Magazine Culture

Anthologie permanente : Jacques Dupin

Par Florence Trocmé

Le partage

Une larme de toi fait monter la colonne du chant.
Une larme la ruine, et toute lumière est inhabitée.

La corde que je tresse, la rose que j’expie,
N’ont pas à redouter de lumière plus droite.

Le peu d’obscurité que je dilapide en montant
C’est de l’air qui me manque à l’approche des cimes.

Par le versant abrupt, la plus libre des routes,
Malgré le timon de la foudre et mes vomissements.

L’initiale

Poussière fine et sèche dans le vent,
Je t’appelle, je t’appartiens,
Poussière, trait pour trait,
Que ton visage soit le mien,
Inscrutable dans le vent.

Jacques Dupin, Gravir, Gallimard, 1963, p. 29 et 59.

contribution de Tristan Hordé

Jacques Dupin dans Poezibao :
Dupin Jacques,
extrait 1, extrait 2, extrait 3, extrait 4, extrait 5, extrait 6, extrait 7, extrait 8, extrait 9
hommage à Claude Esteban,
numéro spécial de Faire Part, lecture chez Tschann,,

index de Poezibao
Revenir à la Une de Poezibao

Sur simple demande à f.trocme@poezibao.com, recevez chaque jour l'anthologie permanente dans votre boîte aux lettres électronique


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines