Magazine Culture

Anthologie permanente : Jérôme Thélot

Par Florence Trocmé

nous  par le monde 
comme sombrent nuages ou feuilles  les brefs 
par la boue sans fin de froids de fleuves  nous  
 
« sentons et savons d’expérience  
que nous sommes éternels » 
 
naissant non pas du monde  où 
les vents vont qui 
hurlent en nous seuls  puisque nous 
sommes 
 
de nul ailleurs les feux frêles dans qui 
sa rosace est réelle 
 
 
 
 
 
or  frayé l’air donne 
de vivre 
 
à même le froid  dans 
l’inouïe splendeur du monde  
 
à même le  vif 
où rire de pente en rêve  brille 
 
absolument 
givre 
 
et rend  au monde l’effroi  
la volte  or  
 
surabonde 
ce jour 
 
 
 
 
 
ils vont  qui sait 
s’ils meurent 
 
où leur cœur  trahi 
naît comme naît de peur 
la bête perdue qu’on tue  qui sait 
 
si cette neige le monde 
les couvre  les 
couvrira jamais 
de son ardoise  de son 
inapaisable ciel 
 
ils vont  on dirait des Dieux 
ils vont comme  n’étant pas 
 
n’étant pas même  
du ciel 
 
 
 
 
 
là-bas 
vers  la carlingue 
du froid 
 
on entend  qui crient 
les enfants 
dont plus d’un pleure  trouer 
la paroi d’air 
 
ils ont rivière au dos  pierre 
à l’aile 
 
et soudain se taisent  
 
jouent  le ciel aux doigts  
à retrouver les mondes 
dans les grands cercles d’eau 
 
 
Jérôme Thélot, pas même du ciel, collection « Cendrier du voyage », éditions Fissile, 2010, pp. 41 à 44 
 
par Alain Paire 
 
Bio-bibliographie de Jérôme Thélot (par Alain Paire) 
 
S’abonner à Poezibao
 
Une de Poezibao 
 
Index de Poezibao 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18650 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines