Magazine Beaux Arts

Les sites archéologiques de Bura Asinda-Sikka au Niger

Publié le 17 janvier 2011 par Detoursdesmondes
Tete300

Dans la moyenne vallée du fleuve Niger, au Nord-Ouest de Niamey, les sites de Bura Asinda-Sikka révélèrent, dans les années 80, de surprenantes terres cuites.
Ce sont notamment des « jarres-cercueils » surmontées de remarquables représentations anthropomorphes (têtes, cavaliers...) qui firent l'étonnement du grand public lors de l'exposition Vallées du Niger en 1994 à Paris.
Cavalier300

Les contextes de fouilles sont particulièrement passionnants.
En effet, les jarres ou urnes funéraires contenaient quelques os, particulièrement des os de crâne. Sous celles-ci, des ossements humains ont été découverts. Or, plus profondément, à 1,50m, l'on a mis à jour un squelette, entier, la tête légèrement relevée sur un appuie-nuque. Des bracelets en cuivre, identiques à ceux représentés sur les terres cuites surmontant les jarres, ont été retrouvés près de ce squelette.
Cette observation tendrait à prouver la contemporanéité de ce cadavre et de la jarre.
Alors, qu'en est-il du squelette intermédiaire ?
Jarre300

L'une des hypothèses les plus plausibles consiste à penser que le cadavre intermédiaire aurait été un gardien du mort : Une pointe de flêche en fer a été retrouvée presque systématiquement près des os du crâne ; l'homme aurait donc été sacrifié afin d'accompagner un personnage important dans la tombe.
Sources : Boubé Gado, 1993 : « Un "village des morts" à Bura en République du Niger » in Catalogue de l'exposition Vallées du Niger, Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1993.
Photos : Institut de Recherches en Sciences Humaines, Niamey, in Vallées du Niger, 1993.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Detoursdesmondes 6934 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines