Magazine

Interview : Elisabeth Sabaditsch-Wolff, inculpée pour avoir critiqué l’islam

Publié le 23 novembre 2010 par Medzaher
Interview : Elisabeth Sabaditsch-Wolff, inculpée pour avoir critiqué l’islam
Elisabeth Sabaditsch-Wolff comparaîtra le 23 novembre devant un tribunal kafkaien pour commis un acte qui, dans la constitution américaine, est légal : elle a critiqué une religion. C’est l’un des buts explicites du Premier amendement, qui protège la liberté d’expression en Amérique.



Interview : Elisabeth Sabaditsch-Wolff, inculpée pour avoir critiqué l’islamElisabeth Sabaditsch-Wolff a été piégée en Autriche par NEWS, un luxueux hebdomadaire qui a envoyé un journaliste à plusieurs de ses conférences sur l’islam, la Sunna et la charia, et les a enregistrées à son insu.Les avocats de cet hebdomadaire de gauche ont ensuite remis les transcriptions au Parquet de Vienne à titre de preuve de discours de haine contre l’une des religions officiellement reconnues par  les lois autrichiennes – l’islam. Le 15 septembre, elle a été inculpée par l’État autrichien et citée à comparaître le 23 novembre devant un tribunal d’un seul juge. Le fardeau de la preuve dans cette procédure repose entièrement sur la manière dont elle sera présentée par Sabaditsch-Wolff et son avocat compétent.Sabaditsch-Wolff n’est pas une femme au foyer viennoise ordinaire. Elle est la fille d’un diplomate autrichien ayant séjourné dans plusieurs pays musulmans, y compris l’Iran, le Koweït et la Libye. À l’âge de six ans, elle a fait l’expérience immédiate des horreurs de la Révolution islamique à Téhéran lorsque l’ayatollah Khomeiny a déposé le régime du Shah. Elle était au Koweït quand Saddam Hussein a envahi ce pays en 1990 et elle a été évacuée. Elle est retournée au Koweït à la fin des années 90 et a compris ce que signifient la charia et la doctrine islamique dans un pays musulman. Elle était en Libye le 11 Septembre et a été témoin de l’antisémitisme islamique. Elle a aussi séjourné à Chicago dans le cadre d’une affectation consulaire de sa famille diplomatique itinérante. Elle a appris, à l’adolescence, les principes de notre constitution américaine et le précieux droit à la liberté d’expression prévu au Premier amendement.Sa motivation à agir comme «héroïne locale» en Autriche est autant la protection de l’avenir de sa fille de six ans que la nécessité de faire comprendre à ses compatriotes la menace que représentent la doctrine islamique et la charia.
Lire la suite sur Bivouac-idLa vidéo de l’interview est publiée ici.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Medzaher 554 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte