Magazine Culture

Livre : Gustave Flaubert, un vieux garçon...

Par Vanessav

Qu'est-ce que j'ai lu de FLAUBERT? Les livres imposés par le collège et le lycée bien-sûr, ceux que je devais résumer ou décortiquer, dont je devais reconnaitre le style. Autant dire que cela n'était pas une approche que j'aimais de la littérature (même si, au demeurant, cela apporte une finesse que j'aimerais exploiter à l'heure actuelle dans certaines lectures). Cette collection, "à 20 ans: l'aventure de leur jeunesse" des éditions Au Diable Vauvert, apporte une fraîcheur sur cette littérature un peu "poussiéreuse".
Gustave Flaubert, un vieux garçon... A 20 ans: l'aventure de leur jeunesseJe n'y ai pas lu de fiches de lectures pour les livres: "L'éducation sentimentale" "Madame Bovary", "Salammbô" ou "Trois contes" (ceux que j'ai lu de lui). Non... ou plutôt si, des filigranes psychologiques amenant à l'acte d'écriture dédits livres. Mais le plus important, la vraie gageure et oh combien réussie, est de nous proposer l'écrivain dans sa fougue d'avant l'écriture, d'avant cet aboutissement artistique. Les 20 ans, la jeunesse et cet état où l'art peut encore être un passe-temps, une passion et ne se veut pas forcément présenté, accessible au public.
Il s'agit là d'une biographie vivante. Elle donne des points clefs de la vie de l'artiste sur ses débuts, les réseaux et les ambitions (ou manque) et propose vraiment une immersion savoureuse, apte à accrocher le jeune lectorat, le lectorat intrigué et le plus ardu. Les informations se veulent très pointues sans qu'elles ne paraissent être listées. Et ce passage entre l'enfant parmi les autres et ce qu'il devient offre de multiples envies de lectures.
Alors ce Flaubert? Il est l'homme un peu trop gros, un peu amorphe et un peu cloitré chez lui à écrire. Et il est tout autre. Jeune, c'est un homme athlétique, charmant et beau, plein d'humour à l'indépendance d'esprit très prononcée.
Gustave est doté d'une intelligence fine, indépendante, mise au service de l'humour, d'une certaine impertinence ou rébellion : l'invention du personnage collectif, "le Garçon", mais dont le cerveau est bien lui, dénonce les idées reçues et les assimilations intellectuelles simples; mais aussi cette prise de parole pour le groupe des élèves contre un professeur de philosophie.
C'est aussi un homme d'intensité. Il souhaite une intensité en amitié et en amour. Dans le premier cas, il sera servi et connaitra des rapports exclusifs avec ses amis, dont Maxime DUCAMP. Ces relations le porteront mais aussi le condamneront à une certaine forme de dépendance. La place des hommes est importante, son père lui apporte l'envie d'aller jusqu'au bout mais aussi son penchant pour le macabre et le pessimisme, son professeur d'histoire l'envie d'écrire et d'être reconnu, les amis offrent la protection et l'émulation. En amour, c'est plutôt la douche froide: une envie, un désir, une attente pleine d'émerveillement qui ne sera qu'un passage à l'acte insatisfaisant, lassant. Les femmes semblent destinées à montrer leur petitesse, il en reste repus mais plus encore écœuré jusqu'à la fin de sa vie. Son sens de l'aventure n'apparait pas tant dans ses voyages réels, dont nous avons le contexte des "Voyages aux Pyrénées et en Corse" dans ce livre, que dans son admiration d'un banditisme d'honneur, d'une manière d'être au monde (relayée dans ses écrits de jeunesse, sorte de Mousquetaires ou Don Quichotte) ainsi qu'une admiration pour les paysages.
Et nous suivons surtout ce jeune homme dans sa vocation d'écrivain. Il a toujours écrit. Ses œuvres de jeunesse sont nombreuses, il s'est beaucoup inspiré de ses lectures (RABELAIS, SADE, SPINOZA, MONTAIGNE, Edgar QUINET, Victor HUGO, CERVANTES). Puis de cet acte d'écrire pour tout de suite être lu, comme dans sa revue fondée à 13 ans "Art et Progrès", il s'échine à une écriture plus lente pour contrecarrer la facilité où sa méthode de travail transparait (beaucoup de documentations, de lectures sur tous les sujets et une force de travail impressionnante). D'une envie d'écrire du théâtre pour la gloire, il écrit plus tard pour l'art.
Gustave Flaubert apparait multiple mais bien plus encore Louis-Paul ASTRAUD nous montre en quoi il était le Flaubert connu et son anti-Flaubert, enthousiaste et drôle ou abattu, isolé et triste, une sorte d'attaque d'apoplexie miniature et deux drames finiront de construire le Flaubert écrivain connu des générations suivantes.
N'hésitez pas à lire plus en détails sur la collection: Lily et Sistoeurs et sur Flaubert en particulier ici et .


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vanessav 1193 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines