Magazine Cuisine

Le velouté de cerfeuil tubéreux aux éclats de truffe, parce que Dieu existe (enfin, qu'ils disent)

Par Estebe

Bonjour, bonjour, bonjour (oui, trois fois)

DSC03811.JPG

Vous a-t-on déjà susurré à l'oreille l'amour quasi mystique que l'on nourrit pour cette petite racine qu'est le cerfeuil tubéreux? Voilà un machin génial. Avec un look certes un rien décourageant, évoquant pêle-mêle la crotte de vieux bouc, le suppo médiéval ou la burne de nain malade. Mais doté par la Nature d'un croquant merveilleux et d'une saveur rafraîchissante autant que subtile, quelque part entre la pomme reinette, la châtaigne et l'artichaut. Ou l'inverse.
D'aucuns voient même dans le cerfeuil tubéreux la seule et unique preuve de l'existence de Dieu. Il s'agit là de spéculations théologico-maraichères, dans lesquelles on évitera lâchement de glisser un orteil. Tout en rappelant que, si Dieu existait, le cerfeuil tubéreux serait un brin moins cher sur le marché. Et paf!

DSC03807.JPG
DSC03808.JPG


Bon, voilà un velouté de cerfeuil tubéreux aux éclats de truffe qui, soit dit en passant, devrait faire l'effet d'une bombe voluptueuse en entrée le soir de Noël. Lequel approche, paraît-il. On sent déjà l'haleine du renne aviné qui volette dans l'air du soir.

DSC03812.JPG
Comptez deux racines par personne. Epluchez, nettoyez à l'eau claire et courante, coupez en morceaux, couvrez de lait dans une casserole et laissez glouglouter quinze-vingt minutes le temps que le tubéreux s'attendrisse.
Mixez.

Puis montez
votre velouté avec du lait et de la crème fraîche jusqu'à l'obtention d'une fluidité crémeuse émoustillante. Assaisonnez vaillamment. Puis versez dans de petits verres design (ou verrines selon le jargon contemporain), avant de mélanger avec les éclats de truffe en bocal; truffe qui parfois n'a rien perdu du sien, d'éclat.
Ajoutez
un tour de moulin à poivre rose pour faire genre.
Et débouchez-moi l'extrémité liégeuse d'un vin racé et croquant avec des bulles dedans. Pas forcément du champ', non. Pourquoi pas l'exaltant crémant du Jura de Fanfan Ganevat à Rotalier? Hein?
L'est trop bon ce vin-là. Rien que d'y taper son blaze sur le clavier, on en a la papille qui twiste de joie.

A plouche

PS1: Oui, tu peux remplacer la truffe en bocal par de la truffe noire fraîche. Même que c'est peut-être atchement mieux.

PS2. Mais que fait ce nounours punk derrière le velouté? Ben, il le convoite. Il adore la truffe, le nounours punk.

DSC03818.JPG

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Estebe 821 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines