Magazine Culture

Anthologie permanente : Rosanna Warren

Par Florence Trocmé

Leçons de science 
 
Le corps humain est superflu. 
Rochester le savait : rentrant chez lui en titubant  
après une nuit salace, vannes ouvertes, 
testicules fripés, reins lessivés, 
les doigts dégoulinants et âcres, il était consumé 
 
par le savoir. Ayant caressé 
le mol affaissement de chair, de la côte à la hanche, 
il anticipait chevalet, gibet, chaudron, tous les instruments 
précis de la question, tout comme 
le frisson éloquent et final ; il savait 
 
que les algues vertes de l’étang ont la chair de poule,  
bizarrement agitées ; savait que les Cheveux  
du Roi pendillent comme de la dentelle, que le limon aspire 
et suinte d’une confession de plaisir ;  
savait que la vérité est un prisonnier 
 
suppliant sa délivrance. 
Encore et encore la fille à la peau luisante, 
le garçon au corps satiné doivent prendre la pose 
tandis que le savant Amour bégaie, se répète, 
chancèle et s’embrouille dans ses litanies bâclées  
 
décortiquant la forme pure du corps de cette mort.  
 
 
 
Max Jacob à Saint-Benoît 
 
Le square à midi. Feuilles de platane, poussière : 
une bourrasque de chaleur éclatante les fait filer ventre à terre.  
Même les ombres bruissent. Les Belges sont partis. 
Le petit terrier trotte tout seul. 
Max pria ici, le grand poseur, 
mystique de salon et littérateur, 
mais quatorze ans, rappelez-vous, une sacrée pose  
pour un dandy parisien. 
Il avait un sens infaillible de la scène. 
Vous voyez cette âme de pierre qui se déchire  
entre diable et séraphin ? 
Roman, bien sûr, pour que Max lisse 
le joli plumage de son âme ici 
d’années de lassitude en années de poussière. 
Pas facile pourtant. Quel ennui ! 
Cette terre plate et chaude, la Loire léthargique ; 
De jour, de nuit, de jour : prière, devoir ; 
Plus de vision jaune et bleu du Christ sur l’arbre 
(d’après l’aquarelle de Max), plus de cinémathèque 
et films X aux Vierges grondant le « pauvre Max » 
(scandalisant les confesseurs), 
plus de mystiques esthétisants sur ses traces. 
De la poussière seulement, à Saint-Benoît. Le périple 
vers Dieu ? Au-delà de la crypte, ce fut la voie 
d’un ennui à l’autre au lit du camp  
à Drancy. Là, les Nazis le laissèrent mourir  
– un vieux Juif malade ? – de « mort naturelle. » 
 
 
Rosanna Warren, deux poèmes extraits de Stained Glass et de Each Leaf Shines Separate, traductions inédites d’Aude Pivin, version originale en cliquant sur « lire la suite... » 
 
 
Bio-bibliographie de Rosanna Warren 
 
 
Aude Pivin 
 
S’abonner à Poezibao
 
Une de Poezibao 
 
 

 
 

Science Lessons 
From Stained Glass 
 
 
The human body is superfluous. 
Rochester knew it: lurching home 
from a night of swiving and sluicing, 
ballocks crumpled, loins wrung out, 
fingers dripping and pungent, he was consumed 
 
by knowledge. Having caressed 
the soft slippage of flesh from rib and hip, 
foreknew rack, gibbet, kettle, all the precise 
instruments of quest including 
the final, eloquent shudder; knew 
 
pond scum to grow gooseflesh, to be 
as freakishly aroused; knew Spanish moss 
to dangle as lace, black mud to suck 
and ooze with a confession of pleasure; 
knew truth a prisoner 
 
begging to be shucked free. 
So over and over the glossy girl, 
the sleek-limbed boy, must pose 
while Love the scientist stutters, repeats himself, 
staggers through his garbled litanies 
 
husking pure form from the body of this death 
 
• 
 
Max Jacob at Saint Benoît 
From Each Leaf Shines Separate 
 
The noonday square. Plane leaves, dust: 
they scurry in heat shimmering gusts. 
Even shadows rustle. The Belgians are gone. 
The tiny terrier trots alone. 
Max prayed here, le grand poseur, 
salon mystic and littérateur, 
but fourteen years, remember, that's one hell 
of a pose for a Paris swell. 
He had an infallible sense of scene. 
See that stone soul torn limb from limb 
between the devils and seraphim? 
Romanesque, of course, for Max to preen 
his own soul's pretty plumage here 
year after tiresome dusty year. 
And still, it wasn't easy. Quel ennui! 
This flat, hot land, the sluggish Loire; 
daily, nightly, daily: prière, devoir; 
no more blue-yellow visions of Christ on the tree 
(from Max's aquarelle), no more cinemathèque 
blue movie Maries scolding "pauvre Max" 
(to scandalize confessors), 
no more dandified mystics dogging his tracks. 
At Saint Benoît, just dust. The trek 
to God? Beyond the crypt, it led –  
from boredom to boredom to prison camp bed 
in Drancy. There, the Nazis let him die 
– an old Jew with pneumonia?– "naturally." 
 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Anthologie permanente : Carlo Bordini

    Carlo Bordini sera présent à la soirée Traduction que Poezibao organise, en avant première du Marché de la poésie, le 16 juin (voir ici)        I    Bien sûr... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Paul Valéry

    Poezibao poursuit la publication d’une anthologie inédite compilée par Alexis Pelletier sur le thème d’Orphée.         ORPHÉE    … Je compose en esprit, sous le... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Henri Droguet

    Henri Droguet publie boucans, dans la collection Wigwam, dont cette plaquette, la quatre vingt unième, représente le tout dernier titre à paraître. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Laurent Margantin

    Laurent Margantin publie La Main de Sable, aux éditions publie.net. On peut lire à propos de ce livre le Journal de lecture de Florence Trocmé, en cours de... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Jacques Réda

    Poezibao attire l’attention sur la première lettre de chaque vers, en rapport avec le titre du livre dont ce poème est extrait. Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Isabelle Pinçon

    Je vous parle mieux en écrivant. Mais aussi par le bas du ventre. Chaque fois qu’un mot arrive, je vous l’adresse. Nous avons tous les deux les corps qui... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE
  • Anthologie permanente : Hilde Domin

    Les Éditions L’Oreille du Loup publie Avec un si léger bagage, mit leichtem Gepäck, une anthologie poétique bilingue de la poète allemande Hilde Domin, décédée... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines