Magazine Culture

Une première victoire de la liberté face à l’obscurantisme !

Publié le 18 janvier 2011 par Jeanlucromero

  Logo admd petit.JPG

Communiqué du 18 janvier 2011

Vote en commission des affaires sociales de la proposition de loi relative à l’aide active à mourir

Une première victoire de la liberté face à l’obscurantisme

La commission des affaires sociales du Sénat vote en faveur d’une aide active à mourir

Pour la première fois de l’histoire de notre pays, une première étape parlementaire est franchie en faveur d’une loi de légalisation d’une aide active à mourir.

Par une large majorité, la commission des affaires sociales du Sénat a voté en faveur du texte présenté par le rapporteur Jean-Pierre Godefroy (PS), inspiré de sa propre proposition de loi, de celle de Guy Fischer (PC) et de celle d’Alain Fouché (UMP).

Cette aide active à mourir, qui ne concernera que de manière volontaire celles et ceux qui sont atteints d’une pathologie grave et incurable, en phase avancée ou terminale, permettra aux Françaises et aux Français de devenir maîtres de leur propre parcours de fin de vie.

Associée à une loi garantissant un accès universel aux soins palliatifs, il existera alors en France une véritable alternative à la mauvaise mort que l’on connait aujourd’hui trop souvent dans les établissements français et remettra le patient ou sa personne de confiance, désignée conformément à la loi actuelle, au cœur de la prise de décision.

Jean-Luc Romero souligne que toute l’agitation entretenue par la frange la plus conservatrice des pouvoirs publics, soutenue par le Figaro et les média traditionnels chrétiens, n’a pas intimidé les sénateurs qui ont montré, comme souvent sur des textes à portée sociale, une grande liberté d’esprit.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeanlucromero 5930 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine