Magazine Afrique

Catastrophe aérienne : Le colonel Abraham Sirvan est mort .

Publié le 23 novembre 2010 par 237online @237online

Écrit par Mutations   

Catastrophe aérienne Le colonel Abraham Sirvan est mort Le stratège militaire du chef de l'Etat est décédé hier dans un accident d'hélicoptère dans la localité de Pouma.
Hier soir Yaoundé, la capitale du Cameroun a connu une effervescence particulière hier. Sans aucune raison officielle, divers points de la ville ont été quadrillés par divers corps de l'armée dont le Bataillon d'intervention rapide (Bir). C'est qu'en début d'après-midi, une rumeur a empli la capitale camerounaise faisant état du crash d'un hélicoptère du Bir dans la localité d'Eseka. D'après des informations recueillies par la suite à bonne source, la rédaction de Mutations apprenait que le colonel Abraham Avi Sirvan, de nationalité israélienne, celui que l'opinion camerounaise considère comme le commandant du Bir, a été tué dans un accident d'hélicoptère ce lundi, vers 09h dans la localité de Pouma entre Douala (la capitale économique) et Yaoundé.

Aucune source officielle n'a pu confirmer l'information jusque tard hier soir alors que tout indiquait au cœur des institutions du pays que quelque chose de grave s'était produit.

L'on a donc suivi entre autres, le retentissement des sirènes provenant d'ambulances que des témoins dont les reporters de Mutations ont vu rentrer dans la ville en provenance de la base aérienne d'où, après quelques modalités pratiques, les quatre corps des seuls passagers à bord de l'hélicoptère accidenté ont été transportés à hôpital général de Yaoundé et dans une camisole de force. Ici le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense et tous les généraux présents dans la capitale camerounaise, ont pris part au dépôt des corps dit-on, sur instruction du président de la République, Paul Biya.
L'on a alors appris qu'outre le colonel Sirvan, le pilote et lieutenant-colonel Ojong ont également perdu la vie dans l'accident d'hier. Sur les circonstances de l'accident, en attendant des avis techniques, des indiscrétions font état de panne technique. D'après certaines sources militaires, l'hélicoptère à bord duquel le colonel et certains de ses collaborateurs du Bir avaient pris place aux environs de six heures à Douala, a percuté un pylone d'une compagnie de téléphonie de la place. Un choc qui a immédiatement perturbé les communications dans les localités d'Edéa, Pouma, Boumnyebel et Eseka.

stratège
Puis sera découvert l'épave de l'appareil. Toujours d'après nos sources, l'hélicoptère accidenté aurait été l'objet d'une saturation. Au cours des derniers jours sans véritable révision, on l'a vu parcourir le pays du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest. Il s'est ainsi rendu à Maroua et Garoua, avant Ebolowa dans le Sud, puis Bamenda et Bafoussam dans l'Ouest du pays. Avant de se poser Douala le week-end dernier. Capitale économique d'où il a décollé hier matin pour rallier Yaoundé . Dans les prochains jours, les enquêtes ouvertes sur instructions du chef de l'Etat, Paul Biya, pourraient révéler les véritables causes de la catastrophe aérienne du 22 novembre 2010 qui a coûté la vie à quatre personnes. Conseiller militaire et stratège en matière de sécurité de Paul Biya, Abraham Avi Sirvan qui meurt ainsi était un homme très écouté au Palais de l'Unité où il était par ailleurs redouté de tous les collaborateurs du chef de l'Etat et de la défense nationale.

«Un bon soldat apprend toujours, s'adapte toujours», n'avait-il de cesse de répéter aux hommes dont il s'occupait de la formation ou de l'encadrement. Lors d'une prise d'armes d'avril 2009 à Limba où des recrues achevaient leur formation, Abraham Avi Sirvan remercia le haut commandement de l'armée, pour les différents soutiens apportés à ce projet de formation de soldats d'élite. Des soldats dont l'action, toujours selon le colonel Avi Abraham Sirvan, ne saurait toutefois se substituer à celle des forces plus classiques, la police, la gendarmerie, la marine, l'armée de terre.
Pour lui, le Bir était destiné essentiellement à la lutte contre le grand banditisme et devait impérativement se déployer comme c'était déjà le cas depuis des années au Nord Cameroun, dans la zone de Bakassi, conformément au redéploiement des forces dans la presqu'île décidé par la hiérarchie militaire.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines