Magazine Cinéma

"Rio" : samba à la Fox

Par Vierasouto


01 - 12
2010
Version imprimable -Commenter l'article


Contre la vague de froid, la Fox a trouvé une antidote sympa : la présentation à la presse de son futur nouveau film d'animation "Rio" par le réalisateur brésilien Carlos Saldanha ce matin sur les Champs Elysées. Premier étage, des chaises longues, des noms d'oiseaux, sur scène, on accueille trois girls from Ipanema ou plutôt trois danseuses tout droit descendues d'un char du carnaval de Rio, vêtues de blanc, vert, orange, toutes en plumes sur une samba. Avec une serviette de plage "Rio" offerte par la production, ça réchauffe! Manque les tongs et les massages sur la plage... Je plaisante...
Carlos Saldanha est sur place, il y va rester une heure et demi environ pour parler de son film, ses personnages, puis, présenter et commenter les extraits du film, une dizaine environ. Après la projection, j'échange de manière informelle quelques mots sur Rio avec le réalisateur, très disponible et sympa, comme le sont tous les brésiliens qui n'ont jamais l'air de se la jouer, au passage, je demande si la première du film aura lieu à Rio et la réponse est oui mais pas pendant le carnaval, les loyers sont trop chers, il parle français, en fait, bien qu'il ait fait sa présentation en anglais... Ensuite, la presse va lui poser des questions plus sérieuses au Bristol...
Pilier des Blue Sky Studios depuis 1993, Carlos Saldanha a déjà à son actif des succès comme "L'Age de glace" 1/2/3, "Robots", "Le Temps des dinosaures". Né à Rio de Janeiro en 1968, Carlos Saldanha part vers l'âge de 20 ans pour New York afin de travailler dans l'animation. Il y rencontre Chris Wedge, co-fondateur de Blue Sky Studios, qui l'invite à les rejoindre. Fort du succès de "L'Age de glace 3", il peut se lancer un projet plus personnel : un film d'animation se passant dans sa ville natale bien qu'il fasse remarquer que désormais quand il retourne à Rio, il se sent un peu comme un touriste, les premiers temps, un peu comme Linda, un des personnages principaux de "Rio", le film, qui débarque à Rio pendant le carnaval avec Blu, son Ara, animal domestiqué, au demeurant, un oiseau très rare. Bien que les extraits qu'on a pu voir ce matin montrent la tendresse avec laquelle il montre sa ville, le réalisateur se défend d'avoir fait un film sur Rio mais plutôt une histoire universelle ayant Rio pour cadre. Un film musical profondément ancré dans la culture musicale brésilienne avec des oiseaux pour héros, car les oiseaux peuvent chanter et parler aussi... Plusieurs musiciens brésiliens ont travaillé en collaboration sur le projet : Sergio Mendes, légende vivante de la Bossa-Nova, un percussionniste de Bahia (ce sont les meilleurs) et aussi un musicien du groupe "Black eyed peas".

Luiz, Pedro, Nico, Blu, Perla, Rafael
(de gauche à droite)

 
"Rio", l'histoire
Blu, un Ara bleu très rare, vit avec sa maîtresse Linda dans le Minnesota, c'est un oiseau domestique qui a passé sa vie en captivité et ne sait pas voler. Habitué à être chouchouté par Linda qui l'adore, Blu vit avec elle une relation fusionnelle, servant de réveil le matin et lui posant ses lunettes sur le nez, participant à toutes les tâches domestiques. Comme Linda possède une librairie, Blu est également fan de livres. Mais quand Blu va arriver à Rio, il va vite se rendre compte combien il avait une vie douillette et regretter son petit confort. D'autant que Linda et Blu sont arrivés à Rio pendant la période du carnaval dont chacun sait qu'elle est très festive et agitée.
Comme Blu est un oiseau rarissime, on va lui présenter une fiancée, Perla, une femelle Ara bleue. Mais pour cela, il a donc fallu se déplacer et faire le voyage au Brésil avec Linda. Malgré leur ressemblance physique, Perla et Blu sont aux antipodes l'un de l'autre. Issue de la forêt tropicale, Perla ne songe qu'à retrouver sa liberté quand Blu, au contraire, voudrait rentrer chez lui avec Linda. 
Le film raconte l'histoire/aventure de ce séjour d'un couple pantouflard (Blu et Linda) projetés dans le chaudron du carnaval de Rio et confrontés à tous les dangers, notamment le trafic des animaux rares, comme les Aras ou les petits singes. Ici, ce seront Blu et Perla qui seront kidnappés, enchaînés l'un à l'autre. Les petits singes "micou"*, facétieux et très présents à Rio, sont représentés par un personnage qui va aider les oiseaux : Mauro, chef de la tribu des petits singes Ouistitis, experts en Capoeira mais obligés de travailler pour le méchant Hector (un Cacatoès) qui vole les oiseaux rares pour les revendre. Autres personnages : Luiz (un bouledogue), un chien au coeur tendre comme du filet malgré son apparence lourdaude et redoutable ; Rafael (un Toucan), ex roi du carnaval, rangé, marié, 17 enfants, tenté de refaire la fête ; Tulio : brillant ornithologue que la passion des oiseaux va rapprocher de Linda : Nico (un Canari), danseur de samba hors pair et Pedro (un oiseau Cardinal), danseur de hip-hop.

On profite du cadre pour survoler la ville de Rio avec les oiseaux, le pain de sucre, le Corcovado, les favellas sur les collines, les plages noyées de parasols, le stade Maracana, les défilés des chars du carnaval au milieu d'une foule dense, etc... D'après ce que j'ai pu lire ici et là une école de samba carioca serait intéressée à l'idée de reprendre les personnages pour son défilé du carnaval mais en aura-t-elle le droit?
Ouistiti : petit singe du Brésil encore appelés "micou" ou singe du Para.

Mots-clés : avant-Premières, cinéactuel, cinéma américain, , Carlos Saldanha

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vierasouto 1042 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines