Magazine Sport

Jurassique smash

Publié le 17 janvier 2008 par Philostrate
   Il y a 195 millions d'années, le Steneosaurus régnait sur les océans du Jurassique.  Avec ses six mètres et sa dentition à la Julia Roberts, cet ancêtre du crocodile était du genre coriace. Pas assez néanmoins pour résister à la malheureuse chute de météorite, qui devait avoir la peau de tous ses contemporains cuirassés. Quoique… À voir gambader Fabrice Santoro sur les terrains de tennis à trente-cinq ans passés, on est en droit de se poser des questions. "Battling Fab", souvent qualifié de "crocodile" pour son aptitude à faire durer les matches sur terre battue au-delà du raisonnable, n'aurait-il pas hérité des gènes du lointain saurien ?
   On a vu plus glamour comme arbre généalogique, mais côté longévité rien à redire. Or, ce qui caractérise justement Santoro l'immarcescible c'est son don d'étirer le temps pour avoir ses adversaire à l'usure. Souvenez-vous en mai 2004 à Roland-Garros. Six heures et trente-cinq minutes de match pour étouffer Arnaud Clément dans l'ocre de la porte d'Auteuil. Record à battre. Pour le panache et les coups de génie on repassera, mais pour les tripes et l'endurance, chapeau l'ancêtre ! Le voir battre le record du nombre de participations en tournois du grand chelem (62), jusque-là détenu par André Agassi, n'a donc rien de surprenant.
   Mais la comparaison entre le "Kid de Las Vegas" et notre Hérode tricolore s'arrête là. Quitte à parler chiffres, autant être exhaustif. Agassi a pris part à 61 tournois du grand chelem, y a disputé 253 matches pour 206 victoires. Santoro en a certes disputé 62, mais pour seulement 120 matches joués et 59 remportés. Sortez vos calculettes. À raison de 0,951 victoires par participation à l'un des quatre tournois majeurs du calendrier, le Français devrait encore enquiller plus de 38 saisons pour espérer ne serait-ce qu'égaler le nombre de matches gagnés par l'Américain. Et on vous fait grâce des quatorze finales et huit victoires remportées par Monsieur Graf ! Santoro n'a donc pas fini de jouer…Cela devrait l'emmener jusqu'à  73 ans au bas mot.  Un truc de fou, à laisser ses os dans la terre battue et finir fossiliser dans le carré de service. Notez, ce serait les paléontologues des siècles futurs qui seraient content. Trouver entier un squelette de Steneosaurus Santorus datant du XXIe siècle après J-C, c'est une découverte à vous ouvrir d'un coup les portes de l'Académie des Sciences et du Tenniseum…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philostrate 187 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte