Magazine Culture

Fair Game / Enjeux

Publié le 23 novembre 2010 par Epicure
Fair Game

Y qu’on aime ça se faire happer par une histoire! Et ce, même si on la connaît en partie et qu’on sait comment elle va se terminer. Plus que ça, on aime presque les sentiments de frustration et d’impuissance provoqués par un récit bien ficelé, basé sur un fait vécu qui s’est déroulé dans la cour du voisin.

J’avais déjà entendu parler de Valerie Plame. Je savais que l’identité de cette agente du C.I.A. avait été révélée par l’administration Bush, en réprimande à un article publié par son mari Joe Wilson, à propos de la controverse entourant la présence ou non d’armes de destruction massive en Irak. Ce que j’ignorais, ce sont les détails derrière l’affaire. Allez voir Fair Game (ou Enjeux si, comme nous, vous n’avez pas le choix) pour vous faire raconter cette histoire avec les excellents acteurs que sont Naomi Watts et Sean Penn, mais en attendant voici le topo.

Donc Valerie Plame est une espionne qui bosse pour la C.I.A. Dans la foulée des attentats du 11 septembre elle enquête, avec ses collègues, sur le cas de l’uranium et des “tuyaux” (vous comprendrez…) qui seraient entre les mains des irakiens pour fabriquer des armes de destruction massive. Même s’ils ne trouvent ABSOLUMENT rien qui prouve leur présence, le gouvernement de Georges Bush utilise quand même cet argument pour déclarer la guerre à l’Irak. Joe Wilson (impliqué par la bande dans ce dossier) est complètement outré par ce mensonge et écrit une lettre ouverte au New York Times pour dénoncer le comportement des républicains. En réaction, ces derniers nient tout et en profitent pour “couler” le nom de Valerie Plame (Madame Wilson à la ville) dans les médias, ce qui est carrément un crime devant la loi.

Comme mentionné en intro de ce billet, c’est le festival de l’indignation devant tant de mensonges et de tractations politiques. Le film utilise des images d’archives qui montrent l’ancien président mentir à la face du monde, c’est révoltant! Quand on sait qu’il y a quelques semaines à peine le parti républicain reprenait du poil de la bête lors des élections de mi-mandat, c’est à espérer que tous les américains aient l’obligation de voir ce film avant de compléter un prochain bulletin de vote.

Pour en apprendre un peu plus, avant ou après avoir vu le film, voici un portrait du couple publié en 2004 dans Vanity Fair. Bonne lecture et bon cinéma!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Epicure 750 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine