Magazine Côté Femmes

Croire au Père Noel : entre mythes et réalité

Publié le 07 décembre 2010 par Mod8

Croire au Père Noel : entre mythes et réalitéEn cette période de l’Avent, tous les parents se posent la question de savoir si leurs enfants croient toujours au Père Noël, s’il faut leur dire la vérité, si c’est leur mentir que de leur faire croire à son existence. Toutes ces questions sont légitimes et il est important d’y apporter les bonnes réponses.

Faisons tout d’abord un bref rappel de l’origine du Père Noël.

Au commencement était Saint Nicolas…

En Europe, les rituels qui s’accomplissent à la fin de l’année et à l’approche du Solstice d’Hiver sont nombreux et ancestraux. Le mot « Noël » vient du grec « néos hélios » qui signifie « nouveau soleil ». Le solstice d’hiver symbolisant donc la renaissance du soleil puisqu’il marque le début de la phase d’allongement des jours. Lors du solstice d’hiver, les Romains fêtaient les Saturnales (en l’honneur de Saturne), occasion de grandes célébrations où l’on décorait les maisons, s’offrait des cadeaux et où les esclaves étaient libres. Les Celtes et les Vikings aussi célébraient le solstice en décorant les sapins d’offrandes aux dieux.

Au Moyen Âge, l’Église catholique souhaita imposer les pratiques chrétiennes et essayer de remplacer les figures païennes par celle des Saints de l’Eglise. C’est alors Saint Nicolas, le protecteur des enfants qui fût célébré. Le 6 décembre de chaque année, on raconte que Saint Nicolas, vêtu d’un grand manteau à capuche, d’une mitre et portant sa crosse d’évêque, va de maison en maison pour offrir des cadeaux aux enfants sages.

Lors de la Réforme protestante, les luthériens rejetèrent l’utilisation des saints catholiques et c’est ainsi qu’aux Pays-Bas Saint Nicolas se transforme en un personnage semi-laïc : Sinter Klaas. Ce personnage va s’exporter en Amérique avec la migration des hollandais et devenir avec le temps Santa Claus.

Le Père Noël tel que nous le connaissons aujourd’hui, cet homme bedonnant, à la barbe blanche et tout de rouge et blanc vêtu, nous vient donc des Etats-Unis, réinventé par la marque Coca-Cola en 1931 et qui arrive ainsi chez nous après la seconde Guerre Mondiale.

pub Père Noël Coca Cola 1931

Aujourd’hui Santa Claus est également utilisé le 25 décembre, dans des pays n’ayant pas de tradition chrétienne, tels que la Chine, comme outil de vente et comme occasion de faire des cadeaux, de décorer la ville et de réunir la famille.

Y a-t-il un âge pour arrêter de croire au Père Noel ?

Passons maintenant dans le vif du sujet qui nous intéresse : nos chères têtes blondes !

Vous vous demandez sûrement jusqu’à quel âge est-il normal de croire au Père Noël. Votre enfant n’est-il pas trop grand pour y croire ?

Et bien il n’y a pas d’âge pour croire ou ne plus croire au Père Noël. C’est une question de maturité. Si votre enfant de 7 ans y croit encore, ce n’est pas grave. Laissez-le y croire, il devra se confronter à la réalité bien assez tôt alors pourquoi ne pas faire durer un peu la magie ?

L’enfance est une période de transition entre l’imaginaire et la réalité. Et de fait jusqu’à un certain âge l’imaginaire prend le dessus sur le concret. C’est durant cette transition qu’il va naturellement, un jour, cesser de croire au Père Noël.

Est-ce un mensonge que lui faire croire que le Père Noël existe ?

Non ce n’est pas lui mentir !

Le mythe du Père Noël est ancré dans notre culture et notre société. Tous les enfants, nous y compris, ont cru au Père Noël et en tant que parents nous continuons la tradition du bonhomme en rouge.

Cette légende de Noël est parfaitement adaptée au psychisme des enfants qui vivent dans un monde où le réel et l’imaginaire se confondent. Cette période est particulièrement formatrice car c’est à ce moment que se construisent son imagination et sa créativité. Les petits ont besoin de rêver et de croire en leurs rêves ; il est donc très important de leur en laisser l’occasion.

Donc l’accompagner dans cette étape en lui permettant de croire au Père Noël, ce n’est pas lui mentir, c’est respecter son développement.

Et s’il a des doutes ?

Si votre enfant vient vous questionner ou s’il vient vous voir en vous disant qu’un grand lui a raconté que le Père Noël n’existait pas, alors il est temps d’avoir une conversation avec lui. Demandez-lui ce qu’il en pense et si vous sentez qu’il veut encore y croire, rassurez-le en lui expliquant que certaines personnes n’y croient pas et que c’est dommage.

En revanche si vous sentez qu’il veut la vérité, alors ne lui cachez pas et expliquez-lui que même si le Père Noël n’existe pas réellement, il est le symbole de Noël.

Pour que la nouvelle passe en douceur, faites en sorte de l’intégrer dans une histoire familiale en lui expliquant que même vous, lorsque vous étiez enfant vous y croyiez, ainsi il comprendra qu’il n’est pas le seul à y avoir cru. De même, s’il a des petits frères ou des petites sœurs, essayez de le valoriser en lui faisant comprendre que son rôle de grand, maintenant qu’il sait, est de vous aider à garder le secret pour ne pas gâcher le plaisir des petits. Car ne plus croire au Père Noël c’est aussi devenir grand.

Pour conclure, qu’on y croie ou qu’on n’y croie pas, le Père Noël est le symbole de Noël. Il représente la générosité, le don de soi, l’amour universel, toutes ces valeurs qu’il est bon de transmettre aux enfants. Un peu de magie et de bonté dans notre monde Ô combien dur et froid, ne peut pas faire de mal aux enfants.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mod8 805 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte