Magazine Cinéma

Alain Delon s'est perdu...

Par Tred @limpossibleblog
Alain Delon s'est perdu...Il y a quelques jours, je lisais une interview d’Alain Delon dans Le Journal du Dimanche à l’occasion de la sortie en salle de la version restaurée du Guépard. Bien sûr l’acteur y parlait essentiellement du film de Luchino Visconti, du tournage, de Claudia Cardinale… mais en fin d’interview, la conversation en est arrivée à la carrière actuelle de Delon, ou plutôt sa non-carrière. Sur le fait que Delon dise la plupart du temps « non » aux propositions cinématographiques qui lui sont faites. Sur ce point, le comédien prétend ne recevoir que de mauvais scénarios et préférer ne pas faire les films de trop, laissant au public l’image qu’il peut avoir de lui par ses films passés.
Hum… c’est à se demander si Delon s’entend parler, ou bien s’il a jeté un coup d’œil sur sa filmographie ces dernières années. S’il a bien lu les projets qu’on lui a proposés et qu’il a refusés, et ceux qu’il a acceptés. D’après ses dires, Delon n’aurait donc accepté que la crème de la crème, préférant délaisser ce qui sent mauvais ? Je voue une grande admiration à l’acteur qu’a été Alain Delon, ses collaborations avec Visconti ou Melville, mais là, j’ai bien peur que Delon débloque. Rappel des faits : ces cinq dernières années Alain Delon n’a accepté de jouer que dans un seul long-métrage, et un téléfilm. Le premier était l’inénarrable Astérix aux Jeux Olympiques, dans lequel Delon s’autoparodiait avec lourdeur en Jules César. Le second, une production TF1 dont la tête d’affiche était… la chanteuse Lorie.
Voilà donc ce que Delon a estimé être à la hauteur de son patrimoine cinématographique. Voilà ce qu’il estime être digne de celui qu’il a été, cet acteur charismatique qui incarnait à la fois la séduction, le mystère et l’audace. Celui dont la silhouette a hanté avec magnétisme Le Samouraï de Melville, celui dont le regard bleu perçant naviguait entre charme et dangerosité dans Plein Soleil de Clément. Alain Delon a été ce grand acteur qu’il clame sans cesse être à qui veut bien l’entendre. Oui, même si son comportement peut désoler, il a été ce grand acteur. Il a électrisé l’écran dans Rocco et ses frères, Les aventuriers, Le cercle rouge et Monsieur Klein.
Alain Delon s'est perdu...Mais Alain Delon a perdu le fil de son talent. Il s’est perdu. Il refuse ce qu’il ne devrait pas refuser et embrasse des projets qui ne font que l’enfoncer dans la ringardise. Il a laissé passé l’occasion d’interpréter le mentor de Mesrine face à Vincent Cassel, dit non à Johnnie To pour Vengeance et son rôle de père vengeur (rôle échouant à un Johnny Hallyday à côté de la plaque), et plus récemment planté Olivier Marchal et Alexandre Astier, balançant à ce dernier qu’il valait mieux qu’il choisisse entre faire l’acteur et le réalisateur sur le projet qu’il lui amenait sur un plateau d’argent, comme si le scénariste, producteur, réalisateur et interprète de Kaamelott n’avait pas déjà montré qu’il savait assurer en assumant plusieurs casquettes.
Alain Delon a eu le nez à une époque pour se faire une place dans ce que le cinéma français, et européen, offrait de meilleur. Il a eu le talent pour s’imposer comme l’un des acteurs les plus importants de sa génération. Mais Delon a mal vieilli. Il a perdu le nez et le talent. Un jour peut-être, il prendra un malin plaisir à me contredire. Et la vérité, c’est que je ne demande que ça.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tred 1557 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines