Magazine Culture

Plastikman ‘ Consumed

Publié le 01 décembre 2010 par Heepro @heepro

Plastikman ‘ Consumed5 ans avant Closer, le premier « dark » album de Plastikman voyait le jour. Et 5 ans entre deux opus, c’est relativement long. Effectivement, si Artifakts [BC] est bien sorti entre les deux, ce dernier doit être considéré comme un véritable album mais qui aurait dû être publié avant Consumed (d’où l’ajout de BC, pour Before Consumed).
Est-ce là son chef-d’œuvre ? Je répondrai simplement que c’est mon préféré de tous. La noirceur imposante sur Closer n’est ici que frémissante : pas de basses poussées au maximum, des sons qui s’entremêlent les uns aux autres, le minimalisme atteint son paroxysme tout en étant d’une perfection surréaliste : comment diable est-il possible de créer un tel univers avec si peu d’outils ? Car c’est un édifice sonore immense qu’a bâtit Richie Hawtin.
Une fenêtre semble s’ouvrir dans cette pénombre nocturne : mais il n’y a que trop peu de lumière, sauf si l’on finit par intégré cette noirceur finalement si banale. Il y a autant à voir dans le jour que dans cette nuit que nous impose l’Anglais. Le noir, ainsi que la tache bleu nuit ne sont que des trompe-l’oeil : il y a bien une lumière dans Plastikman. mais c’est à nous de l’apporter.
Cet album est vêtu d’une ambiance d’abord obscure, froide, puis calme, tranquille et paisible. La nuit ressemble à tout sauf ce qui nous fait en avoir peur. Il faut donc fermer les yeux pour mieux entendre.

Musicalement, la perfection est là : 11 plages sonores, dépourvues de toute voix humaines. Pour le reste, c’est la bande-son idéale pour tout le cinéma, tellement cette musique est humaine. Pour le cinéma, donc pour la vie. Repos, réflexion, retour sur soi, évasion… Plastikman réussit à envahir nos sens de la façon la plus naturelle qui soit : la sincérité.
Écoutez ce disque, c’est le seul moyen pour vous de comprendre ces mots qui autrement ne voudraient rien dire.
J’ai découvert cet énorme artiste avec ces deux derniers LPs : quelle souffrance, quelle abnégation m’a-t-il fallu pour entrer dans son univers ! Mais quelle récompense !

(in heepro.wordpress.com, le 17/04/2010)


Tagged: Consumed, Plastikman, Richie Hawtin

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Heepro 2396 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines