Magazine Culture

Don Delillo, Point Omega

Publié le 16 novembre 2010 par Albertangelo
Don Delillo, Point Omega

D’un côté nous avons un film, où plutôt une oeuvre vidéo de Douglas Gordon, 24 hour psycho, qui consiste en l’étirement du film Psychose en une journée, de l’autre nous avons cet homme Richard Elster, isolé de tout en plein désert qui reçoit la visite d’un jeune cinéaste, Jim Finley. Le tout réuni dans un roman intitulé Point Oméga.

D’abord, il y a le récit anonyme d’un visiteur au Museum of Modern Artde New-York en 2006 devant l’oeuvre de Douglas Gordon, un visiteur qui s’y rend chaque jour, et qui palpe tous les instants du film étiré, comme isolé dans un autre espace temps. Ce même visiteur, on le retrouvera en épilogue du livre, s’attachant à voir la fin du film, rencontrant une mystérieuse femme. Entre les deux récits, il y a la rencontre entre le jeune cinéaste et ce vieil homme qu’est Richard Elster, dont le jeune homme veut en faire son unique personnage pour son film. « En fait, il serait, l’unique participant. Son visage, ses mots. C’était tout ce qu’il me fallait. » Richard Elster a 73 ans, il vit seul dans cette maison isolée dans le désert, depuis la séparation avec sa femme, loin de ses fils et de sa fille. On sent bien la difficulté du narrateur Finley à s’habituer au mode de vie de son ancien et taciturne personnage de son film. Puis, les deux hommes s’apprivoisent et se racontent leur vie, jusqu’à s’apprécier, jusqu’au jour où Elster reçoit la visite de sa fille, qui semble charmée notre narrateur.

Dans ce livre, tout es silence, avec des scènes qui dure jusqu’à l’épuisement des personnages. On peut y voir comme un difficulté de la communication entre deux hommes de générations différentes, aux vies différentes, aux intérêts différents. On apprend même que le cinéaste a montré la vidéo de Gordon, sans qu’il y ait le moindre enthousiasme chez son personnage de film. La visite de la fille viendra mettre un peu plus de vie dans cette confrontation au décor atemporel. Les conversations se posent sur des questions existentielles. Richard Elster n’est pas le dernier a émettre son opinion sur la folie de son époque. « Tout est englué, dit-il, les heures et les minutes, les mots et les nombres partout, dit-il, les gares, les trajets de bus, les compteurs des taxis, les caméras de surveillance. La question c’est le temps, un temps imbécile, un temps inférieur, des gens qui regardent leurs montres et leurs appareils divers, leurs pense-bêtes. Un temps qui coule hors de nos vies. Les villes ont été bâties pour mesurer le temps, pour soustraire le temps à la nature. » Le temps, lui le narrateur, ça fait un moment qu’il ne le compte plus, lui s’attachait à noter le nombre de jour qu’il passait en la présence de ce vieil homme, mais qui, isolé, n’y trouve plus le sens.

Il est évident que je ne dévoilerait pas ici l’évènement qui va bousculer nos deux hommes, jusqu’à les rendre amorphes, vides.

Point oméga est un roman sur la difficulté d’être au monde, de vivre en marginal, en refusant le temps, en refusant le mode de vie rapide d’une société éclaire. C’est aussi une rencontre spirituelle entre deux hommes que rien ne réunit si ce n’est ce goût pour l’inconnu. Le point oméga, terme emprunté à Pierre Teilhard de Chardin, est un pôle de convergence de l’évolution. C’est bien vieil homme qui apprend à son interlocuteur que « la conscience s’accumule. Elle commence à réfléchir sur elle-même. Il y a là pour moi quelque chose de quasiment mathématique. Il doit exister une loi mathématique ou physique que nous n’avons pas encore vraiment découverte, suivant laquelle l’esprit transcende toute direction intérieure. » Dans une discussion antérieure, le même personnage questionnait le cinéaste. « Le père Teilhard connaissant une chose, le point oméga. Un bond hors de notre biologie. Posez-vous cette question. Devons-nous rester éternellement humains ? La conscience est à bout de forces. A partir de maintenant, retour à la matière inorganique. C’est ça que nous voulons. Etre des pierres dans un champ. »

La question est posée, au lecteur d’y réfléchir…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Albertangelo 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine