Magazine Sport

Saison NFL Semaine 11

Publié le 24 novembre 2010 par Vinz

nfl shield

Nous en sommes à la 11ème journée de la saison et certaines équipes en sont encore à se demander comment gagner un match avec un quarterback en bois ! Si certaines des franchises concernées semblent avoir trouvé la réponse, parfois avec la manière, d’autres en sont encore à se demander quoi faire. Nous avons encore été témoin cette semaine de quelques belles empoignades, de renversements parfois ahurissant, de naufrages pathétiques et de la confirmation que ce sport n’est définitivement pas comme les autres. Voici en long, en large et en travers (et même en pente) ce qui s’est passé lors de ce week-end en NFL.

Les matchs:

chi
Un field goal aurait pu suffire à Chicago pour remporter ce match et prendre la tête de la NFC Nord. En effet, pour la 2ème fois en 40 ans, les Dolphins se sont montrés incapable de marquer le moindre point à domicile. La faute en revient à une impressionnante défense des Bears (187 yards autorisés, 6 sacks, 1 interception et 7 punts forcés). Titulaire pour la 1ère fois depuis 2 ans, Tyler Thigpen (17/29, 187 yards, 1 int et 6 courses pour 27 yards) a fait ce qu’il a pu, il a même fait mieux que sont homologue des Bears Jay Cutler (16/25, 156 yards, 1 int), mais son travail n’a pas été facilité par les  blessures de son  centre Cory Procter et de son receveur vedette Brandon Marshall (3 rec, 41 yards) qui a du quitter le match en première mi-temps. Loin d’être transcendant en attaque, les visiteurs se sont contentés d’un touchdown , inscrit par Matt Forte (25 courses, 97 yards, 1 TD), et de 3 FG de Robbie Gould pour alimenter le tableau d’affichage et gagner cette partie. Alors que la lutte pour la 1ère place de la NFC Nord entre les Bears et les Packers risque d’être palpitante jusqu’au bout,les playoffs s’éloignent pour les Dolphins qui auront besoin d’un miracle pour devancer les Jets et les Patriots.

bal
C’est une équipe des Panthers décimée par les blessures qui s’est présentée sur sa pelouse pour faire face aux Ravens. Obligé de signer Brian St. Pierre (seulement 5 passes en deux matchs officiels disputés en 7 ans de carrière) pour palier les absences de Matt Moore et de Jimmy Clausen, les locaux ont dus faire également sans leurs running back Jonathan Stewart, Tyrell Sutton et DeAngelo Williams (qui a été placé sur la réserve des joueurs blessés pour la saison). Autant dire qu’une victoire face à Baltimore aurait été un véritable exploit. Et pourtant ! Joe Flacco (24/33, 301 yards, 1 TD) et ses coéquipiers on dû attendre le dernier quart pour creuser un écart définitif. Et une fois n’est pas coutume, les Ravens s’en sont remis à leur défense pour mettre fin aux rêves de conte de fée des locaux. C’est d’abord Ed Reed qui a frappé avec une interception suivie d’une passe latérale pour Dawan Landry qui inscrit un touchdown. Quelques instants plus tard, Ray Lewis, qui ne voulait pas être en reste, enfonce le clou avec une nouvelle interception qu’il retourne lui-même pour un touchdown. Dommage pour Brian St. Pierre et les locaux qui, à défaut de talent, avaient tenu jusqu’alors avec courage et abnégation.

buf
On dit souvent que les absents ont toujours tort ! Toute règle a son exception et pour ce qui fut la plus petite affluence des Bengals depuis 2003,  les supporters des tigres qui s’étaient déplacés au stade (certains des amateurs présents dimanche arboraient… un sac de papier sur la tête) auraient mieux fait de rester à la maison. Ce qui leur aurait au moins évité d’assister à l’humiliation des joueurs locaux. En face ce n’était pourtant que les Bills, équipe qui avait attendu la semaine dernière pour engranger sa 1ère victoire. Rentrés aux vestiaires à la mi-temps en menant 31 à 14, il semblait que les Bengals allaient facilement s’imposer. Et puis en deuxième mi-temps… plus rien. 35 points des Bills et aucun de Cincinnati. Encore une fois, Carson Palmer (19/34, 230 yards, 2 TDs, 2 int) est le symbole de l’irrégularité de son équipe. Il a lancé ses deux touchdowns en première mi-temps et ses deux interceptions dans la deuxième partie du match. Cedric Benson (25 courses, 124 yards, 1 TD) s’est enfin réveillé et Terrell Owens (3 rec, 63 yards, 1 TD) a encore sorti de bonnes actions mais en vain. Leur défense, pourtant elle aussi excellente au début du match a complètement laché prise en fin de match, pour le plus grand bonheur de Ryan Fitpatrick (21/34, 316 yards, 4 TDs, 2 int), Fred Jackson (21 courses, 116 yards, 2 TDs) et Steve Johnson (8 rec, 137 yards, 3 TDs). À la suite de cette défaite, les Bengals se sont assurés d’une 18e saison sans playoffs au cours des 20 dernières années. Le seul bon côté : les partisans des Bengals n’ont pas eu à assister à l’effondrement à la télévision locale.

det
Les Lions, bien emmené par Shaun Hill (32/47, 289yards, 2 TDs, 1 int) et dominateur en défense jusqu’au milieu du 3ème quart temps, sont de nouveau rentrés bredouille d’un déplacement. En effet, après quatre défaites, les Cowboys se sont enfin imposés à la maison infligeant à cette occasion la 26ème défaite concécutive des Lions loin de leur base. Pour cela, les joueurs de Dallas ont bien profité des erreurs de Detroit et John Kitna (18/24, 147 yards, 3 TDs et un touchdown sur une course de 29 yards) a brillé face à son ancienne équipe. Menés à la mi-temps (10-7), les joueurs de Dallas ont profité d’ un retour de punt (97yds de Bryan McCann) puis d’un fumble pour repasser devant et ne plus jamais être inquiétés. Bien que sous assistance, les Cowboys sous la houlette du coach par intérim Jason Garrett (2-0 depuis qu’il a remplacé Wade Phillips), sont encore en vie. Bien que les playoffs soient encore de l’ordre de l’utopie, le retour dans les prochaines semaines de leur  quarterback vedette, Tony Romo (il a recommencé à lance le ballon) devrait permettre à cette équipe d’afficher un bilan plus en adéquation avec son standing.

cle
Les joueurs des Browns vont finir par croire qu’ils sont maudits ! Après avoir perdu dans les dernières secondes la semaine dernière face aux Jets, ils ont récidivé ce dimanche. Cette fois ce sont le Jaguars qui ont douché les espoir de Cleveland après un touchdown de Maurice Jones-Drew (24 courses, 132 yards, 1 TD et 3 rec pour 87 yards) à 1mn11 de la fin. Les Browns et les Jaguars se sont rendus coup pour coup, notamment au sol ou Jones-Drew et Peyton Hillis (21 courses, 48 yards et 6 rec pour 95 yards et 1 TD) ont brillé, mais sur le dernier drive du match,   Le rookie des Browns Colt McCoy (17/28, 241 yards, 1 TD, 1 int), plutôt bon jusque là, se fait intercepter sur une action plutôt confuse par Sean Considine alors qu’il ne restait plus que quelques secondes à jouer. De quoi laisser bien des regrets à la franchise de l’Ohio qui n’ont pas sus profiter du  mauvais match de David Garrard (20/34, 254 yards, 2 TDs, 3 int).

ari
L’après Kurt Warner est décidément bien difficile pour les Cardinals. Il n’y eut pas beaucoup de suspense lors de ce match ou les Chiefs, toujours invaincu à domicile,  ont dominé sans vraiment être mis en danger. Après l’ouverture du score sur un field goal des Cardinals, Kansas City a enchainé 3 touchdowns pour se mettre à l’abri dès le milieu du troisième quart. Dwayne Bowe (6 rec, 109 yards, 2 TDs), 6ème match consécutif avec au moins un TD (record de la franchise), Thomas Jones (15 courses, 71 yards, 2 TDs) et Matt Cassel (15/24, 193 yards, 2 TDs) ont chacun signé une belle rencontre. Pour une fois, Derek Anderson (25/46, 295 yards, 1 TD) n’a pas fait de catastrophe mais son équipe a manqué d’efficacité en attaque. 5ème défaite de rang pour les Cardinals, soit la plus mauvaise série depuis 2006 (8). A l’époque, Ken Whisenhunt avait remplacé Dennis Green.

gb
Qu’arrive t’il aux Vikings ? Tout semble partir en vrille à Minnesota ! Où est passée l’équipe qui avait écrasé la NFC Nord la saison dernière ? Il y a bien longtemps que l’on n’avait plus vu cette équipe aussi  empruntée et jamais Brett « la vieille Denise » Favre (17/38, 208 yards, 1 int) n’avait autant mérité son sobriquet. Inefficaces en attaque malgré quelques bonnes séquences, les hommes en violet n’ont rien pu faire en défense contre un Aaron Rodgers (22/31, 301 yards, 4 TDs) parfait et un Greg Jennings (7 rec, 152 yards, 3 TDs) déchainé. Jamais inquiétés par les locaux qui ont eu le droit aux sifflets nourris de leur public dès le milieu du troisième quart-temps,  les Packers se sont même payé le luxe de faire rentrer Matt Flynn en fin de match pour ne pas risquer une blessure d’Aaron Rodgers. Ils reviennent ainsi à la hauteur des Bears en tête de leur division. La lutte pour la 1ère place va être passionnante. Les Vikings, eux, sont bien loin de ce genre de considérations.  Les tensions semblent ronger le collectif, après son interception, Favre (pourtant loin d’être iiréprochable) a été vu en train de s’accrocher verbalement avec un coach. Ce sont ensuite des joueurs de la défense qu’on a aperçu se quereller sur le banc de touche. Un des entraineurs a même du séparer deux joueurs visiblement très énervés. Il faudrait maintenant un miracle pour atteindre les playoffs (on sait jamais, après tout c’est bientôt Noël) et les postes de Brad Childress et de Brett Favre sont plus que jamais en danger.

hou
Déjà vainqueur des Browns dans les dernières seconde lors de la 10ème journée, le Jets ont remis le couvert face aux Texans victime d’une fin de match exceptionnelle de leur adversaire pour la deuxième semaine consécutive. Tout semblait pourtant fait à 55 secondes de la fin lorsque les Texans ont inscrit un field goal pour prendre 4 points d’avance. Certains spectateurs New-Yorkais commençaient même à quitter le stade. Mais Mark Sanchez (22/38, 315 yards, 3 TDs, 1 int) va mener un drive aussi improbable qu’impressionnant marqué par une passe de 42 yards pour Braylon Edwards (4 rec, 86 yards, 1 TD) puis une dernière de 6 yards dans la end zone pour Santonio Holmes (7 rec, 126 yards, 2 TDs) à 16 secondes de la fin ! Le stade explose. Les Jets repassent devant et Mark Sanchez vient de frapper un grand coup auprès des fans de la ville et de tous ceux qui le considéraient encore comme le point faible de son équipe. La passe désespérée de Matt Schaub (19/33, 254 yards, 1 TD) n’y changera rien. Les Jets gagnent ce match et restent en tête de la conférence AFC. Houston continue de décevoir après un bon début de saison.

oak
La bataille annoncée n’a pas eu lieu. Les Raiders ont inscrit les 3 premiers points du match mais ensuite, tout a été à l’avantage des Steelers. Rashard Mendenhall (23 courses, 59 yards, 1 TD) a inscrit le premier touchdown puis Ben Roethlisberger (18/29, 275 yards, 3 TDs) a les passes de touchdowns en y ajoutant un touchdown au sol sur une course de 16 yards. Si les Steelers n’ont pas été inquiétés, c’est aussi grâce à la qualité de leur défense. James Harrison (5 plaquages, 2 sacks, 1 int, 1 fumble forcé), qui a été monstreux, et son escouade ont complètement neutralisé l’attaque d’Oakland. Harrison s’est distingué par son jeu exceptionnel mais aussi malheureusement pour un mauvais geste : un plaquage musclé sur Jason Campbell (7/19, 70 yards, 1 int) après que le quarterback ait lancé le ballon. Campbell a du quitter le terrain pour laisser sa place à Bruce Gradkowski (13/24, 98 yards, 1 int) qui n’a pas fait beaucoup mieux. Autre mauvais geste, celui de Richard Seymour. Le defenseur des Raiders a donné un coup à Roethlisberger au niveau du visage alors que le quarterback venait « discuter » après une action. Seymour a été immédiatement été exclu de la rencontre.

was
Poussives en attaque, ces deux équipes ont du attendre la prolongation pour se départager. Le match aurait pu se terminer à la fin du temps réglementaire mais Graham Gano n’a pas trouvé la cible sur un field goal de 47 yards. Il s’est rattrapé en prolongation en convertissant une tentative de 48 yards pour donner la victoire aux Redskins qui ont de nouveau perdu Clinton Portis retourné à l’infirmerie aussi vite qu’il en était sorti. Santana Moss (6 rec, 106 yards, 1 TD) et Donovan McNabb (30/50, 376 yards, 1 TD, 1 int) ont bien répondu à Chris Johnson (21 courses, 130 yards). Randy Moss est toujours aux abonnés absent avec aucune passe captée. Mais il y a des matchs où le plus important ne se passe pas forcément sur le terrain. Blessé au pouce pendant la rencontre contre les Redskins, Vince Young (12/16, 165 yards, 1 fumble perdu)  a été obligé de quitter le terrain laissant sa place au rookie Rusty Smith (3/9, 62 yards, 1 int). Une fois soigné, il revient sur le banc mais Fisher ne l’a pas fait revenir en jeu ce que n’aurait pas apprécié Young et qui a jeté son maillot et ses épaulières dans les tribunes en quittant le terrain. Et les choses ne se serait pas arrangées dans les vestiaires. Les jours de Vince Young chez les Titans sont probablement comptés.

sea
Qu’on se le dise, le champions en titre sont enfin de retour ! Il était temps ! Les Saints ont joué comme les Saints de ces dernières saisons. Une attaque de feu qui a pris de vitesse l’adversaire. Drew Brees (29/43, 382 yards, 4 TDs, 2 int) et ses coéquipiers ont fait pleuvoir les touchdowns sur la défense de Seattle. Malgré tous ses efforts, Matt Hasselbeck (32/44, 366 yards, 1 TD) n’a pas pu permettre à son équipe de suivre le rythme. A la mi-temps, New Orleans menait 27 à 16 avant de n’autoriser que 3 points aux Seahawks en deuxième mi-temps tout en en inscrivant 7 de plus. Marques Colston (8 rec, 113 yards, 2 TDs) a signé un gros match, tout comme Chris Ivory (23 courses, 99 yards, 1 TD). A noter que lors de ce match, Drew Brees est devenu le quaterback des Saints ayant complèté le plus grand nombre de passe pour la franchise.

tb
Match historique à San Francisco ! Première victoire pour Tampa Bay  au Candlestick Park depuis 1980, et la deuxième de leur histoire à cet endroit. Les Buccaneers n’ont pas eu besoin d’effectuer des jeux en dentelle pour mettre fin à une série de huit défaites à San Francisco et blanchir ces dernier à domicile pour la 1ère fois depuis 1977. De plus Ronde Barber a réussi la 40e interception de sa carrière, il est également devenu le premier joueur de l’histoire de la NFL à avoir enregistré 40 interceptions et 25 sacks en carrière.  L’attaque des 49ers n’a jamais trouvé son rythme dans son match. Frank Gore a été limité à 23 yards et Troy Smith n’a lancé que pour 148 yards et une interception. Dans ces conditions, les Buccaneers n’ont pas eu à faire grande chose. Cadillac Williams (7 courses, 51 yards, 1 TD) a inscrit le premier touchdown du match dans le deuxième quart. Tampa en a inscrit un autre dans chaque quart temps dont un par Mike Williams (3 rec, 54 yards, 1 TD) qui n’a pas semblé souffrir de son arrestation pour conduite en état d’ivresse de cette semaine. LaGarrette Blount a ajouté 82 yards au sol et Josh Freeman (13/20, 136 yards, 2 TDs) a signé un match solide.

atl
Semaines après semaines, sans faire de bruit, les Falcons continuent leur petit bonhomme de chemin.  Accrochés et même menés 17-16 dans le troisième quart temps, les rapaces de la Géorgie ont une nouvelle fois prouvé qu’il faudrait compter avec eux cette année. Une passe de Matt Ryan (26/39, 253 yards, 2 TDs) pour Justin Peelle a d’abord fait tourner le score en faveur des Falcons. Un field goal de Matt Bryant a ensuite accru l’avantage. La défense d’Atlanta y aussi mis du sien en interceptant Sam Bradford (27/42, 233 yards, 2 TDs, 1 int),  1er rookie à lancer 169 passes de suite sans se faire intercepter,  avant que Michael Turner (28 courses, 131 yards, 1 TD) ne boucle le score quelques instants plus tard. A force de courir derrière les Falcons, trois défenseurs des Rams (Oshiomoghe Atogwe , Ron Bartell et Justin King) ont même terminé avec des crampes.

ind
Grâce à cette victoire, les Patriots de Tom Brady ont remporté un 25e match de suite à domicile, égalant la marque établie par Brett Favre alors qu’il jouait pour les Packers de Green Bay. Il s’en est pourtant fallu de peu pour que Peyton Manning (38/52, 396 yards, 4 TDs, 3 int), un an après son dernier exploit,  ne batte encore les Patriots dans les dernières secondes. Mais cette fois, le dernier drive du MVP s’est terminé par une interception et New England a gagné. Menés 31-14 au milieu du dernier quart, les Colts avaient pourtant réussi à inscrire deux touchdowns de suite pour revenir à 3 points sans que la défense semble pouvoir empêcher quoi que ce soit avant de récupérer le ballon pour donner l’occasion à Manning d’aller chercher la victoire. Mais cette fois, ca n’est pas passé. Les Patriots avaient réussi à construire leur avance grâce à un bon Tom Brady (19/25, 186 yards, 2 TDs) mais aussi un bon duo Green-Ellis (21 courses, 96 yards, 1 TD) / Woodhead (7 courses, 69 yards, 1 TD) au sol et déjà 2 interceptions de la défense. La défense a concédé beaucoup de yards mais elle a su sortir de grosses actions au bon moment pour décrocher une victoire aux Pats’ de rester au contact des Jets en tête de leur division.

nyg
Michael Vick (24/38, 258 yards) a été un peu plus ordinaire que lundi dernier lors de la victoire 59-28 des Eagles contre les Redskins de Washington, mais il a quand même bien travaillé en inscrivant notamment le premier touchdown du match sur une course de 4 yards. Il aurait aussi pu donner une passe de touchdown si Jason Avant n’avait pas relâché le ballon alors qu’il se trouvait tout seul dans la end zone. Ce sont surtout LeSean McCoy (14 courses, 111 yards, 1 TD) et la défense de Philadelphie qui ont fait la différence. Mené de 1 point à 5 minutes du terme, après avoir pourtant compté une avance de 13 unités, les Eagles on confié leur destin à leur coureur sur une 4ème tentative.  Non contant de parcourir le yard nécessaire pour une nouvelle série, LeSean McCoy transperce la défense des Giants pour un touchdown de 50 yards qui permet à Philadelphie de repasser devant. Sur le drive suivant Eli Manning (20/33, 147 yards, 2 TDs, 3 int) lance une inerception, mais un fumble d’Asante Samuel suite à l’interception permet quand même à New York de garder le ballon. Pas pour longtemps puisque la défense de Philly provoque un fumble de Manning quelques actions plus tard. Une nouvelle interception de Stewart Bradley sur la dernière série met fin aux espoirs des Giants. Cette victoire permet aux Eagles de reprendre seuls la tête de la NFC Est mais il on perdu pour le reste de la saison le cornerback Ellis Hobbs évacué sur une civière à la suite d’un coup à la tête de Dave Tollefson qui l’a laissé immobile au sol pendant de longues minutes.

den
Philip Rivers (15/24, 233 yards, 4 TDs, 1 int) et les Chargers, qui était pourtant privé de Ryan Mathews et Antonio Gates, n’ont eu aucun problème à dérouler leur jeu et remporter un succès tranquille. Les Broncos qui ont inscrit le premier touchdown par Knowshon Moreno (13 courses, 58 yards, 1 TD) ont résisté pendant un quart-temps. Mais ensuite Les Chargers ont pris le dessus aussi bien en attaque qu’en défense. Malcolm Floyd (2 rec, 24 yards, 1 TD), Mike Tolbert (25 courses, 111 yards, 1 TD) puis Patrick Crayton (3 rec, 105 yards, 1 TD) se chargeant d’alimenter les score pour permettre aux Chargers, qui ont même réussi une feinte de punt pour un gain de 28 yards,  de mener à la mi-temps. Au retour des vestiaires, la défense continue de harceler Kyle Orton (24/38, 217 yards, 1 TD, 1 int) et San Diego ajoute deux touchdowns par Darren Sproles et Jacob Hester qui permettent à Rivers d’atteindre son record de touchdowns en un match avec 4. Les Broncos sauvent l’honneur par Brandon Lloyd (6 rec, 78 yards, 1 TD) en fin de match. Les Chargers sont maintenant à égalité au deuxième rang avec les Raiders d’Oakland, à un match des Chiefs de Kansas City.

Le classement:

tableau

Conclusions :

  • Brad Childress paye les mauvais résultat de son équipe et notamment la lourde défaite subie par les Vikings dimanche contre les rivaux de Green Bay 31-3. Le coordinateur défensif Leslie Frazier a été promu head coach par intérim pour le reste de la saison.
  • On ne reverra peut-être plus Vince Young sous le maillot des Titans. Après les péripéties de dimanche, la saison de Vince Young est terminé. Touché à un tendon de la main droite, le quarterback va avoir besoin d’une opération, ce qui va mettre un terme à son année.
  • Interrogé après le match contre les Dolphins au sujet des nouvelles règles sur les plaquages, Brian Urlacher n’a pas mâché ses mots lorsqu’il a parlé des amendes de plus en plus lourdes infligées aux défenseurs auteurs de gros chocs : « Que pouvez vous faire de toute façon ? C’est une dictature. Si Goodell veut vous donner une amende, il va vous donner une amende, c’est comme ça, on devra payer mais on va continuer à jouer dur et vite.» Ellis Hobbs qui a vu sa saison se terminer suite à un violent plaquage d’un défenseur des Giants devrait apprécier.

Trophées de la semaine :

  • le Jamarcus de la semaine:

Vince Young (12/16, 165 yards, 1 fumble perdu) Ses auraient suffit à elles seules pour justifier ce titre, mais son comportement de diva lors de sa sortie de terrain et dans les vestiaires fait qu’il devance « La Vieille Denise » au classement cette semaine.

  • Les Indians de la semaine:

Match nul entre :

  1. les 49ers (et oui encore eux) qui n’ont pas sût profiter des défaites des autres équipes de la NFC Ouest pour se relancer dans la course aux playoffs.
  2. Texans de Houston qui ont encore perdu une rencontre à la dernière seconde et éprouvent d’énorme difficultés à confirmer le potentiel entrevu en début de saison.
  • Le Domenech de la semaine:

Brad Childress. Bien que limogé dans la journée de lundi, ce dernier mérite amplement son titre cette semaine. Ses incessantes prises de becs avec « La Vieille Denise » qui envenimaient l’atmosphère dans le vestiaire, son tempérament distant ou maussade et son manque de communication (il n’a jamais expliqué pourquoi il avait décidé de se séparer de Randy Moss, ni à ses joueurs, ni aux médias) en font un digne Domenech.

lfl-models-football-players


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine