Magazine Culture

The Rolling Stones #1-The Rolling Stones-1964

Publié le 28 décembre 2010 par Numfar
The Rolling Stones #1-The Rolling Stones-1964

The Rolling Stones #1 :

Mick Jagger : chant

Keith Richards : guitare

Brian Jones : guitare

Bill Wyman : basse

Charlie Watts : batterie

1960, dans un train de banlieue Londonien, Keith Richard(s) accoste Mick Jagger qui vient d’acquérir quelques albums de Muddy Waters et de Chuck Berry.

Les deux jeunes gens se connaissaient déjà, ayant partagé la même école enfantine, mais l’amour du rock’n’roll et du blues va souder leur amitié et avant peu, Jagger et Richards fondent leur premier groupe avec un ami commun, Dick Taylor (guitare et basse) : Little Boy Blue & The Blue Boys.

Ils fréquentent les clubs de blues et font la rencontre d’Alexis Korner, Brian Jones et Charlie Watts entre autres.

Début 1962, Brian Jones, ayant quitté Thunder Odin’s Big Secret, groupe de rhythm & Blues avec Paul Jones (Pond) au chant et dans lequel il avait pris le pseudonyme de Elmo Lewis, passe une petite annonce dans un magazine spécialisé, afin de former son propre groupe.

Premiers arrivés, Ian Stewart (piano) et Jeff Bradford (guitare), bientôt rejoints par un batteur du nom de Mick Avory qui rejoindra rapidement les Kinks.

Au Printemps, ils accueillent Jagger, Richards et Taylor qui sont rejoints au mois de Juin par un nouveau batteur : Tony Chapman alors que Bradford les quitte.

Le groupe prend alors le nom de “The Rolling Stones”.

Juillet 1962, premier concert au Marquee Club de Londres pour les Stones, qui perdent bientôt Dick Taylor, partit fonder un autre grand groupe de rock : The Pretty Things.

Tony Chapman quitte bientôt les Stones à son tour qui peinent à trouver un batteur officiel et invitent régulièrement leur ami Charlie Watts à venir jouer avec eux.

Chapman introduit Bill Wyman au groupe, qui devient leur bassiste en Décembre 1962.

Janvier 1963, Charlie Watts rejoint enfin officiellement les Stones, qui trouvent leur première formation solide.

En mai 1963, le groupe trouve un manager/producteur qui va véritablement façonner leur image : Andrew Loog Oldham.

Ce dernier fait signer les Rolling Stones et vire Ian Stewart pour raisons esthétiques, mais Stu restera dans l’entourage du groupe, comme road-manager et pianiste.

Andrew Loog Oldham a bien l’intention de faire des Stones les anti-Beatles et va largement réussir aux yeux du public, alors qu’en privé une profonde amitié naîtra entre les deux groupes.

Juin 1963, premier single : “Come on (Berry)-I want to be loved (Dixon)” (#21 UK), pas mal pour un groupe débutant, mais la maison de disque n’est pas satisfaite.

Les Stones préparent alors un maxi single 4 titres, mais la rencontre des Stones avec John Lennon et Paul Mccartney, un soir dans un club, va accélérer les choses.

Devant eux, en à peine 5 minutes, Lennon et Mccartney leur écrivent  “I wanna be your man”.

Le prochain single est tout trouvé et celui-ci sort en novembre 1963 : “I wanna be your man (Lennon-Mccartney)-Stoned (Nanker-Phelge)” (#12 UK).

Premier hit pour les Stones qui ne font pas une imitation Beatles en jouant le titre de façon plus “heavy”.

La face B (un instrumental) est signée Nanker-Phelge, qui est un nom-de-plume pour les cinq Stones, Ian Stewart et peut-être même Andrew Loog Oldham.

Janvier 1964 : premier EP (ou maxi 45 tours) “The Rolling Stones”  avec :

Bye Bye Johnny (Berry)

Money (Gordy-Bradford)

You better move on (Alexander)

Poison Ivy (Leiber-Stoller)

Un maxi single qui n’a que modérément marché. certains sites le classent comme ayant atteint la première place des hit parades anglais, ce qui me semble complètement faux.

Février 1964, nouveau single et surtout deuxième grand hit qui permet au Stones de s’installer définitivement dans la cour des grands : “Not fade away (Petty-Holly)/Little by little (Nanker-Phelge-Spector)” (#3 UK).

Avril 1964 : Premier album : “The Rolling Stones” (#1 UK) produit par Andrew Loog Oldham et Eric Easton.

Route 66 (Troup)

I just want to make love to you (Dixon)

Honest I do (Reed)

I need you baby (aka Mona) (Mcdaniels)

Now I’ve got a witness (Nanker-Phelge)

Little by little (Nanker-Phelge-Spector)

I’m a king bee (Moore)

Carol (Berry)

Tell me (Jagger-Richards)

Can I get a witness (Holland-Dozier-Holland)

You can make it if you try (Jarrett)

Walking the dog (Thomas)

Musiciens additionnels :

Gene Pitney : claviers

Phil Spector : percussions

Ian Stewart : claviers

Un album très roots, très rhythm & Blues et dont le succès énorme, surtout pour un album qui ne contient aucun tube, surprendra tout le monde.

Notez la première composition “Jagger-Richards”, la ballade “Tell me” qui sortira en single aux Etats-Unis (#24 US).

Mai 1964, sortie du premier album américain : “England Newest Hit Makers” (#11 US) à la pochette similaire, "Not fade away" remplaçant "I need you baby (Mona)".

Juin 1964, nouveau single : “It’s all over now (Womack-Womack)-Good times bad times (Jagger-Richards)” (#1 UK-26 US).

Méga succès pour les Stones qui décrochent leur premier numéro un, mais malgré une première tournée américaine, les USA ne semblent pas encore succomber à leurs charmes.

Août 1964, deuxième EP exceptionnel : “Five By Five”.

If you need me (Pickett-Bateman-Sanders)

Empty heart (Jagger-Richards)

2120 South Michigan Avenue (Nanker-Phelge)

confessin’ the blues (Brown-Mcshann)

Around and around (Berry)

© Pascal Schlaefli

Urba City

Décembre 2010


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Numfar 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte