Magazine Cinéma

Sex and the City

Publié le 23 novembre 2010 par Olivier Walmacq

sex_and_the_city

genre: romance
année: 2008
durée: 2h15

l'histoire: Carrie s'inspire de ses expériences et de celles de ses amis new-yorkaises pour écrire des articles sur la sexualité et les relations amoureuses.

la critique de Eelsoliver:

Je dois l'avouer: je connais assez peu la série Sex and the City. Je n'ai vu que quelques épisodes mais pas suffisamment pour me faire une idée ou pour dire si j'apprécie ou non cette série.
Tout du moins, sur ce que j'ai vu (allez, trois ou quatre épisodes), je n'ai pas détesté, loin de là, sans pour autant être transporté. En même temps, cette série télévisée semble s'adresser avant tout à la gente féminine.

En raison d'un succès qui se confirme davantage au fil des saisons, les producteurs ont donc décidé de réaliser une adaptation ciné, sous la direction de Michael Patrick King.
On retrouve évidemment les héroïnes de la célèbre série. C'est donc avec une certaine neutralité que j'ai regardé ce premier épisode (la suite étant sortie courant mai 2010).

Sincèrement, même en prenant compte l'argument "c'est un film pour filles", j'ai trouvé Sex and the City franchement lamentable. Pourtant, je le précise, je peux apprécier ce genre de divertissement soi-disant réservé au public féminin. Par exemple, j'ai aimé le premier Bridget Jones.
Mais là, difficile de sauver cette romance de la catastrophe, tant l'ensemble est dépourvu de scénario.

En vérité, Sex and the City le film pourrait se diviser en deux parties. La première partie se concentre sur la préparation du mariage de Carrie (Sarah Jessica Parker).
En gros, pendant plus d'une demie heure, le film se résume à de multiples essayages de robes. Sinon, c'est tout ? Oui, c'est un près tout pour cette première partie.
Vient ensuite la seconde partie du film qui propose un rebondissement attendu: le petit ami de Carrie est effrayé par le mariage et la grande fête est donc annulée.

Carrie chiale donc dans son coin, mais ses amies sont là pour la soutenir, chacune d'entre elle ayant ses peines de coeur personnelles, sans grand intérêt par ailleurs.
Ca bavarde, ça rit, ça pleure (je sais, je l'ai déjà dit... mais bon, c'est consternant, alors je me répète...), tout cela au service de diverses romances ennuyeuses, terriblement longues et d'un film incroyablement flemmard. Mais rassurez-vous, tout cela finira dans la joie et la bonne humeur.
Désolé au passage de révéler la fin du film: en même temps, la fin est attendue, les actrices font ce qu'elles peuvent sans jamais convaincre.
Un très mauvais film...

Note: 02/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines