Magazine Culture

Porte-à-faux

Par Mayday

Elle ne t'aime pas, toi. Elle aime tes catachrèses. Tu es son chantre, voila tout ce que tu es. Elle aime la verve du fleuve dans son lit. Sois un fleuve pour qu'elle t'aime! Elle aime la copulation du tonnerre avec l'inflexion de tes rimes. La moindre lettre de l'alphabet que tu écris fait juter ses lèvres. Sois une lettre de l'alphabet pour qu'elle t'aime! Elle aime voir transcender la chose, la voir se transformer en lumière, voir la lumière se transformer en impulsion et l'impulsion en émoi...
Elle aime la tumescence de sa poitrine quand elle apprend que l'amour te fait ahaner, qu'il fait sourdre son stupre hardi hors de ton corps et des murs de ta chambre, qu'il déferle impétueusement hors des fenêtres et que c'est en saignant sous le tranchant grisant de son insatiable concupiscence que tu ressuscites.
Sois un séraphin, non pas pour l'illuminer de ta pléthore allégorique quand tu te penches vers elle, mais pour qu'elle te fasse choir. Puisse-t-elle alors sévir contre son inassouvissable féminité et la nasse de ton verbe. Et peut-être t'aimera-t-elle dès lors que tu deviens un autre... Tu te complairas, imminemment, à la contempler, au loin, onduler pour toi, dans le clair-obscur, tout en haut de sa tour, en peinant à discerner l'altération de ton âme d'avec la pépie que gagne ton corps.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mayday 134 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines