Magazine Afrique

Les biens de l’ex-Camair mis aux enchères à huis clos

Publié le 30 décembre 2010 par 237online @237online

Écrit par Mutations   

Jeudi, 30 Décembre 2010 13:17

’èàéééèéééààééèééé
Un aéronef Hs 747, des voitures, 14 véhicules usagés, de nombreuses pièces détachées pour voitures, d'outils divers et du matériel issu des cabines d'avions, disponibles.
Il n'y avait pas foule à la direction technique de l'ex-Camair sise à la Base aérienne de Douala hier, mercredi 29 décembre 2010. Et pour cause, la nouvelle de la vente aux enchères des biens de la défunte Cameroon Airlines (Camair), qui s'y déroulait, n'était visiblement pas parvenue aux oreilles de potentiels acquéreurs. C'est tout au moins ce que croit savoir Grégoire N., un mécanicien de Nkongsamba qui a fait le déplacement de Douala pour acquérir moteurs et pièces détachées diverses. «C'est mon neveu, un militaire en service ici à la base aérienne, qui m'a annoncé cette nouvelle», informe-t-il.

Trois autres candidats aux acquisitions disent avoir également été prévenus par des amis cadres à la compagnie aérienne nationale. Un seul des potentiels acheteurs interrogés sur ce site de vente aux enchères déclare avoir appris la nouvelle par des sources officielles : le quotidien gouvernemental bilingue «Cameroon Tribune» en son édition du lundi 28 décembre dernier. Le communiqué annonçant cette vente aux enchères a pourtant été signé depuis le 22 décembre dernier. Emile Bekolo, le liquidateur de la défunte Camair y fait savoir qu'elles auront lieu du 29 au 31 décembre 2010.
Méthodologie
De l'aveu même de l'un des responsables de la vente à la base aérienne de Douala, au quartier Bonapriso, ledit communiqué paru dans les colonnes du quotidien gouvernemental bilingue serait tardif. C'est pourquoi, explique-t-il, «Nous comptons faire d'autres communiqués par voie de presse pour ramener le maximum de monde». Toutefois, aucune prorogation du délai de surenchère, fixé au 31 décembre prochain, n'est à l'ordre du jour. Sur les différents sites d'expositions des biens mis aux enchères, le reporter de Mutations a rencontré à peine une dizaine de potentiels enchérisseurs.

Parmi les éléments mis en vente, un objet suscite beaucoup de curiosité chez les acheteurs. Il s'agit d'un avion, l'«aéronef Hs 747», dont la mise à prix est fixée à 2 millions de Fcfa. L'autre engin qui suscite d'énormes convoitises, c'est la Peugeot 607 dont la mise à prix a été arrêtée à 10 millions de Fcfa. Font également partie de la vente, une Toyota Camry (4 millions), 1 bus Hundai (8 millions), une Peugeot 206 (500 000 Fcfa), 6 Peugeot Partner, un camion semi remorque, une Toyota Pajero, 14 véhicules usagés et de nombreuses pièces détachées automobiles ainsi que des outils divers et du matériel issu des cabines d'avions.

Il faut noter qu'hier encore, les agents de la direction technique de l'ex-Camair en étaient encore à fixer les mises à prix de la majorité du matériel à vendre. Lesdits agents font savoir que les véhicules mis en vente ont moins de 5 ans d'âge. Quant à la méthodologie de ces ventes aux enchères, les huissiers de justice commis à cet effet indiquent que les offres se feront sous pli fermé. Et après dépouillement de celles-ci, «les 3 meilleures seront retenues et les noms de leurs auteurs affichés à la Camair», apprend-on. Les ventes se font également à Yaoundé, Ngaoundéré et Garoua.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


237online 2277 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines