Magazine Culture

Portrait de Compagnon du Devoir ou portrait d'homme portant une boucle d'oreille ?

Par Jean-Michel Mathonière

Une vente aux enchères qui se déroulera le 19 décembre à Reims, sous le marteau de l'étude Dapsens Auction, comporte sous le numéro 37  une « MINIATURE RONDE sur ivoire, représentant un "Compagnon du Devoir" en redingote bleue et gilet jaune. Fond de paysage. Epoque Louis XVI. Diam. : 7,3 cm ».


Portrait de Compagnon du Devoir ou portrait d'homme portant une boucle d'oreille ?

Reproduction avec l'aimable autorisation de l'étude Dapsens Auction.

Quel est l'élément permettant d'affirmer qu'il s'agit là d'un «Compagnon du Devoir»? Ce beau portrait est-il celui d'un personnage identifié, dont on saurait avec certitude qu'il s'agissait d'un artisan ayant été affilié au compagnonnage du Devoir?

Non, l'expert de la vente, Monsieur Olivier Boré, se fonde simplement sur le fait que ce personnage porte une boucle d'oreille. Je citerai ici le message reçu par l'intermédiaire de l'étude Daspens Auction, en réponse à ma question quant aux raisons d'une telle affirmation:

Suite:

« Tout simplement parce que vers 1780, époque d'exécution de cette miniature, les Compagnons du Devoir (et du Tour) portaient la boucle d'oreille. Aussi bien sûr, les marins ou les flibustiers, ce qui n'a rien à voir avec le personnage représenté, qui, plus est, est assez élégant dans son costume, bien qu'il ne s'agisse pas d'un costume de soie usuellement porté par la noblesse. Tous ces éléments m'ont donc permis de décrire ainsi le personnage. Enfin, pour rentrer dans les détails de provenance, la miniature provient de la Collection Levieux, collection exclusivement sur le thème des métiers, du compagnonnage, et accessoirement maçonnique. Plus généralement, les iconographies d'hommes identiques à notre portrait et portant boucle d'oreille sont décrites comme notre miniature, c'est à dire miniature "figurant un compagnon". »

J'ai alerté l'étude Daspens Auction sur le fait que cette interprétation n'est fondée que sur une connaissance superficielle du sujet car nous ne savons pas du tout à l'heure actuelle si la coutume de porter des «joints» (c'est là le nom que les Compagnons  donnent aux boucles d'oreilles) est véritablement ancienne chez les Compagnons ou non. C'est une pratique qui n'est attestée que tardivement, dans le cours du XIXesiècle, et, qui plus est, semble-t-il marginalement: il y avait des métiers où des Compagnons portaient des joints et d'autres non — et c'est toujours le cas aujourd'hui.

Dans tous les cas, le port d'un ou de deux anneaux d'oreilles n'était pas l'apanage des Compagnons. Comme justement le note l'expert, cet usage était également connu des marins, qu'ils soient ou non des flibustiers. On peut ajouter à cette liste de porteurs connus de boucles d'oreilles les gitans. Comme beaucoup d'éléments que l'on pensait jusqu'il y a peu de temps « caractéristiques » des usages compagnonniques, il apparaît grâce aux recherches actuelles que, dès le XVIIIe siècle, les Compagnons étaient très perméables aux courants de mode qui traversaient la société toute entière et qu'ils les ont quelquefois « compagnonnisé ». Par exemple, comme l'a montré Laurent Bastard, c'est notamment le cas des couleurs compagnonniques dites « de la Sainte-Baume », qui sont à l'origine des rubans votifs dont les motifs sont sans rapport avec le compagnonnage.

Par ailleurs, je ne vois pas du tout en quoi le vêtement, distingué à défaut d'être « le costume de soie usuellement porté par la noblesse », ferait de notre personnage plutôt un Compagnon du Devoir qu'un marin ou un flibustier. S'il convient de ne pas s'enfermer dans une image par trop prolétarienne ou misérabiliste des Compagnons à la fin de l'Ancien Régime — le cas des tailleurs de pierre est à cet égard exemplaire puisque la possession d'un habit convenable faisait partie des conditions nécessaires à l'entrée chez les Compagnons Passants —, il n'en demeure pas moins que peu d'entre-eux parvenaient à acquérir un niveau d'aisance tel que celui qui transpire de notre personnage. Pour ma part, j'inclinerai plus facilement à penser que ce portrait est celui d'un officier de marine, issu de la petite noblesse.

Rappellons que chez les marins, la coutume de se percer l'oreille pour y porter un anneau d'or provient de la croyance dans le fait que cela procure une bonne vue et éloigne les maux ophtalmiques. De la sorte, on espérait repérer de loin des écueils, navires ennemis, etc. C'était aussi un viatique destiné au curé pour payer les obsèques du marin si celui-ci venait à mourir loin de son pays (cet argument vaut aussi pour les Compagnons d'autrefois, l'appartenance à une société compagnonnique étant en grande partie corrélative à cette crainte de la mort loin de chez soi et des siens).

L'argument de la provenance avancé par l'expert n'est pas non plus à retenir. Nous connaissons ainsi des cas de faux qui figurent dans des collections de « spécialistes »… Dès le tout début des années 1970 et peut-être même avant, les faussaires ont sû comment satisfaire à l'obsession insatiable de certain collectionneur d'objets et de documents compagnonniques ;) Plus près de nous, la charité confraternelle nous empêchera de citer un cas concret de faux entrés dans une collection publique malgré les avertissements qu'il s'agissait probablement de faux. Est-ce que le fait que ces faux y soient entrés par le biais d'une vente aux enchères, avec avis positif d'un expert (en tout ?), transforme ceux-ci en documents authentiques? La réponse est bien évidemment non...

Tout cela n'empêchera pas, si j'interprète correctement la réponse de l'étude Daspens à mes remarques, la vente de cette miniature de se dérouler selon l'intitulé «portrait de Compagnon du Devoir» en lieu et place de, tout simplement, « portrait d'homme portant une boucle d'oreille », l'expert campant sur ses positions. Espérons simplement que le commissaire-priseur aura l'honnêteté de préciser au moment de la vente que son avis n'est pas partagé par d'autres spécialistes…

Je profiterai donc de cette occasion pour lancer ici le débat en ce qui concerne l'ancienneté des joints compagnonniques.

Un  ami et collaborateur occasionnel de ce blog, le Compagnon ébéniste du Devoir de Liberté Bruno Barjou (Périgord Le Vif Argent)  a justement étudié la question en 2009 dans une étude réservée aux Compagnons de sa société. À cette occasion, il a relevé le fait que la plus ancienne attestation du port des joints dans les compagnonnages semble bien être un passage du Livre du Compagnonnage publié par Agricol Perdiguier en 1839 :

« Boucles d’oreilles. Les charpentiers Drilles portent suspendus à l’une de leurs boucles d’oreille une équerre et un compas, à l’autre la bésaiguë ; les maréchaux portent un fer à cheval, les couvreurs un martelet et une aissette, les boulangers la raclette. Chacun de ces états croit avoir seul le droit d’embellir ainsi ses boucles d’oreilles. Les accessoires des boucles d’oreilles ont engendré des batailles. » (pp. 61-62)

On remarquera que Perdiguier ne cite que quelques corps de métiers : charpentiers, maréchaux-ferrants, couvreurs et boulangers. D'autres sources permettent d'établir qu'au XIXe siècle et jusqu'au début du XXe, d'autres corps portaient également des pendants d'oreilles (et non simplement des anneaux) : ainsi des tanneurs-courroyeurs du Devoir, des menuisiers du Devoir, des tisserants-ferrrandiniers du Devoir. D'autres corps n'en portaient pas.

Portrait de Compagnon du Devoir ou portrait d'homme portant une boucle d'oreille ?

Joints de Compagnon tanneur-corroyeur du Devoir.

Il conviendrait de faire une étude plus poussée pour établir la liste précise de ces attestations, du port des joints, avec ou sans pendants, mais aucune, à ma connaissance, n'existe pour le XVIIIe siècle. Il est de fait assez probable qu'il s'agit là de l'une des nombreuses « coutumes » qui se sont introduites ou modifiées, puis littéralement instituées dans les sociétés compagnonniques durant les premières décennies du XIXe siècle, consécutivement à la chute de l'Ancien Régime. C'est notamment le cas pour la canne, attribut qui a été emprunté à l'aristocratie au cours du XVIIIe siècle, par mode et par défi vis-à-vis des autorités, et qui semble n'être devenue un véritable emblème de l'état de Compagnon que sous la Restauration. De signe contestataire, la canne devient, parallèlement aux couleurs, un signe identitaire du compagnonnage.

Le débat est donc lancé et je ne doute pas que les habitués du site l'alimenteront. Deux précisions toutefois : d'une part, il serait souhaitable d'appuyer les interventions par des sources documentaires précises et datées (m'envoyer par mail les photos si nécessaires) et non par des hypothèses ésotérico-symboliques (et encore moins des spéculations « zozotériques ») ; d'autre part, il me semble inutile d'ergoter davantage sur les limites de compétence de certains experts… Il est d'autres batailles à mener pour ce qui est de l'histoire, méconnue et complexe, des compagnonnages !

Portrait de Compagnon du Devoir ou portrait d'homme portant une boucle d'oreille ?

L'homme pense parce qu'il a une main. Anaxagore (500-428 av. J.-C.)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean-Michel Mathonière 17310 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines