Magazine Musique

Matt Elliott, The Kursk: parce que 2007 prend l'eau et que le temps noie tout

Publié le 31 décembre 2007 par Croytaque

C'est toujours ainsi quand ça prend l'eau, que c'est bientôt fini, qu'on se réveille toujours trop tard et puis c'est autre chose.

Pas seulement sur le Koursk, victime de réflexes pavloviens et soviétiques. Des choses paraboliques que tout ça, le marin, l'eau qui monte et éteint la lumère, coupe tout courant et toute sève;  le sous-marin, le monde obscur et du silence où il évolue, qui exige maints tâtons et errances; l'annonce, ces choses invincibles et insubmersibles, ces petites éternités gagnées sur la grande fugacité.

Cela donne un sublime clipet de Sandrine Romet-Lemonne (le marin: Alain Sallet, la mariée: Charlotte Gault, la danseuse: Laura Brégeon). Economie de moyens et d'effets spéciaux, juste ce qu'il faut dans un exigu plan fixe om l'eau est d'abord le seul mouvement; où d'une nuée blanche naît une danseuses; où le corps mort du marin finit par être le seul à danser encore un peu dans l'eau. Musique sobre et sublime de Matt Elliott, longue et lente montée en puissance entrechoquée de sursauts de douleurs qui devraient réveiller, ces choeurs et ces simples paroles:

    It's cold I'm afraid
It's been like this for a day
The water is rising & slowly we're dying
We won't see light again
We won't see our wives again


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Croytaque 22 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine