Magazine Cinéma

"Le Guépard" de Visconti s’offre une seconde jeunesse

Par Sébastien Michel

Le septième film de Luchino Visconti ressort le 1er décembre sur les écrans français, en DVD et Blu-ray dans une version entièrement remasterisée. Une véritable renaissance pour ce chef d’œuvre du cinéma italien qui ravira les adeptes.

Rappelons-nous, l’histoire se passe en Sicile en 1860, lors de la révolution italienne. Le prince Salina (le guépard interprété par Burt Lancaster) regarde de haut les bouleversements politiques qui conduiront bientôt à l’unification de l’Italie. En dépit de ses croyances, il décide d’arranger le mariage entre son neveu Tancrède (Alain Delon), aristocrate désargenté, et Angelica (Claudia Cardinale), la fille d’un propriétaire foncier au pouvoir grandissant.


Adaptation du roman de Giuseppe Tomasi de Lampedusa, le Guépard est un récit épique et mélancolique sur le temps qui passe et ses changements inéluctables. Visconti filme le déclin d’une aristocratie, la disparition d'un monde qui laisse place à une génération de nouveaux riches ambitieux. En évoquant cette période de l’Histoire, le cinéaste porte un regard très critique sur la société italienne de son époque qui s’ouvre elle aussi à un vent nouveau. Nous pourrions même y voir des similitudes avec nos propres bouleversements sociétaux et politiques.

Un tournage historique


Le Guépard fut un immense succès commercial et critique à sa sortie en
1963.
Ayant remporté la palme d’or du meilleur film au festival de Cannes, il reçut également le David di Donatello (césar italien) du meilleur film et fut nommé à l’Oscar 1964 des meilleurs costumes. Décors, achat de mobilier d’époque, location de propriétés ou encore remise en état de certains bâtiments… Rien ne fut laissé au hasard durant le tournage qui dura près de sept mois et nécessita une centaine de couturiers et de décorateurs. Le grand bal final tourné dans le Palais Gangi de Palerme reste une scène mythique qui propulse l’art de Visconti à son apogée.
Une restauration minutieuse signée The Film Foundation

Et il aura fallu près de 12 000 heures de travail pour faire revivre le Guépard et effacer les ravages du temps 47 ans après. A l’initiative de ce projet lumineux de restauration, The Film Foundation, créée en 1990 par Martin Scorsese. Pour ce projet, il a été possible de corriger les images et les couleurs du film grâce aux derniers outils numériques.« Le film de Visconti est l’une des plus grandes expériences visuelles du cinéma et, avec le temps, les restaurations se sont avérées extrêmement difficiles. Je suis très heureux que The Film Foundation (…) ait contribué à rendre possible cet extraordinaire projet. » confie Martin Scorsese.

Organisation à but non lucratif, The Film Foundation se consacre à la protection et à la préservation de l’Histoire du cinéma. Elle apporte chaque année un véritable soutien à des projets de conservation et de restauration d’archives cinématographiques de premier plan. Depuis sa création, la fondation a participé à la sauvegarde de près de 545 films.

Le Guépard, un film de Lucino Visconti, version restaurée en salles, DVD et blu-ray (édition prestige) le 1er décembre 2010.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sébastien Michel 3013 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines