Magazine Culture

Anthologie permanente : Christian Uetz

Par Florence Trocmé

ZOOME NON (extrait) 
 
Pourquoi je sonne-suis quand mot me tinte, parole ? Parce que les mots sonnants sonnaillent et quand moi qui suis parole mot me sonne, ça me tinte. Big Benn cogne carillonn. Me timbre ce qui me tinte, mais bourdon que je le suis pas, son ; bourdon me timbre quand ce qui me tinte je le sonne pas, et quand tinte-tonne non moi. 
 
Extrait de : Christian Uetz, Zoom Nicht, Droschl, 1999. 
Traduit de l’allemand (suisse) par Jean-René Lassalle. 
 
 
 
ZOOM NICHT 
 
Warum bimm ich, wenn mich Wort kling, Wort? Weil klingende Worte glocken, und wenn mich, der ich Wort bin, Wort kling, bimm mich Wort. Big Benn bimm bimm. Mich bimm, was mich bimm, nur minndem ich es nicht bimm; minndem mich mess als was mich bimm, nicht bimm, und als was ich nicht bimm bimm. 
 
 
Extrait de : Christian Uetz,  Zoom Nicht, Droschl, 1999. 
 
|•| 
 
NORMES ET NORNES (extrait) 
 
(Geigneur de songes: ) ne pars jamais, singe des cieux. 
Sinon quand je te signes, ou quand tu me signes. 
Force la lumieure ; que je la lyeure soit. 
Si cela pouvait m’esclarrer ? 
(Ces proaimes volueurent-ils trop oaseaux ?) 
Foncé-je enfiervré dans une éclarté éserrevelée ? 
Est-ce pas foudroyant cet assasigne sautd’angereux ? 
Germe là un acclouchement de mortétoile ? 
Quand à coeurpeur déchirié tu énième hennis : 
honniii ; homniii. 
 
Haut jeu lumineux. O je démuni. 
Qu’est-ce qui en moi saoulpire braillûle haluète ? 
Toi Non. (Doome moi). Toi Non. 
Mais quel cerfveau s’airveille là ; 
(toi cerveugle tu t’éveillevaillevrilles ici ) ? 
Nous y sonnes, 
noueux, nouayés ! 
 
Ce clairobscur t’exasprime en flux. 
Et comme une lux tu me styxes au zénith. 
(plus près plus creux à les fins mornte au nielle ; 
dans les nomens, dans les amains.) 
Pourtant d’où coinsse cette serpeur 
de nonêtreperçu par la néance ? 
La démengoisse d’être inutilueur  
est déjà nullitinteté. 
 
Je connais mon crampbat ; 
et je coeurbats luittant pour ta grandeur, 
pour la crampe saexcrée. 
Jusqu’à ce que tu vrillennes 
d’un éclair déchiqueter ma nunuit. 
 
 
Extrait de : Christian Uetz, Nichte, Droschl, 1998. 
Traduit de l’allemand (suisse) par Jean-René Lassalle. 
 
 
NORMEN UND NORNEN 
 
 (Lalls Laffe: ) Geh nie Alls Affe. 
Nur wenn ich dich schaffe; nur wenn du mich schaffst; 
scharfst dus Lichscht; lichsch ichs schharf. 
Kann mich das ehrnden? 
 (Sind Gehrdichte zu shehr Vhöhghell?) 
Laufe ich hinreifssend auf hirnriffssigen Lichtzerguss? 
Blitzt dies kein fährreckendes Enghellszucken? 
Keim sternbiges Gebähren? 
Wenn du reissnen Herngstzens wiewärst wieherst: 
Gehwieerr; Gehwieherr. 
 
Hoh Licht. Hohl Icht. 
Was säufzt, lodmet, hechhellt in mir? 
Du Nicht. (Doom Icht.) Du Nicht. 
Was erwahrnnchst hiern hier; 
 (wahnntwahrtwachst hiern hier)? 
Wirr sinds, 
wihrr wihrr! 
 
Dies Dunkhelln fluxst dich mnähmlich aus. 
Wie Lux styxst du mir aulf. 
 (Nah dellnn nah denn in den Enden steilgt dein Niel; 
in den Nahmnenn, in den Händen.) 
Doch woher klommt diese Natterngst 
vor Nichtwahrgenommenwern dells Nicht? 
Narrngst vor Beleutungslosigkeit 
ist doch schon Beläutungslosigkeit. 
 
Ich kenne meinen Karmpf; 
und ich kernpfe zerrinngend um deine Höhe, 
um gheilnen Krampf. 
Bis du kormst 
und blitzartig zerreisst mir die Nachkt. 
 
 
Extrait de : Christian Uetz, Nichte, Droschl, 1998. 
 
Jean-René Lassalle 
 
Poezibao recommande la lecture de la présentation de ce poète par Jean-René Lassalle : bio-bibliographie de Christian Uetz 
 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines