Magazine Culture

Spellman & Associés

Par Wax
Spellman & AssociésRésumé : Qui pourrait résister aux Spellman, la famille la plus sérieusement fêlée de la côte Ouest ? Certainement pas leur fille, Izzy, associée et néanmoins suspecte. Car, pour ces détectives-nés, rien n'est plus excitant que d'espionner, filer, faire chanter... les autres Spellman de préférence.
Si au début tout allait bien et je trouvais la lecture agréable, je me suis retrouvée à changer d'avis petit à petit. Certes, c'est rythmé et la chronologie quelque peu particulière apporte une touche d'originalité. L'écriture permet de se glisser dans la peau d'Izzy et de se sentir impliqué dans ses (més)aventures. Au niveau des intrigues, à part l'affaire Snow, le reste ne m'a pas surprise et certains passages comme la guerre du sucre ou du dentiste auraient mérité d'être plus courts. J'ai été aussi étonnée par une coquille où il est mentionné qu'Isabel surveille son frère, David mais il est écrit que Daniel sort de la maison (p.313).
Et la famille Spellman ? Bizarre, déjantée même mais j'ai eu un sentiment de surenchère : la mère qui fait suivre sa fille et enquête sur ses futurs ex, l'aîné qui soi-disant n'a plus rien à voir avec l'activité de sa famille leur donne des dossiers et accepte le chantage de sa petite soeur en la payant grassement, le père pro des course-poursuites, la benjamine incarnation du vilain petit canard, la cadette adepte des négociations, entre autres et l'oncle à la descente redoutable. Leurs attitudes presque paranoïaques ne sont pas à oublier ainsi que la menace des casseroles pour faire plier un membre de la famille, la dérision qui tombe toujours sur la même personne... Ça fait beaucoup et l'accumulation ne cesse jamais. Quant à la protagoniste, elle essaye d'échapper, comme l'aîné, à ce destin que les parents Spellman ont finalement préparé pour leurs enfants. Mais à 28 ans, c'est trop tard et comme si, ils allaient la laisser faire.
Pour être honnête, Spellman & Associés me fait l'effet d'un livre plus triste que drôle et la fin semble terriblement sordide. Je suis totalement passée à côté de l'humour mais je pense qu'en live-action, la donne serait différente. En attendant, en policier humoristique, je préfère nettement 5 filles, 3 cadavres mais plus de volant d'Andrea H. Japp.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Wax 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines