Magazine Cinéma

Deux expositions (John Cage et Jean-Luc Parent) au cipM, à Marseille

Par Florence Trocmé

Cage • « AN OPEN CAGE »
Un évènement autour de John Cage
A partir du 26 janvier 2008 jusqu'au 29 février 2008
Sur une proposition d'Alphabetville,  en partenariat avec :  cipM, M.O.D, Grim, G.M.E.M, F.I.D Marseille, R.I.A.M, Grenouille-Euphonia, EOEP
Alphabetville avec le cipM, M.O.D,  le Grim, le G.M.E.M, le F.I.D Marseille, les R.I.A.M, Grenouille-Euphonia et l’EOEP, proposent une série de manifestations autour de John Cage.
Au programme, concerts, films, rencontres, conférences, programmes radiophoniques, atelier d’écriture,  se dérouleront dans divers lieux de Marseille.

• « Du pareil au même »
Exposition de Jean-Luc Parant
du 25 janvier 2008 au 22 mars 2008
Vernissage le vendredi 25 janvier 2007, à 18h30
Lectures de:
Jean-Luc Parant & Kristell Loquet

Kristell Loquet
Préface de « Copier n'est pas jouer »

[…] Le faussaire qui copie les œuvres de Joseph Beuys et Robert Filliou fait bien acte de résistance. Il ne profite pas d’un marché qui lui désignerait bien d’autres artistes à imiter, il se désigne lui-même comme le continuateur et le vengeur de ces artistes particuliers dont les œuvres continuent, tout comme de leur vivant, à être achetées à bas prix pour être revendues au multiple, le moment venu, à d’autres spéculateurs plus importants. Rien d’étonnant à ce que les sommes consenties par les marchands soient si peu élevées : si peu élevées qu’elles correspondent ironiquement aux valeurs de quelques faux.

Il y aurait, de la part du faussaire et à la base de son acte de résistance, un refus voire un dégoût à jouer le « jeu artistique » ou le jeu officiel tel qu’il se pratique de plus en plus aujourd’hui. Une impossibilité due à une horreur instinctive du mensonge et du faux.
Si le faussaire est lui-même artiste, on saisit bien l’ambiguïté dans laquelle il se trouve (semblable à celle du guerrier) : il participe à un marché injuste et faux tout en ayant pour idéal individuel la justice et le vrai. Tout comme un résistant pouvait et même se devait de saboter un bien commun comme une ligne de chemin de fer (par une espèce de devoir d’insoumission), un faussaire résistant aujourd’hui se doit, moralement, de saboter le système dont il est victime. N’a-t-on pas traité Jean Moulin de terroriste ? On peut alors entendre dire de l’artiste faussaire qu’il est un escroc, un bandit ou un fou.
Un artiste, ouvert à tout, troué de toutes parts à l’égard du monde qui l’entoure, est toujours en guerre mais surtout en résistance. Sa souffrance à sentir le monde exister lui dicte ce devoir d’insoumission qui le fait résister.
Si Jean-Luc Parant est bien entré en résistance, son travail d’artiste relève non seulement de cela mais encore d’un certain esprit « de conquête ». Benjamin Constant écrit (p.140, Écrits politiques, Folio Essais) : « On a remarqué souvent que les joueurs étaient les plus immoraux des hommes. C’est qu’ils risquent chaque jour tout ce qu’ils possèdent ; il n’y a pour eux nul avenir assuré ; ils vivent et s’agitent sous l’empire du hasard. »
Dans l’entreprise Parant, l’artiste ou le guerrier devient un joueur « avec cette différence que son enjeu, c’est sa vie. Mais cet enjeu ne peut être retiré. Il l’expose sans cesse et sans terme à une chance qui doit tôt ou tard être contraire. Il n’y a donc pas non plus d’avenir pour lui. Le hasard est aussi son maître aveugle et impitoyable. »
Benjamin Constant de continuer : « Or, la morale a besoin du temps. C’est là qu’elle place ses dédommagements et ses récompenses. Pour celui qui vit de minute en minute, ou de bataille en bataille, le temps n’existe pas. Les dédommagements de l’avenir deviennent chimériques. Le plaisir du moment a seul quelque certitude : et pour me servir d’une expression qui devient ici doublement convenable, chaque jouissance est autant de gagné sur l’ennemi. »

Pour Jean-Luc Parant, qui vit de jour en jour, le temps n’existe pas. Il risque chaque jour tout ce qu’il possède, l’artiste risque chaque jour tout ce qu’il est. Rien, pour lui, n’est jamais acquis ou assuré. Le hasard guide sa démarche, et son enjeu, sans cesse remis en jeu, est bien sa vie même. On comprend que l’artiste ne puisse souscrire, dans ces circonstances, à une morale ordinaire. Chaque jour qui passe est « autant de gagné sur l’ennemi », dans une lutte ou une résistance qui, loin d’être immorale, mais aussi loin d’attendre les récompenses d’une morale temporelle, rejoint une morale cette fois intemporelle et sublimée. La morale privée de l’artiste ne peut ainsi recouvrir complètement la morale sociale. […]
.../...
Extrait de '''Le Cahier du Refuge 165''' [à paraître, janvier 2008]

Jean-Luc Parant
« Copier n'est pas jouer »

« Bandit, voleur, voyou, chenapan !
C’est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l’enfant. »
Prévert

Si je fais des boules et que j’écris des textes sur les yeux c’est parce que je fais ce que l’on m’a appris et que l’on ne m’a appris qu’à copier, qu’à recopier ce qui était écrit dans les livres, ce qui était écrit dans la forme des mains, ce qui était écrit dans l’espace sans fin des yeux. Je copie, simplement parce que l’on ne m’a appris qu’à réciter les mêmes textes que tous ont appris, à mémoriser dans ma langue les mêmes mots que tous disent autour de moi, et avec ces mots j’ai écrit mes textes sur les yeux.
Nous parlons et si nous nous comprenons ce n’est pas tant que nous parlons la même langue mais c’est surtout que nous disons les mêmes choses avec les mêmes mots. Je parle la langue que l’on m’a apprise, la langue que j’ai copiée autour de moi en l’entendant. Si j’avais entendu une autre langue, je parlerais cette langue. Je copie ce que mes oreilles entendent, ce que mes mains touchent, ce que mes yeux voient. Je copie le monde qui m’entoure, tous mes sens copient le monde qui m’entoure et que je vois, touche et entend. Ma vie est une copie de la vie. Je copierai la mort des autres. J’existe parce que je ne suis qu’une copie vivante d’un monde vivant, la copie d’un corps et d’une tête ; mes mains la copie des autres mains qui me lient aux autres ; mes yeux la copie de leurs yeux où seul mon regard me différencie d’eux [1] . Je ne suis que la copie du monde, la copie de son mouvement continu, de sa lumière dans le ciel, de son obscurité sur la terre. Je ne suis que la copie de ses contours et de sa forme qui m’enveloppent.
Je fais des boules et j’écris des textes sur les yeux, mais je voudrais voir ce qui n’a jamais été vu, toucher ce qui n’a jamais été touché, parler et dire ce qui n’a jamais été dit ni entendu. Je voudrais copier ce qui n’a jamais été copié, reproduire ce qui n’a jamais été reproduit. Je voudrais représenter avec mes mains et mes yeux ce qui n’a jamais été touché et vu. Avec mes mains : le visible, avec mes yeux : le touchable.
Je fais des boules et j’écris des textes sur les yeux parce que l’on ne m’a appris qu’à répéter, qu’à répéter à l’infini, la terre que je touche et le ciel que je voir [2]. Je fais des boules parce que l’on ne m’a appris qu’à copier, et que je copie ce que toute main forme en touchant ; mais je fais des boules aussi parce que, si je n’ai appris qu’à copier, en faisant des boules je copie ce qui n’a jamais été copié, et chaque jour je recopie la boule que j’ai copiée la veille. Je fais des boules pour ne pas copier ce qui existe déjà et pouvoir sans cesse me copier moi-même. Je fais des boules mais je ne copie que ce que mes mains forment en touchant, que ce que mes mains font naître en remuant dans la terre, en tournant et retournant leurs paumes autour de la matière. Je copie mes mains. Je ne copie que ce qu’elles savent faire en bougeant leurs doigts tout autour de la terre, comme j’écris des textes sur les yeux, mais je n’écris que ce que mes yeux font naître dans l’espace et sur la page.
Je ne fais que copier, et pour ne pas copier ce qui a déjà été copié, je copie ce que mes mains forment en touchant et ce que mes yeux délimitent en voyant. Si mes mains font naître une forme en touchant, mes yeux délimitent un espace en voyant et, comme je ne fais que copier, en faisant des boules et en écrivant des textes sur les yeux je peux, en faisant encore des boules et en écrivant encore des textes sur les yeux, continuer à copier en me copiant moi-même. Copier avec mes boules mes textes, copier avec mes textes mes boules. Avec le touchable copier l’intouchable, avec la nuit copier le jour, avec le jour copier la nuit. Je suis un copieur de la terre et du soleil, un copieur du monde. Mes boules et mes textes sur les yeux sont une copie du monde, le monde derrière le visible et derrière le touchable, le monde que nous ne connaissons pas, ni avec les yeux ni avec les mains, le monde qu’un nouveau sens seulement peut saisir. Car si l’infini s’est empreint sur moi dans mes mains et dans mes yeux, il s’est aussi empreint en moi, dans mon corps et dans ma tête, dans la circulation de mon sang et de mon cerveau, rien ne le montre, personne ne le voit mais nous pouvons chacun le répéter au-dehors, le réinventer visible et touchable à la lumière de nos yeux et sous l’obscurité de nos mains.
Nous sommes chacun du même univers, notre chair et notre peau le recouvrent et le cachent mais il nous est commun. L’univers nous est commun, l’intérieur de notre corps nous est commun. Seule l’apparence nous différencie. Seuls le ciel et la terre, seuls nos yeux nous différencient. Avec l’univers et notre corps tout entier, nous ne sommes plus uniques, nous nous confondons tous ensemble. Nous sommes tous réunis dans l’infini et tous séparés sur la terre. Nous sommes multiples dans l’univers.
Si nous ne voyons pas l’extérieur de nous-mêmes, mais seulement l’extérieur des autres qui nous entourent, et que nous ne voyons pas plus l’intérieur de nous-mêmes ni l’intérieur des autres qui nous entourent, c’est pour que nous puissions rester proches des autres : par l’intérieur invisible d’eux-mêmes comme de l’extérieur invisible de nous-mêmes. Proches aussi par l’intérieur invisible de nous-mêmes comme de l’intérieur invisible d’eux-mêmes, eux dont nous ne voyons que l’extérieur et qui sont si loin de nous sur la terre, comme séparés par un espace encore plus grand que le ciel.
Nous sommes pleins de l’infini. L’infini déborde de nous, il déborde par toutes les ouvertures de notre corps et nous éloigne des autres autour de nous. Il déborde par nos yeux et nos oreilles et se déverse devant nous, derrière nous jusqu’à nous laisser seuls, aveugles et sourds. Il déborde par notre bouche et notre sexe jusqu’à nous séparer de tout, nous laissant muets et intouchables.
Nous débordons d’espace, tout se continue à partir de nous et autour de nous. Nous avons empli le monde jusqu’à l’horizon. Nous voyons parce que nous avons débordé jusqu’à inonder le vide sans fin. Le ciel existe parce que nous l’avons recouvert de nos yeux. La terre sous nos pieds n’est que le prolongement de nos jambes et de nos bras, de nos pieds et de nos mains qui la foulent et la touchent. Nous sommes immenses comme l’infini mais aussi à la fois très petits comme l’infime. Nous sommes deux, doubles, quadruples, sextuples, octuples. Nous sommes multiples [3]. Nous sommes plusieurs, nous ne sommes pas tout seuls, nous sommes des milliers, des millions. Une infinité nous contient tous.
1 Dans les yeux de chacun, il y a comme une dimension différente, comme les animaux se différencient par la dimension de leur corps.
2 Si les yeux s’ouvrent sur les images, les mains s’ouvrent sur les reliefs. Si nos mains nous cachent les images, nos yeux nous les montrent. Si nos mains nous montrent les reliefs, nos yeux nous les cachent. Nous sommes sans cesse dans la nuit et dans le jour ou dans le jour et dans la nuit, comme la terre est sans cesse dans la nuit et le jour ou dans le jour et la nuit.
3 Si toutes mes boules sont des copies de la première, et tous mes textes des copies du premier, mes boules sont aussi la copie de mes textes et mes textes la copie de mes boules

.../...
Extrait de '''Le Cahier du Refuge 165''' [à paraître, janvier 2008]


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines