Magazine Culture

Anna Calvi, cet obscur objet du désir

Publié le 17 janvier 2011 par Albumsono

Anna Calvi - Anna Calvi (Official Album Cover) Out January 25.jpg

Anna Calvi - Anna Calvi

Du désir, de l'amour, des pulsions... Le premier album éponyme d'An­na Calvi a les qualités requi­ses pour provoquer de profonds émois. « Je voulais des chansons passionnées », s'exclame la Britannique âgée de 28 ans qui a grandi en écoutant notamment Ravi Shankar, David Bowie, Jeff Buckley ou Nick Cave.

Son disque réunit dix morceaux d'une forte sensualité peaufinés au sous-sol de son appartement pendant près de trois ans. « A un moment, j'ai cru que ma santé mentale était en danger », confie-t-elle. Les thèmes du diable et de l'obscurité ont ainsi gagné leur place sur le disque en cours de conception. « Le processus de fabrication de l'album et son inspiration ont commencé à se mêler. »

Epique et intime

Le premier titre purement instrumental, Rider to the Sea, sert de sas d'entrée dans cet univers marqué à la fois par le rock, la chanson, le classique et le flamenco. Les guitares y tiennent le premier rôle, offrant une vaste palette d'ambiances. « J'aime quand l'instrument sonne comme tout un orchestre, lâche Anna Calvi. La guitare peut donner à entendre quelque chose d'épique ou de très intime. »

Ainsi, le morceau No More Words s'approche du chuchotement amoureux quand Desire tient davantage du cri primal qui vient des tripes. First We Kiss ou The Devil débutent comme de tendres ballades avant de d'être pris dans un tourbillon de sentiments, portés notamment par de fortes vocalises. Le texte s'efface derrière les orchestrations et la puissance de la voix.

Car cette musique, qui ne ressemble à aucune autre, doit beaucoup au chant d'Anna Calvi, beaucoup dans le lâcher prise. La Britannique l'a peaufiné en étudiant longuement ses modèles : Nina Simone et Edith Piaf. Pleine d'émotions, la voix se pose ici avec une belle parcimonie. « La musique est déjà si expressive, je n'avais pas besoin que les mots en disent beaucoup », explique celle qui se dit fascinée par les toiles de Chagall et de Turner et par les films de Wong Kar-waï et de Gus Van Sant. « Des artistes qui font l'effort d'offrir quelque chose de beau. » A son image.

KidB


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Albumsono 1000 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines