de plaintes irraisonnées, et fait ainsile bonheur de nos amis coiffeurs, qui font leur miel de notre inconstance.

Les blondes envient le piquant des brunes, qu'elles-mêmes vendraient cher (balayage+couleur) pour avoir l'éclat des premières. A coups de ridicule qui ne tue pas (i.e, une heure le cheveu en papillotte sous un casque chauffant), chacun accède à ses désirs, en oubliant qu'à 50 ans, on voudra tous être blonds pour cacher les (premiers) cheveux blancs.

Plus irremédiable, mais tout aussi sujet à débats, couleurs des yeux, métabolisme et ô combien maudit atavisme familial alimentent les discussions sans fin sur les envies des uns et des autres, avec force théories irrationnelles sur les défauts de leurs propres attributs.

Ainsi, combien de discussions sur les avantages de la femme-poire vs. sa rivale la femme-pomme ? (équivalent masculin du dilemme, pour toi qui ne comprends pas ces considérations fruitées : poignées d'amour vs calvitie ?) ... Pour en conclure que, ô rage, ô désespoir, on peut être poire ET pomme (ou chauve ET "confortable").

Théorie de mon cru vivement critiquée par exemple sur les yeux clairs : outre la disharmonie de couleurs que cela crée dans le visage (bleu/vert-chair-rouge de la bouche -brun ou blond des cheveux), cela rend extrêêêêêmement mal-aisé toute tentative d'habillement avec plus d'une couleur (sans parler du maquillage, mais comme j'ai déjà perdu la moitié des suffrages jusqu'ici, je m'arrêterai là). Devant vos airs compatissants (?), avouons que cette théorie remporte jusqu'ici peu de soutien, voire plutôt une foule de critiques, évidemment irrecevables car émanant de personnes aux yeux marrons (CQFD).

(Cette histoire d'harmonie colorielle n'est peut-être pas sans lien avec une passion déjà mentionnée pour les mascaras de couleur bleue ou verte ... A méditer).

Enfin, quel bon voyant n'a pas souhaité, même un instant, porter des lunettes un jour ? Pour le regretter dès la première annonce de la découverte de sa myopie/presbytie/etc. et le constat terrible que porter des lunettes, c'est surtout pas pratique.

Version -mais-qu'est-ce-qui-nous-a-pris de ce premier exemple, avec ... l'appareil dentaire, dont on a tous un peu rêvé à la récré en voyant la copine arborer fièrement ses bagues en alu, ... pour finalement pleurer de douleur à la pose des celles-ci et à la vue du sourire qui nous vaudra sûrement le doux sobriquet de "Tchernobyl" pour les 12 prochains mois.

Tant que cela donnera encore une foule d'anecdotes, saluons donc l'importance d'être inconstant !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • FAUCHOIX, Jean-Pierre

    BiographieNé à Calais, Jean-Pierre Fauchoix est retraité de l'Education Nationale après avoir été professeur de technologie. Il vit près de Saint-Omer avec sa... Lire la suite

    Par  Krri
    CULTURE, LIVRES
  • Notes sur la poésie : Jean-Pierre Georges

    J’ai arrêté la poésie parce que ça me fatiguait d’avoir toujours à trouver quelque chose. Et voilà que c’est pareil avec ces notes. J’envie ceux qui ne... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Prose des rats - Jean-Pierre Bobillot

    Prose rats Jean-Pierre Bobillot

    Rahhhh ! Rah... rat... rats... Des rats. En veux-tu, en voilà Rahhhh ! Des rats, désirés, des rats Rahhhh ! des râles, enragés, ravagés Les rats sont partouts,... Lire la suite

    Par  Malaurie
    CULTURE
  • Jean-Pierre Melville revisité

    Jean-Pierre Melville revisité

    La rétrospective Jean-Pierre Melville au cinéma Jean-Vigo de Gennevilliers, en 2008, fut le point de départ d’un ouvrage collectif sur le cinéaste. Lire la suite

    Par  Mickabenda
    CINÉMA, CULTURE
  • Anthologie permanente : Jean-Pierre Lemaire

    Poezibao remercie Marie-Claire Bancquart qui a bien voulu choisir et lui envoyer ces textes de Jean Pierre Lemaire. Atlas Derrière la pluie se profile une... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Jean-Pierre Lemaire

    , né le 18 août 1948 à Sallanches, en Haute-Savoie, est un poète français. Ancien élève de l’ENS, il est professeur en préparation au lycée Henri IV et à... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • LES EMOTIFS ANONYMES de JEAN-PIERRE AMERIS

    EMOTIFS ANONYMES JEAN-PIERRE AMERIS

    VIDEO Honnête divertissement, cette comédie enlevée aborde de manière légère un sujet grave. Parfois maladroit, l'ensemble demeure suffisamment drôle... Lire la suite

    Par  Abarguillet
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Auroretaupin 170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte