Magazine Cinéma

Il reste du jambon? d'Anne Depetrini

Par Etsinonrien
Il reste du jambon? d'Anne DepetriniL'événement est assez rare pour en parler publiquement, oui, mesdames et messieurs, j'ai gagné lors d'un concours sur la blogosphère! Yes! Et, grâce à La Parisienne, j'ai reçu une invitation pour deux personnes pour aller voir Il reste du jambon?
Il faut que je te dise, dans un premier temps, que le cinéma, pour moi, c'est sacré. Je veux bien lâcher 10 euros pour une toile, par contre, il faut que cela vaille le coup. Très honnêtement, a priori, sans ces invitations, je ne serais pas allée voir ce film au ciné, j'aurais attendu qu'il sorte en DVD ou qu'il passe à la télévision... Du coup, c'était vraiment le bonheur, et d'une je suis invitée et de deux, je m'offre le luxe d'une comédie au cinoche, et ça, ça a quelque chose de vraiment sympa.
Il faut que je te dise aussi que je n'aime pas aller au cinéma toute seule et puis j'avais envie de  partager la 2ème place avec quelqu'un, c'eut été dommage de ne pas en profiter. J'ai bien essayé de débaucher une copine blogueuse dont-je-ne-citerai-pas-le-nom-mais-qui-se-reconnaitra :-) , mais rien à faire, entre son agenda de ministre et le mien, impossible de caler un rendez-vous. J'ai bien essayé de proposer la place à une copine, mais un imprévu de dernière minute a jeté à l'eau nos projets.
Le problème, c'est que je suis timide, et je n'ai pas osé demander à une autre blogueuse ou une autre copine, de peur qu'elle apprenne un jour qu'elle n'était pas la première que je contacte. Enfin, tu vois, la prise de chou totalement inutile mais qui peut me mettre mal à l'aise sur 5 générations.
Alors, pour la première fois, j'ai emmené Lolotte, ma fillotte, avec moi. Et là, c'est le 2ème effet Kiss Cool. Parce que partager une toile avec ma gamine a été une joie intense et je croise les doigts pour qu'elle aussi ait envie de renouveler l'expérience pour toutes les années qui restent à venir.
Bon, après tout ça, je vais peut-être quand même donner mon avis sur le film, hein, c'est le but premier de ce billet. 
Synopsis : "Lorsque Justine Lacroix, charmante journaliste télé cantonnée à la rubrique « chiens écrasés » rencontre un séduisant chirurgien urgentiste, c’est tout de suite le coup de foudre…Et le début d’une grande histoire d’amour.
La jolie blonde parisienne et le grand brun de Nanterre deviennent vite inséparables, mais il y a juste un petit détail que Justine a oublié de prendre en compte : l’homme qu’elle aime est… Arabe, enfin « Français issu de l’immigration ».
Un détail pour Justine et Djalil mais pas pour leurs familles respectives, les Lacroix et les Boudaoud…"

Évidemment, dans ce genre de french comédie , on n'est jamais à l'abri des clichés en tout genre et des situations ultra exagérées. Djalil a de la chance, il est médecin, est-ce que le charme aurait opéré sur Justine s'il avait été livreur? Rien n'est moins sûr... Et puis Djalil, il vient de la cité, pas moins que ça, mais il y a plein de rebeu qui ne vivent plus dans les cités et qui s'en sortent - ou pas. Nous dirons que c'est le parti pris de la réalisatrice de forcer le trait.Et puis la Justine Lacroix, là, ("Lacroix", rien que ça!), je ne sais pas d'où elle sort, mais elle ne semble pas connaître grand'chose à la vie, quand même. Tout le long du film, elle nous la joue "Le Blond" de Gad Elmaleh : "comment? oui, il est arabe, je ne vois pas le problème, je gère la situation". Sa candeur est assez peu crédible : avec la pression de la société (et je dis ça maintenant, mais c'est le cas depuis des siècles et des siècles), il n'est jamais simple de se mettre en couple avec quelqu'un d'une autre "sphère" sociale, pour faire dans le raccourci. Même ma Lolotte, qui découvre la vie du haut de ses 8 ans, est consciente des problèmes que peuvent engendrer une différence de religion ou de couleur de peau ou de niveau de vie.  Par exemple, Justine ne se doute pas que le délit de faciès existe... Ben faut sortir un peu, ma cocotte, hein!Voilà pour mes critiques. Néanmoins, ce film a le mérite de parler de ce problème de société, majeur à mes yeux. De mettre des mots sur le malaise, d'essayer de clarifier les choses et de condamner les amalgames du style maghrébin = taliban. Et s'il faut passer par l'humour pour dénoncer cet état de fait, tant mieux, j'en demande encore.Et puis, Il reste du jambon? est un film drôle, vraiment drôle, pas d'humour bien lourd comme on peut souvent en trouver dans les comédies françaises. C'est léger et c'est rythmé.Enfin, une mention spéciale quand même pour Géraldine Nakache dont le jeu d'actrice me séduit de plus en plus et que j'aimerais voir dans un rôle dramatique car je suis sûre qu'elle ferait un tabac.Encore une fois, merci à La Parisienne de m'avoir permis d'aller voir ce film.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Etsinonrien 318 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines