Magazine Culture

Que vive la Guadeloupe paisible et prospère ! Sursum Corda !

Publié le 28 décembre 2010 par Halleyjc

Au coeur de la Ville, la CCI de Basse-Terre qui va bientôt passer le relais.

J’ai retrouvé dans mes archives ce texte dit par le regretté Germain WILLIAM, secrétaire de la CCI, à l’occasion de l’inauguration d’un salon qui porte son nom. Germain s’adressait à Gérard PENCHARD son complice de toujours et à tous ses amis venus le complimenter.

Pour la petit histoire j’ai conservé la graphie en “courrier 12″ en souvenir de la charmante secrétaire qui tappait les fameux discours de Germain. 

je souhaite que le souvenir de la CCI de Basse-Terre demeure vivace dans le coeur de tous les Basse-Terriens.

SURSUM CORDA disait Germain !

Et que la Guadeloupe vive paisible et prospère pendant ces prochaines années. 

  

MONSIEUR LE PRÉSIDENT,

MESDAMES, MESSIEURS,

 MERCI CHER PRÉSIDENT ET AMI, ET MERCI À VOUS MEMBRES ÉLUS ET PERSONNEL ADMINISTRATIF.

MERCI POUR TOUT CE QUE VOUS ME PROCUREZ D’EMOTION DE JOIES, DE FIERTE ET QUI FONT QU’AUJOURD’HUI COMPTERA PARMI LES MOMENTS LES PLUS EXALTANTS DE MA VIE.

MESDAMES, MESSIEURS, JE VOUS DIRAI,SUR LE TON DE
LA CONFIDENCE QU’IL M’EST VENU DES LARMES AUX YEUX EN PARCOURANT
LA LETTRE DU PRESIDENT PENCHARD M’INFORMANT DE L’UNANIME DECISION DE L’ASSEMBLEE CONSULAIRE D’APPELER,”SALON GERMAIN WILLIAM”,
LA STRUCTURE DE PRESTIGE REALISEE, PAR LA COMPAGNIE,DANS LES MURS QU’OCCUPAIT LE LABORATOIRE DE LANGUES.

DANS LE CALME DE MA RETRAITE JE ME SUIS, MAINTES FOIS,LAISSE ALLER AU RECUEILLEMENT ET À LA MEDITATION.J’EN AI TIRE, NOTAMMENT.,
LA CONFIRMATION QU’IL N’Y A RIEN DE GÉNEREUX ET DE FECOND QUE DE L’UNION. L’UNION DES COEURS, DES ESPRITS, DES COMPÉTENCES ; L’UNION QUI FAIT LA FORCE.

Vous COMPRENDREZ QUE JE VOUS UNISSE TOUS AVEC MOI DANS L’HONNEUR, COMME VOUS LE FÛTES TOUJOURS DANS L’ACTION, SOUVENT DANS LA PEINE, AU SERVICE DE NOTRE COMPAGNIE.

CELA ETANT, VOUS VOUDREZ ME PERMETTRE UNE BREVE INCURSION DANS LE PASSÉ. IL NOUS EST RÉVÉLÉ.QUE LES MOUVEMENTS DE LA POLITIQUE, DES LETTRES, ET DE
LA FINANCE QUI MARQUÈRENT LE MONDE DE L’ÉPOQUE, NAQUIRENT ET PARTIRENT DES SALONS. . “LE SALON DE JULIE TALMA ÉTAIT LE CENTRE NATUREL DE L’EUROPE PENSANTE” A DIT MICHELET, C’EST DE CE SALON QUE BONAPARTE DIRIGEA SON COUP D’ETAT DU 18 BRUMAIRE.
EN 1789, LE 1ER SALON DE PARIS SE TENAIT CHEZ UNE FEMME SANS NAISSANCE, MAIS DONT LE NOM ETAIT DEJA CELEBRE, MADAME NECKER,
LA FEMME DU BANQUIER GENEVOIS DEVENU MINISTRE. .
MAIS C’EST AVEC L’HÔTEL DE RAMBOUILLET QUE COMMENCE VERITABLEMENT, EN FRANCE, L’HISTOIRE DES SALONS. ILS VONT, COMME NOUS L’AVONS DIT, JOUER UN RÔLE TRÈS IMPORTANT DANS LES LETTRES,
LA POLITIQUE ET LA FINANCE.

PLUS PRÈS DE NOUS, DANS DES SITES REMARQUABLES PAR LEUR SITUATION STRATÉGIQUE, LES CARAÏBES PRATIQUAIENT
LA CHOSE EN SE RÉUNISSANT, DANS LE CARBET CENTRAL, POUR LES PALABRES INDISPENSABLES AVANT TOUTE EXPÉDITION GUERRIÈRE OU TOUT AUTRE ÉLÉMENT IMPORTANT DE
LA VIE DU GROUPE, EN VUE D’ADOPTER LA CONDUITE À TENIR.
ET À L’INSTAR DES ROMAINS ET DES GRECS QUI NE CRAIGNAIENT PAS L’INCLÈMENCE DU TEMPS ET QUI MÉDITAIENT EN PLEIN JOUR SUR L’AGORA ET LE FORUM, LES ESCLAVES QUI, COUPÉS DE
LA LOINTAINE AFRIQUE, SE RETROUVAIENT SOUS LE COURBARIL GÉANT, AUX CONCERTS GROS—CA, POUR CHANTER LEUR DOULEUR ET PLEURER LEUR ESPERANCE, TENAIENT SALONS. PAR
LA VOIE DU TAMBOUR RELAYE À TRAVERS L’ESPACE DES DERACINES AFRICAINS-ASSURAIENT
LA DIFFUSION DES NOUVELLES, EN GUADELOUPE, DEPUIS LE 17ÈME SIÈCLE,

A L’EPOQUE, “AVOIR UN SALON N’ETAIT PAS CHOSE FACILE PARCE QUE LES CONDITIONS REQUISES POUR ARRIVER À CE POUVOIR REDOUTE SE TROUVAIENT RAREMENT REUNIE.
LA PREMIERE DE TOUTE ETAIT DANS L’ESPRIT ET LE CARACTERE DE
LA FEMME CHARGEE DE FAIRE LES HONNEURS DE CE SALON. IL FALLAIT QUE, SANS ÊTRE VIEILLE, CETTE FEMME EUT PASSE L’ÂGE OU L’ON NE PARLE À UNE JOLIE PERSONNE QUE DE SA BEAUTE ET DE SA PARURE.
LA SECONDE CONDITION D’UN SALON ÉTAIT UN MAÎTRE DE MAISON POLI, NUL OU ABSENT.
LA TROISIEME ETAIT DE SE MONTRER DIFFICILE SUR LE CHOIX DES PERSONNES ADMISES.
“IL FALLAIT A
LA MAÎTRESSE DE MAISON UN GOÛT DECIDE POUR
LA SUPERIORITÉ EN TOUT. GENRE ET L’ABSENCE TOTALE DES PETITS SENTIMENTS ENVIEUX QUI EMPÊCHENT SOUVENT DE RECEVOIR LA FEMME À
LA MODE OU L’AUTEUR À SUCCÈS. IL FALLAIT SAVOIR METTRE LES ENNEMIS EN PRÉSENCE, LES TALENTS EN VALEUR, LES ENNUYEUX À LA PORTE ; TOUTE CHOSE QUI DEMANDE DE L’ADRESSE ET DU COURAGE. IL FALLAIT, DE PLUS, S’IMPOSER
LA RÉCLUSION D’UN DIEU DANS SON TEMPLE, TOUJOURS PRESENT POUR RECEVOIR LES FIDELES. IL FALLAIT SURTOUT SAVOIR S’OUBLIER À PROPOS, POUR FAIRE BRILLER LES AUTRES.”

ON COMPREND QU’ELLES N’ONT PAS ÉTÉ NOMBREUSES LES PERSONNES À POSSÉDER CE RARE ASSEMBLAGE DE QUALITÉ. QUOI—QU’IL EN SOIT, OUTRE
LA VIE DE LA NATION QUI ÉTAIT RÉGLÉE SOUS TOUS LES ANGLES, ON SE DÉTRUISAIT À COUPS DE BONS MOTS ET D’ÉPIGRAMMES. LE SUT À SES DÉPENS, MONSIEUR D’ALTENHEIM DONT SON BEAU—PÈRE, LE DUC DE SOUMET, DISAIT : C’EST UN HOMME DE MÉRITE ; IL SE TAIT EN SEPT LANGUES”.

JE NE SAURAIS, PAR AILLEURS, PASSER SOUS SILENCE CETTE ANECDOTE OU SALLENTIN NOUS ASSURE QUE “LUCULLUS LE PLUS FASTUEUX DES ROMAINS, AVAIT PLUSIEURS SALONS À CHACUN DESQUELS IL DONNA LE NOM D’UNE DIVINITÉ, ET CE NOM ÉTAIT POUR SON MAÎTRE D’HÔTEL LE SIGNAL DE
LA DÉPENSE QU’IL VOULAIT FAIRE POUR RÉGALER SES HÔTES” ; NI OUBLIER DE SIGNALER QUE LE SALON DU PALAIS ROYAL, REPUTE POUR “
LA HAUTE QUALITE DE SES HÔTES ET
LA PROFONDE CANAILLERIE DE LEURS MOEURS, AVAIT. PARMI SES ASSIDUS, LE CÉLÈBRE CHEVALIER DE SAINT-GEORGES

UN AUTRE GUADELOUPEEN, CAMPENON, FREQUENTAIT LE SALON DE MME ANCELOT, “SUCCURSALE OU PORTE D’ENTREE DE L’ACADEMIE FRANÇAISE”

RENDEZ—VOUS PRIVILÉGIE D’UN PETIT NOMBRE, NE REPONDANT PAS AUX EXIGENCES DE L’EPOQUE, LE SALON ETAIT EN 1790 DETRONE PAR LE CLUB.

MONSIEUR LE PRESIDENT,CE SALON EST ADAPTE A
LA DESTINATION QUE VOUS LUI VOULEZ. IL Y REPONDRA EN ABRITANT, DANS LE CALME ET LA DIGNITE, DES GENERATIONS D’HOMMES ET DE FEMMES DE SAVOIR ET DE BONNE VOLONTE ENTREPRENEURS D’ACTIONS DE VIE AU BENEFICE DU DEPARTEMENT, VOIRE DE SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT.

IL EST À ESPERER QUE LE CARACTERE DE CE LIEU ET DE CE QUI S’Y DEBATTRA N’AMèNE PAS À DIRE AVEC DELILLE

“DANS UN COIN DU SALON VOYEZ CES DEUX PARLEURS
QUI N’ÉCOUTENT JAMAIS DE DISÇOURS QUE LES LEURS”.

MESDAMES, MESSIEURS, JE FORME DES VOEUX ARDENTS POUR
LA PERENNITE DE CE SALON.

QUE TOUT CE QUI S’Y CONCOIVE SOIT COURONNÉ DE SUCCÈS !

ET QUE VIVE
LA CCI DE. BASSE-TERRE DANS UNE GUADELOUPE PAISIBLE ET PROSPÈRE

SURSUM CORDA.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Halleyjc 1348 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines