Magazine Cinéma

The Wraith

Publié le 20 novembre 2010 par Olivier Walmacq

wraith

genre: action (interdit aux - 12 ans)
année: 1986
durée: 1h35

l'histoire: Alors qu'il se trouve avec sa copine Keri, Jamie est agressé par Packard Walsh et sa bande: Jamie est laissé pour mort. Des années plus tard, Jake, un homme mystérieux qui ressemble à Jamie, fait son apparition. A bord d'une voiture ultra-moderne, Jake vient provoquer Packard et sa clique dans des duels de voitures à l'issue fatale.

la critique de Eelsoliver:

Je l'ai déjà dit et je le répète: au moment de sa sortie, le premier Mad Max, réalisé par Georges Miller, fut un véritable choc, qui inspirera bon nombre de bisseries et de série B souvent peu recommandables. Indéniablement, The Wraith, réalisé par Mike Marvin en 1988, est de ceux-là.
D'ailleurs, on pourra reconnaître Charlie Sheen dans l'un de ses tous premiers rôles.

En vérité, The Wraith est un mixte entre Mad Max et la série télévisée K-2000 puisqu'il est question ici de courses-poursuites, et notamment d'une voiture futuriste, possédant quelques gadgets, à la seule différence qu'elle ne parle pas. Le film jouit d'une mise en scène plutôt solide.
Disons que Mike Marvin n'est pas spécialement un manchot derrière la caméra et a pour ambition de signer un film d'action (mâtiné de fantastique) plutôt violent.

Pourtant, malgré de bonnes intentions, The Wraith reste un petit nanar, mais un nanar sympathique. Son plus gros défaut ? Le film est terriblement daté et souffre de son époque, les années 80.
Musique hard rock de comptoir, look des personnages totalement ridicules, courses de voitures effrénées et répétitives... Bref, The Wraith possède de nombreux défauts.

Ne parlons même pas du scénario qui tient à peine sur une ligne. Jamie (Charlie Sheen) est agressé par des voyous qui lui piquent sa fiancée.
Enfermé dans le coffre d'une voiture et jeté au fond d'un précipice, Jamie est laissé pour mort. Mais bien des années plus tard, à bord de sa voiture sortie tout droit d'une réunion de tuning (c'est dire la mocheté de la bagnole !), il accomplit donc une terrible vengeance.
A noter que the Wraith est aussi connu sous le nom de Phantom ou encore de Phantom Road. Pas totalement nul, mais très dispensable.
Toutefois, les amateurs de bisseries et de séries B pourront trouver leur compte.

Note: 07/20
Note nanardeuse: 13/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines