Magazine Cinéma

La Belle Et La Bête (Disney)

Publié le 07 décembre 2010 par Olivier Walmacq

36bisBelleb_C3_AAteaffiche

Genre:l'un des meilleurs Disney de tous les temps !

Durée:1h27.

Année:1991.

L'histoire(désolé mais ça va être long!): Belle est la fille magnifique et lectrice inée d'un inventeur, Maurice. Elle est draguée par Gaston, un homme certes musclé mais stupide et ilettré. Un jour, son père part pour une foire des sciences mais tombe sur le mauvais chemin et se retrouve face à un château.

Le maître des lieux est un prince égoïste qui, en refusant une vieille dame chez lui en contribution d'une rose, va être victime d'un ùauvais sort.
Le prince devient alors une bête et ses sujets deviennent des objets: il doit trouver une femme qu'il aimera et qu'elle aimera en retour, sinon la rose de la dame se fânera le jour de ses 21 ans et il restera une bête. Maurice va être prisonnier avant que Belle prenne sa place...

La critique de Borat

Nous sommes en 1991 et Disney revient une nouvelle fois sur le devant de la scène avec un de leurs derniers chefs d'oeuvres et l'un des plus mémorables aussi.
Il s'agit de La Belle et la Bête qui aura le golden globe du meilleur film d'animation et les Oscars de la meilleure musique et de la meilleure chanson.
Il faut dire que la musique rythme beaucoup ce Disney sous une mélodie splendide et parfois délirante comme C'est la fête.

Parmi les personnages secondaires, on retrouvera notament Lumière, une lampe française et chanteuse à ses heures, Big Ben aristocrate, changé en horloge en rapport avec sa minutie et son sens de l'ordre, ou Madame Nova et son petit Zip qui sont une théière et une tasse.

Mais c'est aussi pour l'histoire qu'on est là et elle est particulièrement passionante et superbe. Belle va alors se prendre d'affection pour cette Bête, qui va elle aussi changer.
Par moment, on pourrait penser à Hulk surtout pendant l'attaque des loups, n'hésitant pas à prendre la défense de la Belle.
On relatera aussi cette splendide scène de bal montrant l'alchimie entre 2 personnes, certes différentes, mais qui vont s'aimer malgré leurs différences.

La jalousie est montrée par Gaston,homme certes beau, mais affreux à l'intérieur. Ainsi, on n'est pas étonné que ce soit le nemesis de la Bête.
Maintenant un petit mot sur le doublage. Le doublage français est souvent catastrophique dans les récents Disney (La planète au trésor notament) à cause de la présence de stars au micro.

Bien que La Petite sirène ait Mireille Darc au micro, ici aucunes star. Ce qui n'est pas plus mal et donne un doublage de qualité.
A noter que le film aura une suite direct to DVD plutôt inutile, étant donné qu'on nous remet une nouvelle fois le séjour de la Belle. Enfin, un de mes Disney préférés et des plus réussis dans tous ses éléments.

Note: 19/20

La critique de ClashDoherty :

En 1991, les studios Disney offrent leur 39ème long-métrage d'animation, La Belle Et La Bête, adaptation d'un conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, conte datant de 1757. On se souvient évidemment de la magnifique adaptation de Jean Cocteau, avec Jean Marais.
Cette deuxième adaptation la plus connue n'est pas aussi immense, mais en même temps, comparer un film avec acteurs et un film d'animation est inutile.
Visuellement parlant, ce dessin animé signé Gary Trousdale et Kirk Wise est magnifique, un régal poétique venant tout juste (il y à un ou deux mois) de sortir en DVD.
A noter que, si on veut quand même comparer avec le film de Cocteau, le look de la Bête est directement inspiré de celui du film. En tout cas, belle ressemblance !

Magnifique adaptation, avec pas mal d'humour (les objets animés, comme la chandelier Lumière, ou l'horloge Big Ben, et Mme Samovar) et, surtout, de romance.
Mais Beauty And The Beast évite les écueils nian-nian de La Petite Sirène ou de Cendrillon, et s'impose vraiment comme un des plus beaux dessins animés de Disney depuis les années 80.
Pas aussi immense que les classiques des années 40-50-60, mais du niveau d'oeuvres comme Aladdin ou Le Roi Lion, ce qui n'est pas rien.
Les dessins sont magnifiques, les chansons (chanson-titre : Charles Aznavour et Liane Foly, puis Patrick Fiori et Julie Zenatti dans la deuxième version française, car, ô blasphème, la VF a été refaite !) sont sympathiques...

En résumé, un excellent cru des studios Disney, qui n'atteint pas la maestria du suivant (Aladdin), mais est largement meilleur que les précédents (La Petite Sirène, Oliver Et Cie, Bernard Et Bianca Au Pays Des Kangourous, La Bande A Picsou, Le Film : Le Trésor De La Lampe Perdue). A voir !      

Note : 16/20

IMG000043


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines