Magazine Sport

Saison NFL Semaine 13

Publié le 09 décembre 2010 par Vinz

100705073757_07-05-10-nfl-logo

La NFL arrive au mois de décembre et les divisions sont plus disputées que jamais dans l’histoire de la ligue de football américain. Avant le début de cette 13ème semaine de la saison 2010 de NFL, il y a encore 19 équipes à moins d’une victoire de la première place de leur division – un record dans l’histoire de la NFL. Avec déjà 11 matchs de joués, il n’en reste plus que quatre pour que ces équipes décrochent une place en playoffs. Même si on y voit un peut plus clair après les matchs de ce week end, la dernière ligne droite s’annonce palpitante.

Les matchs :

1
En 2001, les Falcons draft un joueur présenté comme le quarterback du futur. Mais après bien des atermoiements sur et surtout en dehors des terrains, le messie tant attendu explose dans les rangs des Eagles de Philadelphie. Michael Vick (22/33, 302 yards, 2 TDs, 1 int – 10 courses, 48 yards, 1 TD) semble actuellement sur une autre planète. Vick a été mis sous pression, intimidé et frappé tout au long de la rencontre. La défense de Houston le forçant même à lancer sa 2ème interception de la saison, mais, en dépit du fait qu’il a encaissé plusieurs plaquages sévères, il n’est jamais demeuré au sol. C’est même lui qui inscrit au sol le touchdown qui fait passer son équipe devant au moment ou les choses sont devenues sérieuses. Les Eagles ont attaqué le match de la meilleure des manières inscrivant un touchdown sur chacun de leurs deux premiers drives. Au milieu du second quart, Houston répond avec un touchdown de Jacoby Jones (2 rec, 20 yards, 1 TD) sur une passe de Matt Schaub (22/36, 337 yards, 2 TDs, 1 int). Mais alors qu’il mène le drive de l’égalisation potentielle avant la mi-temps, Schaub se fait bêtement intercepter par un lineman défensif des Eagles qui ajoutent 3 points de plus. 20-10 à la mi-temps. Arian Foster (22 courses, 83 yards, 1 TD – 2 rec, 26 yards, 1 TD) reprend les choses en main au retour des vestiaires en inscrivant 2 touchdowns et les Texans passent devant de 4 points. Les Eagles montre alors qu’ils ne sont pas en tête de leur division par hasard. La défense stoppe l’offensive des Texans, forçant même un fumble de Matt Schaub, alors que « Iron Mike » se charge de faire évoluer le score.  A 4mn23 de la fin, il enfonce le clou pour donner 10 points d’avance à son équipe  en envoyant Owen Schmitt dans la end zone. La victoire était presque à portée pour Houston. Une nouvelle occasion manquée pour les Texans qui laissent probablement filer une nouvelle fois les playoffs. A Philadelphie, tout va bien. Les Eagles sont en tête de la NFC Est et le resteront quoiqu’il arrive une semaine de plus.

2
Drew Brees a brisé le cœur des fans des Bengals. Alors que Cincinnati était revenu dans un match qui semblait perdu et était passé devant à 4mn25 de la fin, le quarterback des Saints a mené son équipe sur un drive de 68 yards jusqu’à un touchdown inscrit sur une passe à Marques Colston à 34 secondes du terme pour faire passer New Orleans 4 points devant. Un avantage décisif puisque les Bengals n’ont rien réussi avec les secondes restantes. Menés 20 à 6 au milieu du 3ème quart, les Bengals ont inscrit deux touchdowns de suite puis ont répondu à un touchdown des Saints par un touchdown transformé à 2 points pour revenir à égalité. Ils sont ensuite passés devant avec un field goal de 47 yards avec 4:25 à jouer. Mais Drew Brees a eu le sang froid des grands quarterback pour mener son équipe à la victoire dans les dernières minutes. Les Falcons sont prévenus, les Saints, qui ont remporté leur 5ème succès d’affilé, sont prêts à profiter du moindre faux pas.

3
Matthew Stafford et Shaun Hill étant blessés, c’est le 3ème quarterback des Lions Drew Stanton (16/24, 178 yards, 1 TD) qui menait l’attaque de Détroit. Et le bougre c’est pas trop mal débrouillé en inscrivant un touchdown à la course et en  envoyant l’incontournable Calvin Johnson (3 rec, 66 yards, 1 TD) dans la end zone. Mais leurs efforts combinés n’auront servi à rien face à une équipe des Bears qui, sans être exceptionnelle, a fait le travail et reste en tête de la NFC Nord a égalité avec Green Bay. Dominés pendant une bonne partie du match, les Bears se sont accrochés puis sont passés devant à 8mn46 de la fin sur une passe de Jay Cutler (21/26, 234 yards, 1 TD) pour Brandon Manumaleuna pour un touchdown. Sur l’action précédente, Cutler avait porté le ballon pour une course lorsqu’il a été poussé violemment dans le dos par Ndamukong Suh. Une action pour laquelle le défenseur a été sanctionné pour une « violence non nécéssaire » et qui a permis à Chicago de se retrouver sur les 7 yards adverses. La décision des arbitres semble discutable car, si le plaquage était appuyé, il ne semblait pas illégal. Les meilleurs équipes sont censées toujours trouver un moyen de gagner, même quand elles jouent mal. C’est exactement ce qu’a fait Chicago. Fait marquant de la rencontre, Jay Cutler, le roi de la passe interceptée la saison dernière, vient de jouer son 2ème match sans en lancer une. Son travail avec Mike Martz l’ancien gourou de la grande équipe des Rams serait il en train de porter ses fruits ?

4
Pour effacer leur déconvenue de la semaine passé, les Packers ont dû lutter contre les éléments et les 49ers. Il faisait un froid de canard à Lambeau Field et, l’espace d’une mi-temps, les californiens ont fait jeu égal avec Green Bay. Grâce à quelques exploits de Vernon Davis (4 rec, 126 yards, 1 TD), San Francisco ne comptait qu’un point de retard (14-13) à la pause. Mais au retour des vestiaires tout semblait plus facile pour les Packers, notamment en attaque. Aaron Rodgers a encore réussi un match superbe (21/30, 298 yards, 3 TDs – 4 courses, 39 yards) dont ont profité Greg Jennings (6 rec, 122 yards, 2 TDs) et Donald Driver (4 rec, 73 yards, 1 TD). En l’absence de Frank Gore, les Niners ont manqué d’efficacité au sol. Anthony Dixon a été leur meilleur coureur avec seulement 33 yards gagnés. Troy Smith (10/25, 194 yards, 1 TD, 1 int) a lui manqué d’efficacité, notamment en seconde mi-temps. Les playoffs s’éloignent de plus en plus pour les 49ers qui devraient changer pour la énième fois de la saison de quarterback titulaire lors de la prochaine journée. Malgré un bilan plus que faible Alex Smith devrait en effet récupérer les rennes de l’attaque californienne.  Les Packers restent un match derrière Chicago dans la NFC Nord, ça nous promet une belle empoignade entre ces deux équipes lors de l’ultime journée de la saison.

5
C’est au sol que les attaques ont surtout appuyé. Knowshon Moreno a gagné 161 yards pour les Broncos. Le duo Jamaal Charles – Thomas Jones totalise 169 yards pour Kansas City.  Les défenses ayant imposés leur loie, les grandes envolées aériennes n’étaient en effet pas à l’ordre du jour. Et c’est elle des Chiefs qui s’est  finalement montrée la plus forte en limitant très bien Kyle Orton (9/28, 117 yards, 4 sacks, 1 fumble perdu).  La situation a finalement été débloquée par Leonard Pope qui, sur sa seule réception du match, a inscrit leur seul touchdown du match. En dépit de toutes leurs bourdes, les Chiefs  sont donc demeurés invaincus en six matchs à domicile et ils sont toujours au sommet de la section ouest de l’Américaine. Par contre cette nouvelle défaite aura eut raison de Josh McDaniels. Le coach des Broncos a été démis de ses fonctions lundi.

6
Les spectateurs présents ont dû se demander quelle équipe allait trouver le moyen de perdre. Les deux équipes ont accumulé les erreurs: il y a eu 16 coup de pied de dégagement, et seulement six troisièmes essais ont été convertis.  Avec pour une fois un bon Jake Delhomme (24/34, 217 yards, 1 TD) et malgré un Peyton Hillis limité à 57 yards en 18 courses, ce sont les Browns qui se sont imposés au terme d’une rencontre marquée par l’incapacité des deux équipes à marquer des points. Chad Henne (16/32, 174 yards, 1 TD, 3 int), le quarterback des Dolphins, a fait la différence en lançant sa troisième interception dans son propre camp à 1mn05 de la fin alors que les deux équipes étaient à égalité 10 partout. Un interception retournée par Mike Adams jusqu’aux 2 yards de Miami. Une position idéale pour Phil Dawson qui n’a plus eu qu’à réussir un field goal facile à la dernière seconde pour donner la victoire à son équipe. Joe Haden est un des trois hommes qui a intercepté Henne. C’était le quatrième match consécutif avec une interception pour le rookie. Les Dolphins n’ont gagné qu’une seule fois sur six à Miami cette saison, ils ont perdu sept de leurs huit derniers matches à domicile, ce qui leur donne un sérieux handicape dans la course au playoffs.

7
Décidément rien ne sera épargné à « La Vieille Denise » pour ce qui, d’après le vieux quarterback,  devrait être sa dernière saison. Blessé à l’épaule sur sa seule passe (interceptée !) du match, le numéro 4 des Vikings a été obligé de laisser sa place à Tarvaris Jackson (15/22, 187 yards, 2 TDs, 3 int) et assisté depuis le banc à la victoire des siens sur les Bills.  Ces derniers, incapables de renouveler leurs bonnes performances de ces dernières semaines, ont en effets été vite débordés sous les assauts combinés de  Sidney Rice (5 rec, 105 yards, 2 TDs) et d’ Adrian Peterson qui a été le moteur des Vikings avec 107 yards et 3 touchdowns inscrits en 16 courses. Buffalo avait pourtant ouvert la marque par un touchdown sur un retour d’interception de 40 yards signé Drayton Florence (2 interceptions), mais la défense retrouvée des Vikings (4 fumbles et une interception) a rapidement éteint toutes velléités offensive de Ryan Fitzpatrick (15/25, 158 yards, 1 TD, 1 Int) et des siens. Le match était plié depuis longtemps lorsque David Nelson donnait moin d’ampleur au score en réceptionnant une passe de 12 yards. Même s’il y’a peu de chances de voire la franchise du Minnesota y arriver, leurs minces espoirs de playoffs sont encore en vie !

8
Après un coup de moins bien lors des semaines 10 et 11, les Giants ont remis la marche avant. Ils ont déroulé en inscrivant deux touchdowns dans le premier quart-temps et un autre dans le second pour atteindre la mi-temps avec une avance de 21-0. Au retour des vestiaires, Brandon Jacobs (8 courses, 108 yards, 2 TDs) a marqué un autre touchdown pour mettre un point d’exclamation à la grosse journée des coureurs New Yorkais. Ahmad Bradshaw (25 courses, 97 yards, 2 TDs) a en effet aussi inscrit deux touchdowns. La défense des Giants a aussi largement joué son role en récupérant 4 fumbles et en interceptant deux fois Donovan McNabb (26/44, 296 yards, 1 TD, 2 int) qui avait pourtant remporté ses quatre derniers départs contre les Giants lorsqu’il était avec les Eagles. Les Redskins qui n’ont jamais eu la moindre chance regarderont une nouvelle fois les playoffs bien au chaud devant la TV.

9
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Les Titans espéraient que le retour sur le terrain de Kerry Collins (14/32, 169 yards, 2 int) permettrait de palier l’absence de Vince Young, mais rien n’a changé. Chris Johnson (13 courses, 53 yards) n’est toujours que l’ombre de celui qu’il était l’an dernier et Randy Moss (1 rec, 13 yards) pèse toujours aussi peu sur le jeu. Dans le froid et le vent de Nashville, les Jaguars se sont appuyés sur Maurice Jones-Drew (31 courses, 186 yards) pour imposer leur jeu au sol et ont alimentés le score sur des courses de Rashad Jennings et David Garrard (14/19, 126 yards–10 courses, 19 yards, 1 TD). La défense se chargeant de limiter les offensives des locaux en 2ème mi-temps en accordant que 2 fields goal à Rob Bironas. Cela fait maintenant 13 quart temps que les Titans n’ont plus inscrit le moindre touchdown, autant dire que Jeff Fisher va avoir du pain sur la planche s’il veut redonner confiance à ces joueurs et maintenir un très mince espoir de playoffs.

10
Cela faisait un certain temps (18 victoires d’affilées) que les joueurs de San Diego n’avaient pas perdu une rencontre au mois de Décembre. Et c’est contre les Raiders qu’ils ont choisi de mettre fin à leur série ! Les erreurs des Chargers, un fumble perdu en équipes spéciales dans leur propre moitié de terrain puis une interception de Philip Rivers (23/39, 280 yards, 1 TD, 1 int), ont aidé Oakland à vite creuser l’écart. Compter également sur un jeu au sol retrouvé (97 yards et 1 TD pour Darren McFadden, 95 yards et 1 TD pour Michael Bush) et un Jason Campbell propre (10/16, 117 yards, 1 TD), les Raiders menaient déjà 21-3 à la mi-temps. Les Chargers ont eu quelques espoirs de retour dans le dernier quart mais les Raiders ont bien tenu en limitant le jeu au sol à seulement 21 yards. Avec cette défaite, les espoirs de participer aux playoffs des Chargers, quatre fois champions en titre de l’AFC Ouest, ont sérieusement réduit. Ils accusent deux matchs de retard sur les Chiefs de Kansas City avec quatre matchs à jouer. Il sont notamment devancés par leurs adversaires du jour qui remportent pour la 1ère fois depuis 2001 leurs deux confrontations annuelles.

12
Après sont dépucelage à l’extérieur contre les Broncos, Sam Bradford (18/29, 187 yards, 1 Int) a mené les Rams à leur 2ème succès consécutif loin de leur base. Et même s’il s’est montré moins efficace que contre la semaine dernière, un seul touchdown de Steven Jackson (28 courses, 102 yards, 1 TD) a suffi aux Rams pour l’emporter, il a tout de même dominé ses vis-à-vis des Cardinals. Il faut dire que si les Cardinals ont marqué les 6 premiers points du match par des field goal, leur attaque a une nouvelle fois fait démonstration de toute sa fébrilité. Arizona a utilisé 3 quarterbacks (Derek Anderson et les rookies John Skelton et Max Hall) dont deux ont lancé une interception. Face à une telle faiblesse offensive, les Rams n’ont eu besoin que du touchdown de Jackson et de quelques field goal pour l’emporter et garder la tête de la NFC Ouest.

13
Qu’arrive t’il à Peyton Manning (36/48, 365 yards, 2 TDs, 4 int) ? Les blessures à répétition de certaines de ses cibles préférées n’expliquent pas les 11 interceptions que le quadruple MVP de la NFL  a lancé lors de ses 3 derniers matchs.  Le quarterback des Indianapolis Colts a subi quatre interceptions dont deux retournées pour des touchdowns dimanche. Sa dernière interception a d’ailleurs permis au kicker des Dallas Cowboys David Buehler de marquer un field goal de 38 yards en prolongation qui a offert la victoire 38-35 à sa franchise. Distancé de 17 points après un départ en trombe des Cowboys qui ont notamment compté sur un jeu au sol solide (100 yards et 1 TD pour Choice, 83 yards pour Jones), le numéro 18 n’a pas lâché. Grâce aussi à un touchdown de son équipe spéciale sur un punt contré, les Colts sont restés dans le match pour finalement égaliser  à 33 secondes de la fin du temps réglementaire. Mais en prolongation, la 4e interception de Manning, dans sa propre moitié de terrain est fatale aux Colts. Le cauchemar continue pour Peyton Manning qui se « Russelise » au fil des matchs. Cette 3ème défaite consécutive place les Colts dans une position assez précaire au classement, une longueur derrière les Jaguars.  Jon Kitna (18/26, 167 yards, 1 TD), le quarterback des Cowboys, confirment que c’est en grande partie grâce à la défense que l’équipe de Dallas a réalisé le hold-up de la semaine.

14
Les Seahawks se sont fait peur le temps d’une mi-temps. Menés 14-3 à la pause par les Panthers, Matt Hasselbeck et ses coéquipiers ont ensuite passé la seconde en inscrivant 21 points dans le troisième quart pour repasser définitivement devant. Marshawn Lynch (21 courses, 83 yards, 3 TDs) a livré une grosse prestation avec 3 touchdowns inscrits. Lofa Tatupu est l’auteur du second touchdown de son équipe avec une interception qu’il a retourné pour un touchdown. En verve au sol en début de match, les Panthers de Jimmy Clausen (18/34, 169 yard, 1 int) n’ont plus rien réussi offensivement au retour des vestiaires. La bavure a été évitée pour Seattle qui reste à égalité avec Saint-Louis en tête de la NFC Ouest.

11
Le Matt Ryan (18/36, 205 yards, 2 TDs, 2 int) est un mammifère à sang froid ! Pour la 6ème fois de la saison, le quarterback des Falcons a orchestré une remontée victorieuse alors que son équipe était menée au score à l’entame du dernier quart temps.  Depuis l’entame les Buccs leur menaient la vie dure et, à 10 minutes de la fin, les Falcons étaient menés de 10 points. Un kickoff retourné sur 102 yards pour un touchdown par Eric Weems a réduit l’écart à 3 longueurs. Après un three and out, Atlanta récupère le ballon avec 8mn30 à jouer. Avec l’aide de Michael Turner (24 courses, 88 yards, 1 TD) et de Roddy White (7 rec, 74 yards), Matt Ryan mène alors son équipe à un drive de 67 yards jusqu’à un touchdown inscrit par Michael Jenkins (3 rec, 30 yards, 1 TD) à 4mn36 de la fin pour repasser devant. Josh Freeman (19/38, 181 yards, 1 TD, 1 int) a aussi eu l’occasion de devenir le héros du soir sur le drive suivant mais le quarterback des Buccaneers a été intercepté par Brent Grimes à 2 minutes du terme, scellant ainsi la défaite de son équipe. Les Falcons gardent la tête de la NFC Sud avec un match d’avance sur les Saints. La formation floridienne a perdu ses cinq rencontres face à des clubs ayant une fiche positive. C’est à ce niveau là qu’il faudra travailler dans le futur si les Buccs veulent de nouveau goûter au joies des playoffs dans les saisons à venir. On vois mal en effet comment ils pourraient se qualifier cette année alors qu’ils accusent 3 matchs de retard sur leurs vainqueurs du jour.

15
On attendait de la défense, il y a eu de la défense. On attendait du sang, le nez ensanglanté de Ben Roethlisberger (22/38, 253 yards, 1 TD, 1 int) peut en témoigner. Malgré les bobos de leur quarterback, ce sont quand même bien les Steelers qui l’ont emporté. Après l’ouverture du score par Anquan Boldin (5 rec, 118 yards, 1 TD), Pittsburgh s’est accroché, n’a rien laissé passé et a finalement renversé la vapeur grâce à l’inévitable Troy Polamalu. A 3mn22 de la fin, le safety est allé arracher le ballon des mains de Joe Flacco (17/33, 266 yards, 1 TD) sur un sac pour permettre à son attaque de démarrer son drive suivant aux 18 yards adverses. Une occasion que n’ont pas manqué Roethlisberger et Isaac Redman pour faire passer définitivement leur équipe devant. La série suivante des Ravens n’a rien donné. Cette victoire permet aux Steelers de passer seuls en tête dans l’AFC Nord.

16
Défaits lors de la première rencontre entre les deux équipes il y a quelques semaines, les Patriots n’ont laissé aucune chance aux Jets en prenant le match en main en attaque comme en défense dès les premières minutes de la rencontre. Dès le premier quart, un field goal de Shayne Graham, un touchdown au sol de BenJarvus Green-Ellis (18 courses, 72 yards, 2 TDs) et un dans les airs de Deion Branch (3 rec, 64 yards, 1 TD) donnaient 17 points d’avance aux Pats’ pendant que leur défense ne laissait pas New York s’approcher de la Red Zone. Alors que Nick Folk débloquait le compteur des Jets avec un field goal de 39 yards, Brandon Tate ajoutait 7 points au score des Pats pour porter l’avantage de son équipe à 24-3 à la pause.  Le match semble déjà plié et les choses ne vont faire qu’empirer pour Mark Sanchez (17/33, 164 yards, 3 int). Mis en difficulté par la défensive des Patriots, pourtant classée 32e dans la ligue,  Mark Sanchez, alors qu’il semblait avoir vaincu ses démons de la saison passée et n’en avait lancé que 8 depuis le début de saison, lance 3 interceptions au cours des deux derniers quart-temps. Du coté des Patriots, Danny Woodhead, un joueur coupé par New York et récupéré par les Pats, signe un gros match avec 104 yards en 4 réceptions, Tom Brady (21/29, 326 yards, 4 TDs) réalise un match quasiment parfait et Wes Welker (7 rec, 80 yards, 1 TD), Aaron Hernandez (3 rec, 51 yards, 1 TD) et BenJarvus Green-Ellis ajoutent un touchdown chacun à l’humiliation des Jets pour porter le score final à 45-3. Brady et les Patriots ont remporté un 26e match d’affilée à domicile en saison régulière, dépassant la marque de la NFL détenue par Brett Favre avec les Packers, tout en transformant un match qui s’annonçait comme un classique… en une dégelée classique!

Le classement :

_1291824961316

Le point sur la course aux playoffs :

PO2

Conclusions :

  • Les défaites et une affaire d’espionnage vidéo auront eu raison de Josh McDaniels. Le coach des Broncos a été démis de ses fonctions lundi. C’est Eric Studesville, jusque là entraineur des running backs, qui prend l’intérim à la tête de l’équipe. Selon des sources citées par NFL Network, les Broncos devraient approcher John Elway pour lui proposer une place dans l’équipe dirigeante. Plus étonnant, Gary Kubiak, s’il est disponible cet été, serait le favoris pour prendre le poste de head coach la saison prochaine.
  • Mike Singletary a décidé que Alex Smith va reprendre le poste de quarterback titulaire dès dimanche prochain. La décision peut-être surprenante. En 5 matchs, Troy Smith a mené les Niners à 3 victoires et 2 défaites alors que Alex n’a gagné qu’un seul des 6 matchs qu’il a débuté. On est pas loin de déjà connaître le Domenech de la semaine prochaine.
  • Tarvaris Jackson devra attendre encore un peu. Si Brett Favre souffre d’une entorse de l’épaule suite au choc subi contre les Bills, le numéro 4 semble tout de même être en route pour jouer dimanche prochain. Leslie Frazier, le coach des Vikings, a annoncé que Favre jouerait s’il est en mesure de le faire. Et Frazier a dit qu’il serait étonné que Favre ne joue pas contre les Giants.

Trophées de la semaine :

  • le Jamarcus de la semaine:

Cette fois tout quadruple MVP qu’il est, Peyton Manning (36/48, 365 yards, 2 TDs, 4 int) n’y échappera pas ! 11 interceptions lancées en 3 matchs pour autant de défaites, toutes à mettre à son crédits. Que dire de plus ?

  • Les Indians de la semaine:

le Titans se sont une nouvelles fois montrés maître dans l’insipidité. Le seul changement que j’y Là je pourrait faire un copier coller de ce que j’avais déjà mis la semaine dernière tant les Cardinals et apporterai, c’est dans le classement. 13 quarts temps sans inscrire un touchdown, ça mérite bien un Indians d’or !

  • Le Domenech de la semaine:

Il n’est plus à la tête des Vikings, et pourtant, Brad Childress mérite amplement cette distinction cette semaine. Quand on vois la différence d’implication et de comportement des joueurs des Vikings depuis son départ, oser, devant la presse, se montrer satisfait de l’héritage qu’il laisse derrière lui et du travail accompli cette saison, il n’y a qu’un élève digne du maître pour le faire.

lb2


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine